×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 26 janvier 2006
RESTAURATION

PERMIS DE CONSTRUIRE ACCORDÉ

Quand Lacombe garde sa terrasse…

Lyon (69) En 2002, devant le tribunal, l’affaire ‘de la terrasse de Lacombe’ avait fait grand bruit. Et le restaurateur, mis en cause par l’architecte des Bâtiments de France, avait été sommé de la démolir. Tout semble rentrer dans l’ordre !


Mise en cause, la terrasse du Bistrot du Palais dans le quartier de la Part-Dieu face au nouveau palais de justice.

À Lyon depuis quelques années, le ‘dossier des terrasses’ n’est pas des plus limpides qui soient. Et lors de son arrivée à l’Hôtel de Ville en mars 2001, Gérard Collomb a dû se résoudre à un état des lieux peu encourageant sur la situation. En fait, trop longtemps sans doute, tout (et parfois n’importe quoi) avait été ‘autorisé’ en la matière.
Il semblait alors régner une joyeuse anarchie au point qu’en aparté, certains élus n’hésitaient pas à affirmer que seule la construction “de deux ou trois terrasses” était légale.
Pour celle du son Bistrot du Palais, Jean-Paul Lacombe s’était ainsi retrouvé sur le banc des accusés, montré du doigt par l’architecte des Bâtiments de France au prétexte que la terrasse avait été édifiée sans permis de construire, et qui cachait surtout en perspective la Bourse du Travail, voisine considérée comme bâtiment historique.
Le tribunal, après plusieurs passages des différentes parties concernées, a statué, in fine, sur la démolition de la construction, avec astreinte de 75 E par jour de retard. En poursuivant sa requête jusqu’au plus haut niveau d’un pourvoi en cassation, la suspension de l’astreinte a été obtenue. Mais elle est de nouveau d’actualité après la décision de la Cour de cassation de décembre 2003 qui ordonnait la démolition.
Jean-Paul Lacombe a alors préféré payer l’amende et faire profiter à ses clients d’un havre de paix dans le quartier de la Part-Dieu où les constructions sont souvent anarchiques, et les envahissements de trottoirs fréquents.
La fameuse affaire est revenue au centre des débats début septembre, où demande avait été faite par le procureur général d’augmenter l’amende infligée (on parle alors de plus de 200 E par jour). C’est la veille de l’audience que la Ville de Lyon accorde un permis de construire pour une terrasse moins haute (1,60 m) et moins longue (0,50 m). L’ancienne sera donc démolie.
“Nous ne demandons pas un jugement de faveur. Nous souhaitons la même bienveillance que nos autres confrères”, dit Jean-Paul Lacombe, qui sait bien que le maire de Lyon a toujours souhaité qu’il y ait des terrasses pleines dans les établissements lyonnais.
On n’a pas fini de parler terrasses à Lyon !
Page d’Écriture/Lyon zzz22v 961j11

Article précédent - Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2961 Hebdo 26 janvier 2006 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration