×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 25 mai 2006
CONJONCTURE

ACTIVITÉS DES CASINOS

Investissements en série chez Moliflor

Moins d'un an après son rachat par le fonds d'investissement Bridgepoint, le groupe s'apprête à engager près de 3 millions d'euros dans la modernisation de ses établissements roussillonnais.


Esquisse d'une des salles de restaurant du Boulou réorganisée.

Émergence de nouveaux concurrents implantés sur le même secteur (Talohe - Malortigue à Collioure, Partouche au Barcarès), baisse du pouvoir d'achat, saturation de l'offre, Moliflor n'aura pas échappé au phénomène de baisse générale des résultats observé en 2005 dans la majorité des casinos français. Sur 6 établissements implantés en Roussillon, seul le casino du Boulou a vu son PBJ (Produit brut des jeux) progresser de 7,43 % à 13,3 millions d'euros grâce au développement de l'activité jeux de table signant au passage la plus forte hausse au niveau régional. Pour les autres, la baisse atteint près de 20 % à Argelès, 10 % à Amélie-les-Bains, 4,22 % à Canet-Plage, 2,2 % à Lamalou-les-Bains et 1,59 % à Saint-Cyprien. Une tendance générale qui ne touche pas seulement Moliflor, mais la plupart des 19 casinos régionaux : - 6,79 % à Palavas et - 2,80 % à La Grande-Motte (Groupe Partouche), - 0,53 % à Sète (Groupe Tranchant) et - 15,3 % à Font-Romeu (Talohe - Malortigue)… Pour passer ce cap difficile, Moliflor s'apprête à injecter 3 millions d'euros dans la refonte de 3 de ses établissements, "l'objectif étant de les rendre plus attractifs et plus séduisants en améliorant le confort de jeu", indique Grégoire Talamon, le directeur marketing du groupe.

Jean Plouzennec en renfort
Au Boulou, c'est 1 million d'euros qui va être engagé dans l'extension de la salle de machines à sous et la réorganisation des 2 salles de restaurant et des cuisines. Sous l'impulsion du président des Toques Blanches du Roussillon, Jean Plouzennec, arrivé au Boulou à l'automne 2005, le casino va s'appuyer sur 2 entités distinctes : une brasserie traditionnelle (capacité de l'ordre de 150 couverts) et un restaurant gastronomique baptisé Le Cercle (40 couverts). "Nous souhaitions monter en gamme en proposant à notre clientèle une restauration de qualité élaborée à partir de produits locaux. Jean Plouzennec nous paraissait être l'homme apte à relever ce défi. C'est donc en collaboration étroite avec lui que nous avons décidé de revoir notre offre en optant notamment pour une déco plus chaleureuse inspirée de l'architecte catalan Gaudi", détaille le directeur du casino Renaud Carboneill. L'établissement, qui s'appuie sur un important programme de fidélisation avec accueil personnalisé et voiturier, devrait accueillir 30 machines à sous supplémentaires. "Nous pouvons compter sur la clientèle espagnole en provenance de Catalogne du sud qui représente 5 % de nos recettes au niveau des jeux traditionnels. Clientèle en progression de 10 % en 2005", poursuit Renaud Carboneill. Même logique à Saint-Cyprien où le groupe va investir 1 million d'euros dans le transfert-extension de son établissement. Aménagé sur le site de l'ancienne discothèque la Scatola, le nouveau complexe d'une superficie de 1 200 m2 sera organisé autour d'un restaurant d'une centaine de couverts, une salle d'animation de 170 m2 et une discothèque. "Un programme destiné à conforter notre offre en services annexes", commente Thierry Castellani à la direction de l'établissement. Enfin, à Argelès, la création d'un restaurant et la réorganisation des salles de machines à sous va mobiliser un budget de l'ordre de 700 000 euros. Hors département, à Lamalou-les-Bains dans l'Hérault, 250 000 euros seront par ailleurs investis dans la refonte du bar et du restaurant. En 2005, Moliflor aura réalisé un volume d'affaires de l'ordre de 260 millions d'euros avec un parc de 20 établissements.
David Danielzik zzz3

Article précédent - Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2978 Hebdo 25 mai 2006 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration