×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

LICENCE IV
Entreprise

Terrasses à Marseille

Pour ou contre le stationnement des voitures

Depuis quelques semaines, la rive gauche du Vieux Port de Marseille a changé de look, enlevant de la place aux voitures pour en donner plus aux terrasses et créer un chemin piétonnier. Après avoir craint les effets de la limitation du stationnement, la majorité des professionnels sont ravis de l'expérience. En septembre, ils décideront si celle-ci doit ou non être poursuivie.

Par Lisa Casagrande

La ville a en effet décidé de redynamiser le quai du Port qui périclite depuis plusieurs années, contrairement à son voisin d'en face, le Quai de Rive Neuve, branché et surpeuplé le soir. Il y a quelques années, la municipalité avait, en effet, créé sur la rive droite un mini-quartier touristique conçu autour de places piétonnes, désormais devenu l'un des lieux de rendez-vous des noctambules chics de Marseille. Le Quai de Rive Neuve bénéficie notamment de la présence de La Criée, le théâtre national.
Rien de tout cela, de l'autre côté du bassin, de part et d'autre de la mairie, où plusieurs restaurants ou cafés ont fermé mais où subsistent pas moins de 34 établissements, tous équipés de terrasses.
Après diverses réunions de concertation, entamées il y a plus d'un an avec la CCI, la Sociam, le CHR 13 et de l'ensemble des commerçants, la ville a commencé à concrétiser son projet. Mais à titre expérimental seulement.
Elle a commencé par requalifier l'espace public en interdisant le stationnement automobile côté terrasse, afin, d'une part de dégager la vue sur le Vieux Port, d'autre part, de supprimer l'une des voies de circulation pour agrandir les terrasses et aménager entre les terrasses et la rue un passage piétonnier, bordé de jardinières plantées de palmiers.

Baisser les prix du parking souterrain

Le stationnement latéral ne reste autorisé que côté mer et les voitures sont invitées à utiliser le parking souterrain de l'hôtel de ville qui propose des chèques-parking d'une heure ou deux que les commerçants peuvent offrir à leurs clients.
"Ce n'est pas suffisant", estime M. Zanaboni, patron du restaurant Chez Caruso et président fondateur de l'association Le Nouveau Quai du Port. Il craint que les Marseillais ne soient trop paresseux pour fréquenter des établissements où le stationnement est réglementé. "Les restaurants cotés comme nous, ou le Miramar, poursuit-il, peuvent se permettre d'offrir des tickets de parking à leurs clients mais les petits établissements n'ont pas une recette moyenne suffisante. Il faudrait qu'entre midi et deux, par exemple, le tarif soit nettement inférieur, de l'ordre de trois heures pour dix francs, comme les restaurateurs du Cours Julien l'ont obtenu en soirée".
Marcel Sportiello, patron du "Sanglier", vieux restaurant marseillais spécialisé dans les produits de la mer et la bouillabaisse, partage cette opinion mais ne s'en dit pas moins ravi de l'expérience. "Cela donne une ambiance "vacances" sympathique : les gens flânent plus volontiers qu'avant et nos terrasses sont plus fréquentées. Nous avons pu mettre gratuitement une rangée de tables supplémentaires sur l'espace gagné sur la rue".

Une ambiance "vacances" plus sympathique

Quant au patron du glacier le Saint-Trop, il est encore plus enthousiaste. "J'ai 64 ans. Cela fait 22 ans que je suis là et j'avais la tête sous l'eau. Depuis qu'ils ont aménagé le Quai du Port, j'arrive au moins à respirer d'une narine ! C'est le jour et la nuit ! Je suis d'accord non pas à 100% mais à 1.000%".
Serge Tubeau, de l'Hippocampe, confirme : "C'est très très bien. Cela change complètement le visage de la ville. J'en avais marre de voir les voitures. Marseille est la seule ville de France où les gens se garent juste devant les terrasses. Et tant pis pour les grincheux qui ne peuvent pas se passer de leur auto ! A terme, cela nous amènera forcément du monde."
Ouvert il y a trois mois, à la place du Lacydon, le Ciné 28, brasserie-restaurant d'une cinquantaine de couverts, fait un bilan plus mesuré. "En semaine, la limitation du stationnement nous enlève du monde à midi car nous avons une clientèle de bureau qui aime se garer à proximité immédiate. Mais en week-end, c'est excellent. C'est plus joli. Nos clients n'ont pas les gaz d'échappement dans la figure. A terme nous serons gagnants".

Rendez-vous en septembre

Tout n'est pas réglé pour autant. L'aménagement est provisoire et cela se voit : la chaussée sur laquelle les terrasses se sont agrandies n'a pas été refaite et est parfois en pente. D'où un air d'inachevé. La mairie n'a pas voulu entamer de travaux lourds avant d'avoir l'accord définitif des commerçants. Or, celui-ci est prévu pour septembre.
Par ailleurs, à terme, les professionnels devront réaménager leurs terrasses, en utilisant des matériaux nobles. "Il faudra investir, mais cela prendra un peu de temps car pour l'instant nous n'avons pas les moyens", estiment-ils généralement. Et M. Zanaboni de conclure : "Il faudrait que la mairie aille bien plus loin dans son projet de redynamisation du quartier. On pourrait par exemple, pour attirer plus de promeneurs, rouvrir au public le Fort Saint-Jean, faire un point fort de la Cathédrale Major, monter un projet mettant en valeur la vie traditionnelle qui se déroule encore de ce côté du port avec les cabanons, les pêcheurs, etc. Bref , trouver un vrai style. Mais Euroméditerranée nous aidera peut-être..."


Sur la rive gauche du Vieux Port, piétons et terrasses ont détrôné les voitures.


L'HÔTELLERIE n° 2568 Magazine 2 Juillet 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration