Actualités

 
du 7 avril 2005
HÉBERGEMENT

ENTRETIEN AVEC GÉRARD PÉLISSON, COPRÉSIDENT FONDATEUR DE ACCOR

"ACCOR PEUT FACILEMENT TRIPLER LE NOMBRE D'HÔTELS AU MOYEN-ORIENT"

Il y a quelque chose d'indéfinissable. Une manière de se tenir. Toujours plus droite, plus fière. Un regard toujours aussi pétillant, plein de joie et de bonne humeur. Mardi 29 mars, c'est le printemps et au 27e étage de la tour Maine-Montparnasse, Gérard Pélisson, cofondateur de Accor, président de l'Union des Français de l'étranger (UFE) et du Conseil des investisseurs français en Afrique (CIAN), a du mal à cacher sa satisfaction. Le groupe vient en effet de décrocher, à la barbe de nombreux concurrents, un appel d'offres international pour exploiter le plus grand et le plus luxueux hôtel du Moyen-Orient, situé à La Mecque en Arabie Saoudite : le Zam Zam Sofitel Grand Suites. Une étape capitale pour le développement de l'entreprise dans cette région du monde.
Propos recueillis par Claire Cosson


Le groupe Munshaat a confié la gestion du plus grand et plus luxueux hôtel du Moyen-Orient et d'Afrique au groupe Accor, ici représenté par Gérard Pélisson.

L'Hôtellerie Restauration : Des contrats de management, Accor en signe des dizaines, voire des centaines par an. En quoi celui du Zam Zam Sofitel Grand Suites est-il si différents des autres ?
Gérard Pélisson :
Avant d'entrer dans le détail de ce projet à la fois ambitieux et complexe et qui fait grand bruit au Moyen-Orient, je vais tout d'abord vous indiquer la manière dont nous l'avons obtenu. Très concrètement, un appel d'offres international a été lancé par le groupe Munshaat, un important investisseur koweïtien, pour l'exploitation du plus grand et du plus luxueux hôtel du Moyen-Orient, au coeur de La Mecque, en Arabie Saoudite. Quelque 18 candidats ont répondu à cet appel d'offres parmi lesquels figuraient les plus grands noms du secteur hôtelier international. Le cabinet Ernst & Young a été chargé de procéder à l'audit de l'ensemble des propositions. Seuls une dizaine de dossiers a été sélectionnée pour la phase finale. Phase que nous avons, au bout du compte, remportée devant un grand nombre de nos concurrents. Autrement dit, la barre était d'entrée de jeu fixée très haut !
D'autant plus haut que le projet a réellement une ampleur exceptionnelle dans le golf Persique. Actuellement en cours de construction, le Zam Zam Sofitel Grand Suites, dont l'ouverture est programmée pour septembre 2006 et qui représente un investissement global de 600 millions de dollars, comprendra en effet 1 240 suites réparties sur 34 étages. Situé en fait sur un terrain de 91 000 m2, propriété de la fondation du roi Abdulaziz, dans le complexe Al Beit Towers, à 100 mètres de la Ka'aba, l'hôtel bénéficiera d'une vue directe et panoramique sur les esplanades du Haram. De quoi ravir les millions de pèlerins qui se rendent chaque année à La Mecque ! À noter en outre que cet hôtel, qui pourra accueillir jusqu'à 6 000 clients, disposera également d'un espace de congrès, d'une galerie marchande et d'un étage de restaurants pouvant recevoir quelque 5 000 convives. Accor, chargé de l'ensemble des services hôteliers, emploiera 1 500 collaborateurs, dont une majorité de Saoudiens. Ces quelques chiffres suffisent à vous montrer que ce contrat de management n'est pas tout à fait comme les autres !


Le Zam Zam Sofitel Grand Suite représente un investissement de 600 millions de dollars. Cet investissement est réalisé par un fonds, Accor assure, lui, la gestion du complexe qui comprendra 1 240 suites.

Le pèlerinage de La Mecque en Arabie Saoudite est une obligation pour tous les musulmans au moins une fois dans sa vie.

Selon vous, pourquoi la proposition de Accor a-t-elle été retenue ?
Pour être honnête, je crois que la décision de nous accorder l'exploitation du Zam Zam Sofitel Grand Suites résulte d'une conjugaison de facteurs positifs. À commencer par notre engagement dans cette zone géographique qui, rappelons-le, ne date pas d'hier. Voilà près de 27 ans que
Accor s'est installé au Moyen-Orient. Notre premier Novotel a ouvert ses portes à Abu Dhabi aux émirats Arabes Unis en 1978. Vinrent ensuite le Sofitel Al Hamra à Djedda en Arabie Saoudite en 1980 et le Sofitel Doha au Qatar 2 ans plus tard. Aujourd'hui, notre parc compte 17 unités (soit 3 521 chambres) exploitées sous les marques Ibis, Novotel, Mercure et Sofitel. Et je me rends personnellement, en accord avec Jean-Marc Espalioux, entre 4 et 5 fois par an dans cette zone géographique pour étudier de nouveaux projets.
Cette présence soutenue, et de longue date, nous a indiscutablement été favorable parce que nous avons au fil du temps réussi à tisser des liens privilégiés avec les hauts dirigeants de ces différents pays. Des liens d'autant plus forts que le groupe a, parallèlement, à son engagement, montré qu'il était aussi apte à former des managers et du personnel musulmans par le biais de ses académies (Dubaï…). Fort de ces atouts et d'une culture internationale évidente qui nous rend sensiblement plus compétitifs que nos principaux concurrents (en particulier américains), Accor s'est construit une excellente image dans cette partie du monde devenant un peu une sorte de locomotive ! Nous sommes du reste le premier hôtelier en Égypte, au Maroc et également en Tunisie.
Un gage de sérieux et de sécurité pour nos interlocuteurs auquel s'ajoute le succès de notre enseigne haut de gamme Sofitel. Manifestement, la chaîne a repris des couleurs au Moyen-Orient. Ailleurs aussi puisque les hauts dignitaires avec lesquels nous avons conclu le contrat du Zam Zam Sofitel Grand Suites avaient fort apprécié au cours de leurs voyages en Europe le Sofitel Saint James à Londres ou bien encore le Sofitel Faubourg à Paris.

Considérez-vous ce projet symbolique situé au coeur de La Mecque comme une étape majeure du développement de Accor au Moyen Orient ?
Comme je vous le disais précédemment, le groupe totalise actuellement 17 établissements dans cette région. Je pense très sincèrement que ce projet va nous donner l'occasion d'accroître encore ici notre présence. J'estime en réalité que Accor peut facilement tripler le nombre d'hôtels au Moyen-Orient. Pour l'heure d'ailleurs, 7 nouveaux hôtels sont d'ores et déjà programmés d'ici à l'horizon 2008 dans cette zone : 1 Sofitel de 230 chambres à Latakia
en Syrie, 1 Ibis de 175 chambres à Koweït City au Koweït, 2 Sofitel à Dubaï aux Emirats Arabes Unis, 1 Sofitel à Al Khobar de 230 chambres en Arabie Saoudite ainsi qu'un Novotel à Riyad, et enfin 1 Sofitel au Qatar à Doha.
Compte tenu de sa situation géographique, entre l'Europe et l'Asie, et de son potentiel commercial, le Moyen-Orient représente une zone stratégique de croissance pour notre industrie. Et ce sur les segments allant du 2 étoiles aux 4 étoiles luxe. Les voyages d'affaires sont effectivement en augmentation constante en raison de l'essor économique de la région. Mais, les déplacements touristiques (déroulement des Jeux asiatiques en 2006 à Doha, nouveau circuit de Formule 1 à Bahreïn…) et religieux également. Avec son offre hôtelière variée, Accor peut satisfaire pleinement les attentes des consommateurs de ces différents pays. Sans compter que le Proche et le Moyen-Orient constituent en outre un marché émetteur à forte contribution pour le reste du monde. zzz36v

Article précédent - Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2919 Hebdo 7 avril 2005 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration