Actualités

 
du 6 octobre 2005
CONJONCTURE

FACE À UN RECUL DU TRAFIC TRANSMANCHE

La profession souffre à Calais

D'une année sur l'autre le passage des excursionnistes britanniques ne cesse de reculer à Calais. Des problèmes de passerelles au port n'ont rien arrangé ce premier semestre.


Pierre Nouchi, président du Syndicat
des CHR Nord-Pas-de-Calais.

Le trafic transmanche passagers du port de Calais a reculé de 17,3 % au premier semestre 2005. Les traversées de passagers en long séjour n'ont reculé 'que' de 8,7 %, mais le trafic des excursionnistes s'effondre de 30 %, après 3 années consécutives de baisses importantes. Bémol à ce constat, une bonne part de la baisse provient d'un double sinistre. En effet les ferries ont été gravement handicapés pendant deux mois et demi par la mise hors service de 2 passerelles. Depuis fin mai, la situation est revenue à la normale. Les résultats d'Eurotunnel sont meilleurs sur la période. Le lien fixe annonce des progressions de 1 % en trafic voitures, et 34 % en transport d'autocars. Mais ce très relatif succès concerne peu l'excursion locale. Or, les courts séjours destinés en grande part autrefois aux achats de tabac, vins et autres denrées, sont les plus importants pour les cafés et restaurants de la ville.
Sinistres mis à part, le marché décline en profondeur. La concurrence de l'aviation low cost, la remontée en France des taxes sur le tabac après l'abolition du duty free, l'euro fort, et peut-être la moindre attractivité de la destination France aux yeux des Britanniques accélèrent encore le processus. Depuis 2000, les restaurateurs et cafetiers calaisiens ont perdu 700 000 clients de passage.
"En 2004, nous avions perdu 3 à 4 % de chiffre d'affaires, compte Pierre Nouchi, président du Syndicat des CHR du Calaisis. Mais nous étions prêts à nous battre. L'accident de passerelle du 8 février a été un coup de massue. Nous avons vécu des semaines très difficiles. Sur près de deux mois, nous avons perdu 60 % de chiffre d'affaires. Mais au fond, c'est tout le marché qui devient structurellement peu porteur. Nous avions vécu sous un robinet de clientèle qui avait toujours coulé. Il y avait toujours du passage. à présent il faut lutter, s'organiser, se replier sur les marchés belges et néerlandais en attirant avec de très bons produits d'appel et travailler ensemble la destination touristique. La concurrence s'accroît. Déjà, les entreprises les plus fragiles disparaissent." Les hôtels ont moins directement souffert, mais sont aussi très concernés. Olivier Houtte (Holiday Inn Coquelles), président du Club hôtelier, constate que le flux régulier et permanent n'existe plus. "Notre réplique consiste à travailler le marché pour doubler la durée de séjour de 1 à 2 nuitées, explique-t-il. Nous sentons déjà un frémissement du côté de la clientèle belge." De lieu de passage automatique et obligé, le Calaisis s'organise donc pour tenter de devenir une destination touristique, tout en mettant en valeur une situation géographique qui reste exceptionnelle.
Alain Simoneau zzz70

En chiffres
L'hôtellerie souffre moins que la restauration et les cafés. Selon l'observatoire de l'hôtellerie du Calaisis, tenu par la CCI, le TO moyen du parc du ressort consulaire (1 800 chambres à 80 % à Calais et périphérie) a atteint 62,5 % en 2004, 53,8 % de janvier à mai 2005 et 70,2 % en juin 2005. La clientèle britannique représente 70 % de l'occupation en ville, 75 % sur le littoral et plus de 80 % en hôtellerie rurale.

Article précédent - Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2945 Hebdo 6 octobre 2005 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration