×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 26 janvier 2006
ÉDITO

"Le dossier n'est pas clos"

Qu'en termes élégants ces choses-là sont dites ! Angela Merkel sous les ors de Versailles ne pouvait faire moins pour signifier à Jacques Chirac son opposition farouche
à toute autorisation par l'Union européenne de baisse de la TVA en restauration. Si la forme y était, le fond n'a pas changé : tout pays membre des Vingt-Cinq peut s'opposer à une mesure fiscale pour qu'elle reste bloquée. Et Mme la chancelière savait très bien qu'elle jouait sur du velours en confirmant la position allemande sur ce sujet sensible.
On aurait pu s'en douter en suivant l'actualité internationale :
la Première dame de la République fédérale d'Allemagne n'a pas froid aux yeux. Elle n'a pas hésité à dire au tout-puissant Georges Bush tout le mal qu'elle pense de sa politique en Irak et de ses méthodes à Guantanamo, elle n'a pas cillé non plus pour exprimer à Vladimir Poutine ses sentiments à propos de la Tchétchénie. Alors, le baisemain de Jacques Chirac, les fastes de la Galerie des Glaces et les lettres amicales de Nicolas Sarkozy à "Chère Angela" avaient peu de chances de l'impressionner. Chapeau, l'ancienne prof de physique de la République démocratique allemande : se frotter au totalitarisme, ça forge un caractère…

Bon, résultat de notre diplomatie 'grand siècle', nous gardons notre TVA à 19,6 % pour la restauration contrairement aux affirmations dites, redites et reredites par nos hommes politiques qui auraient pu prévoir un éventuel refus de Bruxelles sans pour autant cesser de plaider la cause de la profession.

Au-delà des soupçons compréhensibles de duplicité à l'égard de nos élus, il faut raison garder, contrairement à l'attitude de notre ministre du Budget dont la charge contre André Daguin, exprimant la colère et le désarroi des professionnels, ne méritait pas les propos du porte-parole du gouvernement tenus mardi sur Europe 1. En colère, on le serait à moins, mais pour continuer la lutte sur ce dossier capital pour l'avenir de la profession, il faut avoir la tête froide.

Aux dirigeants des organisations professionnelles, qui ont été reçus à Matignon dès la fin du conseil Ecofin du 24 janvier, de poursuivre inlassablement le plaidoyer pour une mesure indispensable à l'avenir de la restauration. Aux techniciens du droit, aux spécialistes de l'économie tertiaire de démontrer la nécessité d'alléger cet impôt sur les activités à forte intensité de main-d'oeuvre dont la restauration est l'archétype. À eux d'invoquer le fameux principe de 'subsidiarité' qui risque de devenir rapidement un mot-clé de notre vocabulaire, à eux de démontrer l'absence de distorsion de concurrence dans des activités de service non délocalisables. En clair, le convive de Düsseldorf n'ira pas déjeuner à Strasbourg parce que la TVA est à 19,6 % d'un côté et à 5,5 % de l'autre.
Bref, comme le dit joliment Angela, "le dossier n'est pas clos !"

Et à vous, chers restaurateurs, de surmonter votre compréhensible amertume, de 'faire avec' les allégements de charges, les réductions du temps de travail, les contraintes administratives, pour développer vos affaires en sachant que malgré tout, c'est d'abord la qualité de votre travail qui fait le succès de vos entreprises auprès des consommateurs.
L. H.
zzz82

Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2961 Hebdo 26 janvier 2006 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration