×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

 
du 31 mars 2005
À LIRE

Valence (26) Au nom du père, tel est le titre du premier livre d'Anne-Sophie Pic. La fille de Jacques revendique à la fois une "légitimité en cuisine" et un "devoir de mémoire" vis-à-vis de son père.
PROPOS RECUEILLIS PAR JEAN-FRANÇOIS MESPLÈDE

En hommage à Jacques Pic

Anne-Sophie Pic, 'Au nom du père'

L'Hôtellerie Restauration : Comment l'idée de ce livre est-elle née ?
Anne-Sophie Pic :
Elle trottait dans ma tête depuis pas mal de temps. En fait, depuis le décès de mon père Jacques, qui n'avait jamais eu le temps d'écrire un livre sur notre maison. J'en ai longuement parlé avec David, mon mari. Cet hommage à mon père est une sorte d'aboutissement de son travail.  

Parleriez-vous de devoir de mémoire ?
Complètement. Au début, c'était cela. Mon père n'était pas très médiatique et j'avais peur qu'on l'oublie, ce qui - j'ai pu le constater - n'est absolument pas le cas. Le choix du titre n'est pas anodin, car si j'entends légitimer ma place en cuisine, je ne veux pas oublier le passé. Je travaille en revendiquant un réel héritage paternel, même si peu de recettes qui lui sont propres figurent dans ce livre. Ma cuisine est différente de la sienne, mais l'histoire continue.  

Vous n'avez jamais eu l'occasion de travailler avec votre père. Cela dit, que vous a-t-il apporté ?
Je suis revenue à la maison au printemps 1992, quelques mois avant son décès (N.D.L.R. : le 19 septembre 1992).

Il connaissait mon envie d'entrer en cuisine et s'était même renseigné sur les possibilités qui me seraient offertes en passant un CAP.
Nous avions eu de longues discussions à ce sujet. Lorsque j'étais toute petite, il m'en parlait déjà, et me mettait une sorte de pression que je supportais difficilement. Je fuyais alors la discussion et cela justifie sans doute mon choix vers une une autre trajectoire professionnelle (lire encadré ci-contre). À la fin de mes études, mon père connaissait mon goût pour la mode et le domaine créatif, mais il savait également que je trouvais ce milieu très superficiel. Un jour, je lui ai téléphoné pour lui dire que j'avais envie d'apprendre la cuisine avec lui. Il était très ému et a même pleuré. Il avait vraiment envie d'avoir ses enfants autour de lui.

Où situez-vous le déclic ?
Si, la première fois, tout ne s'est pas très bien passé, je sentais confusément que
ma place était en cuisine. Au printemps 1995, après la perte de la 3e étoile, mon choix était fait, sans doute toujours à cause de ce devoir de mémoire. Et au fil des ans, ce métier est devenu une véritable passion.

Même si ce métier n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît pour une femme ?
Pour moi, la cuisine, qui est un véritable terrain d'expression, n'est ni masculine ni féminine ! Une cuisine est vraiment un lieu où une femme peut s'exprimer. À la grande époque des Mères avec une cuisine très familiale, cette place était tout à fait légitime et naturelle. Je suis certaine que mon grand-père André, dont la mère était cuisinière, ne s'est jamais posé la question à propos d'Eugénie Brazier et des autres. Lorsque la cuisine est devenue plus technique, le regard a changé. Aujourd'hui où elle s'est raffinée en devenant plus graphique, cela semble
de plus en plus naturel, même si je sais que nous serons toujours minoritaires. C'est peut-être aussi le message de ce livre, où j'évoque ma démarche. Chaque femme cuisinière trouve en elle ce qui peut la motiver. Ensuite vient la passion. < zzz22v zzz18p zzz82

AU NOM DU PÈRE
Aux Éditions Glénat
Prix conseillé : 45 E

PARCOURS EXPRESS

Née le 12 juillet 1969, Anne-Sophie Pic a grandi dans l'univers du restaurant familial dont elle s'est éloignée en 1987 pour suivre ses études (prépa HEC, ISG Paris) et travailler dans le commerce de luxe. Elle est revenue chez elle en 1992 pour s'installer définitivement en cuisine fin 1998. Avec son mari David Sinapian en charge de la gestion, elle dirige aujourd'hui la Maison Pic, dont le restaurant est noté à 2 étoiles par le guide Michelin et à 4 étoiles par le Bottin Gourmand. Il le fut à 3 étoiles de 1935 à 1939 avec André Pic (au Pin, puis à Valence), avant que son fils Jacques ne les reprenne en 1973.

Article précédent - Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2918 Magazine 31 mars 2005 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration