×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 26 janvier 2006
CONJONCTURE

APRÈS UNE ANNÉE 2005 EN FORTE PROGRESSION

Les nouvelles dispositions Sarkozy pourraient influer sur les prix de cession des fonds de commerce

Pour Charles Marinakis, le directeur général de Century 21 Entreprise et Commerce, les reconversions de plus en plus nombreuses ont contribué à la hausse exceptionnelle des cessions de fonds de commerce de CHR. Interview.
Propos recueillis par Tiphaine Beausseron


"La Vraie' référence en matière de cession de fonds de commerce : sa capacité à être financée par les banques !"

L'Hôtellerie Restauration : L'année 2005 a-t-elle été une bonne année en ce qui concerne le marché de ventes de fonds de commerce CHR ?
Charles Marinakis : Oui. L'année 2005 a été très bonne car on a constaté une forte croissance. En 2004, le nombre de ventes de fonds tous secteurs confondus s'établissait en France à 63 000. En 2005, il est monté à 70 643, soit une progression de 11 %, ce qui est énorme. Le segment des CHR sur ce marché est particulièrement dynamique. Avec près de 30 000 ventes au niveau national en 2005 (restaurants en tout genre, hôtels, hôtels-restaurants, bars-tabacs et autres débits de boissons), il représente presque la moitié des ventes de commerce de 2005. /font>

Comment résumeriez-vous la tendance générale de l'année 2005 ?
Si le marché des ventes d'hôtels est stable (environ 2 800/an), il n'en est pas de même pour les restaurants et débits de boissons. En 2005, au niveau national, près de 20 000 restaurants et 6 500 cafés ou bars-tabacs ont changé de mains, soit respectivement une augmentation de 12 % et 17 %.
Cette tendance est confirmée par un taux de rotation*
élevé sur ces deux segments. Il s'établit à 15 % pour les restaurants, et à 16 % pour les cafés-tabacs. Mais ce sont en réalité les cessions d'établissements du type restauration rapide, tabacs qui font grimper ces chiffres. En effet, 25 % des ventes (4 913) de restaurants en 2005 sont liées à la restauration rapide. Il y a là un phénomène de marché non négligeable qui s'explique par l'arrivée de plus en
plus importante de non-professionnels en phase de reconversion, incités à se mettre à leur compte par toute une série de mesures gouvernementales et qui s'orientent vers des professions accessibles dont la restauration rapide comme pouvait l'être le secteur du tabac en d'autres temps. On observe le même phénomène sur le secteur des boulangeries avec la dynamisation des ventes de point-chaud. Quant aux cafés-tabacs, c'est à mon avis le malaise général consécutif à la politique d'augmentation du prix du tabac qui a généré la mise en vente de nombreux établissements, et explique par conséquent la forte progression des ventes sur ce segment.

Ce phénomène a-t-il selon vous un impact quant aux prix de cession des affaires ?
Notre marché n'échappe pas aux règles absolues de l'offre et de la demande ! Il est donc logique d'imaginer que la valeur des fonds de commerce dans les nouvelles activités les plus demandées s'oriente à la hausse. Par bonheur, les dispositions fiscales et notamment les premières dispositions de la loi Sarkozy sur les plus-values sont venues réguler naturellement le marché. En effet, avec l'exonération d'impôts sur la plus-value en cas de cession d'entreprise pour un prix inférieur à 300 000 euros, il n'était pas
forcément intéressant pour le vendeur de vendre à un prix supérieur. Le nouveau principe de dégressivité applicable à partir du 1er janvier 2006 au titre des nouvelles dispositions de la loi Sarkozy** pour les cessions entre 300 000 et 500 000 euros risque en revanche de contrarier légèrement cette tendance.
On peut donc s'attendre, c'est vrai, à une légère hausse des valeurs de cessions des fonds de commerce avec, dans tous les cas, une 'ligne jaune' à ne pas franchir et qui reste 'La Vraie' référence en matière de cession de fonds de commerce : sa capacité à être financée par les banques ! zzz20 FC0607

*C'est-à-dire la proportion de cessions enregistrées par rapport aux stocks d'affaires existants.
Pour retrouvez l'intégralité de l'article 238 quindecies du Code général des impôts : cliquez ici

Pour retrouver les articles déjà publiés sur l'immobilier et la cession de fonds de commerce, cliquez ici

Article précédent - Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2961 Hebdo 26 janvier 2006 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration