×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 9 février 2006
L'ÉVÉNEMENT

VOUS RÉAGISSEZ

Lettre à André Daguin
Restaurateur à Rennes je vous avais interrogé à Paris lors du salon en 2001 sur le dossier TVA.br> Près de cinq ans plus tard, malgré votre combat exemplaire sur le dossier de la TVA, il faut bien se rendre à l'évidence que la période de négociation est terminée.
AAussi deux alternatives s'offrent à vous : la résignation ou le combat.
Partisan du second, je vous soumets une proposition simple mais forte : mettez en place un compte séquestre national où dès le 21 février, les restaurateurs qui le désirent verseront leur TVA. Alors vous verrez la motivation réelle de notre profession
et par là même celle de notre gouvernement qui verra ce que représente le manque à gagner.
(M. B. par courriel) zzz74v

Ouvrir un compte commun bloqué
Je vous suis très reconnaissant pour le geste que vous faites pour notre métier. Mais étant un peu réaliste, pensez-vous sincèrement que ce gouvernement serait prêt aujourd'hui à baisser son train de vie et à regarder devant sa porte au lieu de se promener dans d'autres pays qui nous coûtent plus que ce qu'ils pourraient nous rapporter ? À l'heure actuelle, ce ne sont plus des pétitions que nous devons faire, mais ouvrir un compte commun bloqué, sur lequel nous verserions nos taxes et autres escroqueries qui servent à payer je ne sais qui. En versant sur un compte bloqué, nous serions parfaitement en règle et cela serait un manque à gagner pour ce 'cher, très cher' gouvernement français.
(B. P. restaurateur)

Nous ne sommes pas des voleurs qui s'en mettent plein les poches
Pour ne pas baisser la TVA, on fait passer les restaurateurs pour des voleurs qui vont s'en foutre plein les fouilles, y a en marre !
Que l'on baisse à 12 % les 19,6, et que l'on monte les 5,5 % à 12 et déjà les finances françaises ne perdront pas d'argent et les consommateurs français ne seront pas taxés à cause des restaurateurs (car le vrai problème est là).
Si l'Europe doit vraiment apporter son grain de sel, que l'on descende les 19,6 % à 15 et que l'on remonte les 5,5 % à 10,1 %, et Bruxelles ne dira pas non (jusqu'à 15 % la France peut faire ce qu'elle veut !).
Sinon on laisse tomber ce problème de TVA et je vous propose, comme je fais partie des restaurateurs qui ne veulent pas devenir les 'agriculteurs de la restauration' (marcher qu'avec des aides), que l'on réglemente l'ouverture de toute la restauration française, c'est-à-dire : fin du service obligatoire à 21 h 30, obligation pour tous de fermer 2 jours consécutifs obligatoirement le dimanche et le lundi.
Car pas de baisse de TVA = pas d'augmentation de salaires.
Mais au moins mettre en place des atouts pour essayer de garder le personnel déjà en place. N'oublions pas non plus
que dans les 3/4 des restos, les jeunes travaillent plus par nécessité que par amour ou passion du métier, et dès que possible, ils quittent la branche (surtout les filles) et préfèrent bosser en usine (horaires fixes + toutes leurs soirées + leurs week-ends + bon salaire). En restauration, les horaires sont incompatibles avec la vie de famille, ça n'est pas du 'blabla'. Trouver une nourrice jusqu'à 23 h 30 le soir, y compris le samedi et le dimanche et jours de fête, c'est de l'utopie en France. Il ne faut pas voir que l'aspect financier !
Nous savons très bien, nous, employeurs, que ce ne sont pas les aides sur les charges sociales qui feront rentrer les jeunes dans notre profession. Les salariés n'étant pas concernés puisqu'ils sont employés de toute façon au Smic et même dans la restauration très haut gamme, dite le fleuron de la gastronomie française ! Pour faire rentrer des jeunes dans notre branche il faut trouver des idées. Aujourd'hui, les jeunes souhaitent gagner de l'argent bien sûr mais aussi avoir une vie privée adaptée à tous les autres copains, amis, famille, etc.
Que les représentants du gouvernement arrêtent de jouer les grands seigneurs, l'aide financière ne représente que quelques euros par restaurateur bénéficiaire.
Elisabeth Le Querré, restauratrice à La Flèche (72)

Article précédent - Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2963 Hebdo 9 février 2006 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration