×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

RESTAURATION
Equipement

Technologie du froid

Chambres froides et climatisation au gaz

Loin d'être récente, la technologie du froid par absorption trouve de nouvelles applications en hôtellerie, notamment pour la production du froid des chambres froides et la climatisation de l'établissement, y compris des cuisines. Philippe Dudas, architecte DPLG, préconise son installation dans divers cas. Point de vue en quelques questions-réponses.

Propos recueillis par Cécile Junod

Architecte DPLG spécialisé en hôtellerie-restauration, collectivités et dans l'expertise des bâtiments, Philippe Dudas est un fervent défenseur de la technologie du froid à l'énergie gaz. Particulièrement écologique et silencieuse, cette technique trouve sa parfaite application en CHR.

L'Hôtellerie :
Dans quels domaines précisément s'applique la technique de production du froid à l'énergie gaz ?

Philippe Dudas :
«Grâce à son groupe de production d'eau glacée fonctionnant sans compresseur, ni CFC ni HCFC, la technologie du froid au gaz présente des atouts avantageux à étudier. Tout d'abord, précisons que le système Robur, que je préconise, est un système réversible, produisant du froid mais également du chaud. Le tout au gaz, une énergie souple, et surtout aux coûts de consommation intéressants.
Le système Robur mérite d'être étudié dès lors qu'il s'agit de rafraîchir des locaux de plus de 200 m2. Une surface facilement atteinte dans le domaine de l'hôtellerie. Ce système au gaz est également parfaitement adapté pour climatiser les cuisines et assurer la production de froid dans les chambres froides. En restauration collective, il répond en plus aux besoins de refroidissement des laboratoires de découpe et des salles blanches. Autre type d'exemple, nous l'avons récemment installé dans les chambres froides de stockage de viande d'une exploitation agricole biologique. Ce système est le seul au gaz à autoriser des températures négatives jusqu'à - 6 °C. Il permet donc sans souci de refroidir des chambres froides positives.»

L'Hôtellerie :
Quels sont les avantages du système Robur par rapport aux systèmes traditionnels ?

Philippe Dudas :
«Tout d'abord, il fonctionne au gaz. Les coûts de consommation énergétiques sont donc moindres que dans le cas d'un fonctionnement à l'électricité. Cependant, les coûts d'installation sont supérieurs et le calcul du retour sur investissement ne peut être déterminé qu'après une étude de rentabilité, au cas par cas. Par ailleurs, il est totalement exempt des produits frigorigènes interdits par le protocole de Montréal. Un point important lorsqu'on connaît les problèmes liés à l'emploi de ces produits. De plus, dans les systèmes traditionnels, le fluide frigorigène est compressé mécaniquement, alors que dans cette technologie, la compression est effectuée par chauffe et absorption, ce qui en fait un procédé tout à fait silencieux. Enfin, dans cette machine qui ne comprend pas de compresseur, la seule pièce en mouvement est une pompe conduisant la solution glycolée vers le générateur. D'où moins de risques d'usure mécanique et de pannes. La maintenance s'en trouve très simplifiée. Résultat important : la réduction des frais d'entretien à des prix pratiquement insignifiants. Encore un point que j'allais omettre de préciser et qui a aussi son importance : ce système ne nécessite pas de périodes de détente ou périodes de dégivrage de l'évaporateur, d'où un fonctionnement sans interruption.»

L'Hôtellerie :
Comme tout système, le système Robur présente son revers de la médaille avec ses inconvénients. Quels
sont-ils ?

Philippe Dudas :
«
Effectivement, tout système présente des avantages et des inconvénients. Le système Robur n'y échappe pas. Deux points faibles sont à signaler. Le premier est sa limite de souplesse : il est difficile de concevoir son implantation pour des surfaces inférieures à 150-200 m2. En revanche, au-delà de cette limite, sa construction modulaire permet de composer des installations de n'importe quelle puissance. Le second point faible est l'obligation d'installer la machine en extérieur, éventuellement en terrasse. En milieu urbain, cette obligation peut rendre impossible son implantation. En revanche, ce même point faible a l'avantage de solutionner les problèmes de sécurité vis-à-vis des pompiers pour les chaufferies et la présence de gaz.»

L'Hôtellerie :
Pouvez-vous nous expliquer succinctement le fonctionnement de ce groupe de production d'eau glacée à gaz ?

Philippe Dudas :
«L'absorption est une vieille technique de production de froid, bien antérieure à la compression des vapeurs. Les premières machines frigorifiques, mises au point par Tellier (le père du froid moderne) et enrichies par Albert Einstein au milieu du XIXème siècle, fonctionnaient déjà sur ce principe. Ces machines à absorption utilisent de l'eau et un sel, en l'occurrence de l'eau et de l'ammoniac (celui-ci joue le rôle de réfrigérant) dans le système Robur. La production de froid est obtenue par détente de l'ammoniac. D'une façon générale, la détente d'un gaz soumis à une pression produit un refroidissement. C'est donc sur cette loi physique qu'est basé ce système de production d'eau glacée.
Dans cette machine, il faut distinguer deux circuits distincts. L'un, interne et appelé circuit haute pression, permet le changement d'état de la solution eau + ammoniac. Pendant ce trajet, l'ammoniac liquide perd sa chaleur au profit de l'ammoniac gazeux. L'autre circuit, externe à la machine, dit circuit basse pression, véhicule une solution d'eau glycolée (antigel) qui circule dans le circuit de froid des évaporateurs ou des ventilo-convecteurs.
Ainsi, lorsqu'il y a une demande de froid, le brûleur atmosphérique au gaz s'allume et chauffe le générateur contenant la solution ammoniaquée afin de produire le gaz qui produira le froid demandé.
Mais ce qu'il faut surtout retenir de ce fonctionnement, c'est qu'il est écologique puisqu'il ne nécessite pas l'emploi de fluides frigorigènes. De plus, ne comprenant que des pompes et des courroies, son installation, son entretien et sa maintenance sont grandement simplifiés. Enfin, sa conception modulaire lui permet de s'adapter à de nombreux cas. Actuellement, il existe deux modèles de machine, l'un dont la puissance utile est de 10,5 KW pour une production de 1.600 à 2.700 litres d'eau glacée par heure ; l'autre d'une puissance utile de 17,4 KW produit de 2.700 à 3.650 litres d'eau glacée par heure. Ces machines sont conçues pour être montées en série et donc répondre à tous les besoins.»


Philippe Dudas : «Réversible chaud/froid, le système Robur au gaz permet dans de nombreux cas, de limiter le coût de la consommation énergétique.»


Le groupe de production d'eau glacée fonctionnant au gaz se place à l'extérieur desbâtiments ou en terrasse.

Schéma de fonctionnement de la machine à absorption

A : générateur
B : condensateur
C : évaporateur
1 : brûleur

2 : chambre de niveau
3 : rectifieur
4 : restriction
5 : tube coaxial
6 : restriction
7 : pré-absorbeur
8 : pompe à solution
9 : restriction

Adresses


L'HÔTELLERIE n° 2568 Magazine 2 Juillet 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration