×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 9 février 2006
ÉDITO

Michelin et les autres

La restauration, en France, c'est comme le foot : autant d'amateurs, autant de sélectionneurs, en l'occurrence, de critiques avisés qui font tous référence à l'ennemi commun : le Michelin, dont la parution, attendue et redoutée, fait systématiquement l'objet de commentaires les plus vachards de la part de plumitifs à qui… le Guide Rouge ne demande pas leur avis.
Dans ce débat souvent vain et parfois nauséabond, le principe même du guide est complètement oublié par ses détracteurs qui se verraient bien conviés à la table de sélection. Or, le Michelin le rappelle depuis plus d'un siècle, ce qui ne doit pas être inutile puisque beaucoup ne semblent pas lire la page d'avertissement de chaque édition : "Aider le lecteur à faire de chaque déplacement un moment de plaisir conformément à la mission que s'est donnée Michelin : contribuer à une meilleure mobilité." Pour un fabricant de pneumatiques, c'est bien le moins, persiflera un esprit critique.
Le tirage à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires annuels du Michelin France peut laisser à penser que la 'mission' est largement remplie, n'en déplaise à tous les détracteurs dont la bonne foi et la compétence ne sont pas les vertus premières. Que demande le consommateur : une information claire, facile à comprendre, répétitive d'une année sur l'autre, une garantie de qualité des établissements répertoriés par des inspecteurs qui ne déjeunent pas aux frais des restaurateurs et ne se soucient pas des coteries ou des rumeurs dont vit le petit monde de la chronique gastronomique.
L'agitation qui s'amplifie à l'approche de l'édition 2006 est finalement l'hommage involontaire des détracteurs du Guide Rouge à ses auteurs : toute l'actualité gastronomique tourne autour de la prochaine sortie du Michelin, chacun y va de sa "critique de la critique", en quelque sorte, c'est à celui qui 'sortira' le premier le scoop du siècle, comme si l'annonce d'un nouveau 3 étoiles au firmament de la cuisine française - félicitations à Olivier Roellinger - allait changer le destin de la planète !
Nous passerons sur les commentaires parfois fétides qui ont accompagné la nomination d'un nouveau directeur du Guide France - de quel droit certains, par ailleurs condamnés par le tribunal correctionnel pour des propos injustifiables tenus dans le pitoyable pamphlet 'Food business', s'autorisent des jugements de valeur a priori sur l'heureux élu ?
De toute façon, le professionnel de l'hôtellerie et de la restauration connaît très bien l'impact du Michelin sur son établissement, ce qui n'exonère pas les rédacteurs du guide de toute critique. Pour s'éloigner du domaine des cuisines, nombre de gérants d'hôtels de chaînes se demandent si l'édition 2006 verra leur retour dans les bonnes grâces de l'avenue de Breteuil.
L. H.
zzz80

Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2963 Hebdo 9 février 2006 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration