×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

LICENCE IV
Bière

Bière artisanale

Le banquier breton devenu brasseur

Un ancien cadre de la Société Générale brasse sa bière au fond du Périgord. Malgré sa conception bio, le produit vise un vaste marché de caves ou de bars.

Par AMPco

14 ans d'agence bancaire à Paris, des diplômes financiers en poche, Jean-Yves Jego avait son avenir tout tracé. Pourtant, à 39 ans, lassé d'une routine sans perspective et attiré par le goût d'entreprendre, ce Breton s'est lancé dans la brasserie, s'implantant à Nastringues. Arrivé en mai 98, installé dans la région la plus reculée du Périgord, Jean-Yves Jego a investi 1 MF dans un local trouvé par hasard et par opportunité (une ancienne ferme). Un stage à l'Ecole française de brasseries et un tour de France documentaire lui ont permis d'affiner son projet, tant au niveau du produit que de ses futurs clients. «La bière, c'est une tradition en Bretagne, où existent une dizaine de brasseries artisanales. Ici, en Dordogne, il n'y en a pas une seule, ce qui évite la concurrence.» Passionné par la nature et ses produits, l'ex- cadre responsable du secteur textile au siège de la Défense, décide de brasser une boisson aux normes biologiques. Aidé par son épouse, il met au point la «Korlène» -rousse- et la «Félibrée», (blonde) composées de houblons importés d'Allemagne, d'assemblages de malt de blé et d'orge, avec quelques baies de genièvre. En attendant une troisième bière à naître fin 98 qui sera fabriquée triple grain (Maltée d'Orge, de Sarrasin et de Petite Epeautre).

Stratégie et nature

«Mais la bière, c'est de l'eau, précise Jean-Yves Jego, et la qualité des eaux périgourdines a été une des raisons de notre choix d'implantation. Bien évidemment, en délaissant la banque à mon niveau, je me remettais en question, mais je ne suis pas parti au hasard.» Après une solide étude de marché qu'il aura réalisée grâce à ses connaissances financières, Jean-Yves Jego a mis ses produits au point, avant de les commercialiser. La Félibrée comme la Korlène sont pur malt, refermentées de bout en bout, non pasteurisées, sous label bio. Conçues à partir des techniques traditionnelles, (simple infusion de malt d'orge et de blé, absence de filtration), elles se veulent «vivantes» tant au niveau gustatif que diététique, se bonifiant avec le temps. Déclinées en plusieurs présentations (33 et 75 cl, en cartons de 3 ou de six), elles se vendent sur le comptoir (dans les foires locales) de 13 à 26 F l'unité ou s'emportent en pack.

Plusieurs circuits commerciaux

On les trouve également dans plusieurs grandes surfaces spécialisées (nature et bio) à travers le grand Sud-Ouest, de Périgueux à Bordeaux mais également dans certains bars à bières ou à vins (tel «Aux Toqués de la Bière» rue Pierre Sémard à Périgueux). La promotion se fait par le biais de différentes manifestations régionales auxquelles participe le brasseur, mais également par le bouche à oreille et la publicité dans divers journaux locaux. Pour Jean-Yves Jego - qui envisage de s'adjoindre un commercial professionnel - cette expérience réussie ouvre d'autres portes. Un référencement est également en cours chez Promo-Cash. Côté production, Nastringues sort actuellement 9.000 cols par mois, sous l'enseigne de la Brasserie du Canardou. La cadence de 50.000 litres annuels devrait être atteinte en 99, l'inventeur ayant en bon banquier fait ses comptes. Avec un seuil de rentabilité fixé à 500 KF pour l'année prochaine, il estimera avoir réussi son challenge. Deux emplois ont été créés à ce jour, d'autres le seront au fur et à mesure que grossira l'entreprise. «La bière bio, de bonne qualité, est un produit porteur», affirme le brasseur.


«La bière bio, de bonne qualité, est un produit porteur», affirme Jean-Yves Lego.


L'HÔTELLERIE n° 2581 Magazine 1er Octobre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration