×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

QUEL ENVIRONNEMENT DEMAIN ?
___________________________________

Relations de travail

Vers de nouveaux rapports

Pénurie de main-d'œuvre, réduction du temps de travail : comment résoudre le problème ?

Comment devront travailler les CHR demain ? La flexibilité sera le mot d'ordre. Flexibilité qui s'appliquera autant aux salariés qu'à leurs employeurs. Le chef d'entreprise devra apprendre à concilier deux impératifs : une plus grande amplitude horaire d'ouverture de son établissement en raison de la demande de sa clientèle, avec une réduction du temps de travail des salariés. Comment concilier ces deux principes qui semblent antinomiques quand on constate une pénurie de main-d'œuvre dans le secteur ? Pénurie qui s'explique en grande partie par une désaffection des jeunes pour un domaine d'activité qui ne répond plus à leurs attentes tant professionnelles que personnelles.
Pour inverser cette tendance, les employeurs devront tenir compte des souhaits des salariés pour organiser leur entreprise.
Un élément à prendre en compte : les salariés refusent de sacrifier leur vie personnelle et familiale à leur vie professionnelle. Leurs désirs : articuler les différentes dimensions de leur vie, et retrouver une unité.
Autre facteur qu'il ne faudra pas oublier : une entrée massive des femmes sur le marché du travail, sans que les entreprises aient remis en cause leur organisation. Sans parler du nouvel investissement des hommes dans les tâches familiales. A terme, le comportement d'activité des hommes et des femmes sera le même.
L'employeur devra donc organiser le temps de travail de ses salariés en prenant en compte ces paramètres dans l'organisation du temps de travail dans l'entreprise.
Dans le futur, on devrait constater une nouvelle approche du métier des CHR, qui sera vécu pour la plupart des salariés comme un tremplin. Ce qui devrait se traduire par une entrée massive de personnes qui ne feront pas carrière dans la profession.
Les employeurs recruteront sur le tas du personnel non qualifié qui bénéficiera d'une formation maison. Pour les plus motivés qui souhaitent faire carrière, il sera possible d'évoluer dans la hiérarchie de l'entreprise afin d'occuper les postes à responsabilités.
Autre vivier de recrutement, les étudiants qui trouveront une rémunération pendant la durée de leurs études. En contrepartie, l'employeur devra proposer des emplois du temps à la carte à ce type de salariés, compatible avec la poursuite de leurs études.
Cette nouvelle gestion du temps de travail devrait voir réintroduire la pointeuse sur le lieu de travail ce qui permettrait à l'employeur de mieux optimiser ses besoins en personnel avec le volume de son activité. Une façon de mieux rationaliser le temps de travail.
Le système éducatif devra également s'adapter au besoin de flexibilité de la compétence professionnelle. La mise à niveau des connaissances tout au long du parcours professionnel prendra le pas sur la formation initiale. En effet une part importante du temps libre dégagé par la réduction du temps de travail sera consacrée à la formation.
Les négociations se situeront de plus en plus au niveau de l'entreprise au détriment d'un rôle dévolu traditionnellement à la branche professionnelle. Ce que l'on constate déjà à l'heure actuelle, où les syndicats de la profession ne sont toujours pas parvenus à un accord sur la loi des 35 heures, alors que de nombreuses entreprises du secteur ont déjà mis en application des accords sur la RTT conclus au niveau de leurs entreprises.
Le Code du travail, trop généraliste, devrait laisser place aux nouvelles obligations définies à l'intérieur de l'entreprise. Ce qui ne veut pas dire que tout cadre juridique va disparaître, mais il prendra en compte les intérêts particuliers des deux parties.

m Pascale Carbillet


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2648 Magazine 13 Janvier 2000


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration