×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 25 mai 2006
HÉBERGEMENT

PREMIER HÔTEL CONSTRUIT PAR UN GROUPE MARSEILLAIS DEPUIS 1975 DANS LA CITÉ PHOCÉENNE

LE NEW HOTEL OF MARSEILLE VEUT CASSER LES CARCANS DE L'HÔTELLERIE CLASSIQUE

Vu de l'extérieur, c'est un bel immeuble contemporain comme on en voit souvent. À l'intérieur, "c'est un 4 étoiles… tout simplement", indique la base-line. Avec son décor épuré agrémenté de petits détails 'clin d'oeil', le dernier-né du groupe Erghot - dirigé par Georges et Jean-Claude Antoun - refuse en effet de 'se la jouer'. Tout en restant chic.


À terme 45 collaborateurs vont travailler dans cet établissement. 45 personnes tout à fait à l'aise dans leur tenue design.

Doté de 100 chambres, le New Hotel of Marseille propose 8 suites avec terrasses en teck et lits king size.


Tout de teck vêtue, la piscine surplombe le Vieux Port.

Des comme lui, il n'y en a plus beaucoup. Georges Antoun pilote le groupe Erghot - 22 hôtels exploités sous l'enseigne New Hotel dont 12 détenus en propre et 10 à hauteur de 20 % avec la Caisse de Dépôt du Québec - depuis maintenant 20 ans. Mais c'est plus fort que lui. Rien ne l'empêche de mettre la main à la 'pâte'. La voix est forte, le regard clair, lorsqu'il accueille aux côtés de son frère Jean-Claude les journalistes - vendredi 19 mai - pour leur faire découvrir son tout dernier bébé : le New Hotel of Marseille. À peine assis, tout le monde est d'ailleurs conquis. D'autant que l'homme s'enflamme en évoquant le potentiel touristique de la cité phocéenne.
Soudain, le voilà qui bondit de son fauteuil. D'un pas déterminé, il s'arrête quelques mètres plus loin devant un tableau de style pop art. D'un geste précis, il remet l'objet dans l'axe en lançant : "L'hôtellerie, c'est un métier qui exige des méthodes rigoureuses de gestion et un sens pointu du détail." Fadaises ? Pas le moins du monde. Ces principes, les frères Antoun les appliquent à la lettre au sein de leurs différentes unités. Du reste, ce n'est pas par hasard si la valeur des actifs du groupe a été multipliée par 4 au cours de 10 dernières années. Idem quant à la progression vitesse grand V du taux d'occupation moyen qui est passé de 59 % en 1997 à quasiment 73 % aujourd'hui.
Autant vous dire que s'agissant du New Hotel of Marseille - 1er hôtel de cette catégorie construit dans la cité phocéenne depuis 1992 dont l'inauguration est prévue le 6 juillet -, Georges et Jean-Claude Antoun n'ont pas lésiné sur les détails. Apparemment, pour le plus grand bonheur des clients. Interrogés à l'improviste durant leur séjour, 2 d'entre eux nous confient ainsi au détour d'un couloir : "L'hôtel est agréable. On s'y sent à l'aise. Il y a plein de petits trucs inhabituels pour un 4 étoiles."

Éviter les clichés de l'hôtellerie haut de gamme
Adossée aux contreforts du Vieux Port de Marseille, face au Palais du Pharo - un des centres de congrès de la ville -, cette nouvelle adresse rompt en effet avec les habitudes du secteur. C'est-à-dire ? "Ici, on ne fait pas de chichi", souligne Georges Antoun. Et de poursuivre tout sourire : "Le New Hotel of Marseille est un 4 étoiles… tout simplement, comme l'indique notre base-line."
Concrètement, le dernier-né du groupe Erghot - doté de 100 chambres dont 8 suites avec terrasses, piscine, bar, restaurant, business center, parking fermé et salles de réunion - évite en fait les clichés de l'hôtellerie haut de gamme et propose une prestation simple et chic à la fois. Le tout accompagné d'une décoration contemporaine soignée, aux lignes épurées. Cerise sur le gâteau : l'endroit arbore des couleurs gaies qui étonnent d'emblée . "Pourquoi vivre triste quand on peut faire autrement !", plaisante Georges Antoun.
Le jaune, le bleu, le vert ou bien encore le rose prennent ainsi d'assaut la bâtisse dans laquelle on pénètre par un monument fort connu des Marseillais, l'Institut Pasteur. À commencer par les couloirs menant aux chambres qui déclinent ces 4 tonalités de manière tamisée. Ce code couleur s'affiche aussi à travers les oeuvres de plusieurs artistes (Cabanne…) ainsi que dans la charte graphique de l'hôtel (fiche petit-déjeuner, bloc-notes, panonceau ne pas déranger, directory…). Sans oublier les tenues fort sympathiques portées par les collaborateurs. "Il y a du orange pour l'équipe de réception, du vert pour le personnel d'entretien et de service, du jaune pour les bagagistes et enfin du rose pour la restauration", énumère Georges Antoun. 

On peut être de son temps tout en étant chic et simple.

Originaux jusque dans leur pub
Autre originalité : des bannières de photos noir et blanc qui habillent les murs de chaque chambre. À noter également des produits d'accueil 'clin d'oeil' tels le petit savon de Marseille, la poubelle façon pot à lait ou bien encore le porte-savon en forme de squelette de poisson. Et puis la création d'ici à quelques semaines du 'potager de Victoire' devant l'entrée de l'hôtel où l'on pourra cueillir, par exemple, de jeunes carottes.
Des éléments qui cassent le carcan de l'hôtellerie haut de gamme classique et mettent du baume au coeur. D'autant que l'endroit répond bien sûr aux exigences de confort actuel tant sur le plan technologique (wifi, écran plan…) qu'au niveau de la qualité du service (le sourire étant garanti). À ce compte-là, vous imaginez déjà bien sûr les tarifs pratiqués. Prohibitifs ? Pas vraiment. Ces derniers varient de 180 à 270 E. "Je séjourne souvent dans les hôtels, je n'aime pas payer trop cher. Je crois qu'il y a un moment où il faut savoir garder le juste prix des choses", avoue Georges Antoun. Il faut reconnaître que les 2 frères savent compter. À telle enseigne, leur investissement sur le New Hotel of Marseille - dont les travaux ont duré au total près de 18 mois - n'a pas dépassé les 10,5 ME tout compris.
Dans ces conditions, on peut leur faire confiance pour parvenir à atteindre dès 2007 les 63 % d'occupation et les 150 E de prix moyen. Le groupe a ainsi d'ores et déjà déployé ses forces commerciales pour séduire la clientèle, notamment d'affaires. Du 6 au 19 avril, le New Hotel of Marseille s'est installé dans le hall 4 de l'aéroport Marseille-Provence via un gigantesque lit-transat recouvert de coussins aux couleurs de drapeaux de tous les pays. "Histoire de rappeler que Marseille est une terre d'accueil comme notre hôtel", commente le président d'Erghot.
Une nouvelle opération de communication est également programmée dans les jours à venir. Cette fois-ci, elle se déroulera à bord du TGV Paris-Marseille. Dépliants et petits coussins au logo New Hotel of Marseille seront déposés sur les fauteuils des passagers première classe afin de caler leur tête durant le voyage. Chez New Hotel, on s'abandonne toujours aux bras de Morphée !
Claire Cosson
zzz36v

New Hotel of Marseille
Le Pharo
71, Bld Charles Livon
13007 Marseille
Tél. : 04 91 315 315

Le groupe Erghot en chiffres
22 hôtels 2, 3 et 4 étoiles dont 12 détenus en propre et 10 (Les Jardins de Paris ) à hauteur de 20 % en partenariat avec la Caisse de Dépôt du Québec
1 170 chambres
• CA 2006 : 22,06 ME*
• Taux d'occupation 2006 : 72,5 %*
• Prix moyen chambre 2006 : 81,70 E*
• Résultat brut d'exploitation (RBE) 2006 : 10,380ME*

*Ces chiffres sont des estimations communiquées par le groupe

Victor Café


Au Victor Café, on vous sert sans chichi un plat de pâtes. Le tout dans un décor agréable. À terme les convives pourront suivre sur écran la réalisation de leur repas.

Vous connaissez Jérôme Pollo ? Pas encore. Normal, il a tout juste 23 ans. Élève de Lionel Levy (Une Table au Sud) et d'Alain Ducasse (Abbaye de La Celle et Louis XIV), ce jeune Marseillais dirige depuis le 13 avril le Victor Café, restaurant installé dans l'enceinte du New Hotel of Marseille. Attentif aux produits, il pratique une cuisine aux accents méditerranéens qui séduira plus d'un gourmet.
Caponata de légumes, huile de tomate et parmesan, Pennes rigate au pistou, Risotto noir aux sèches, Tandoori de lotte avec étuvée de blettes…, il y en a pour tous les goûts.
Et toutes les bourses aussi. Outre la carte qui offre des plats de pâtes à 12 E, des risottos à 13 E ou bien encore des plats entre 18 et 20 E, le client peut aussi choisir des formules express entre 19 et 20 E, light et bien-être à 25 E. zzz22v

Article précédent - Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2978 Hebdo 25 mai 2006 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration