Actualités

1978

La liberté des prix n'aura pas lieu

Cette année-là...

* Jean-Pierre Soisson devient ministre de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs... Le Tourisme en dépend également.
* L'Hôtellerie, «le grand journal des hôteliers, restaurateurs et cafetiers-limonadiers», jusque-là bi-mensuel, devient hebdomadaire à partir du mois de septembre.
* Les hôtels non homologués changent de statut
et deviennent les «hôtels rattachés au Tourisme».

* Création au sein de la Confédération d'un nouveau groupement pour les établissements saisonniers. Monsieur Boursin est nommé président de cette branche.
* Création au sein de la FNIH d'une section «Syndicat National des Discothèques», avec à sa tête Guy Ramage, président.

* Le prix des chambres : libres jusqu'à 28 francs !
* Le taux horaire du S.M.I.C. est de 11,07 francs.
*... Et cette année-là, le guide Michelin sacre «trois étoiles», Alain Senderens, l'Archestrate à Paris. En revanche, Maxim's «rend ses étoiles».

 
Lors du congrès de la Confédération, entre Jean-Pierre Soisson et le président Jond, le président Gaillot déclare : «Nous pouvons nous féliciter d'être une centrale regroupant des syndicalistes actifs.»

Congrès de la Confédération, le congrès de l'espoir

Jean-Pierre Soisson clame haut et fort : «Il faut que l'on puisse, dans ce pays, créer, développer et exploiter une entreprise sans être victime d'une administration étouffante et bureaucratique.» Dans un contexte de lutte pour la libération des prix, le président Gaillot résume les débats : «S'il fallait résumer ces assises, on pourrait les qualifier de congrès de l'espérance.» Tandis que de son côté, Jacques Lépicier conclut : «Notre régime économique des prix est arrivé aujourd'hui, à la perfection dans l'absurde.»

 
Jean-Pierre Soisson, ministre de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs... et aussi du Tourisme.

 

===========================================

L'effet choc des nouveaux alcootests

La campagne contre l'alcoolisme que mènent les pouvoirs publics en pratiquant de nombreux alcootests sur les routes de France entraîne une chute considérable de la consommation des apéritifs et digestifs. Celle-ci atteindrait 80% chez certains professionnels. «Cette méthode fait subir un préjudice grave à l'ensemble d'un secteur économique», s'indigne la Confédération des hôteliers, restaurateurs, cafetiers-limonadiers. Et les cafetiers de protester : «Nous ne sommes pas des fauteurs d'alcoolisme !»

===========================================

Le secrétariat d'Etat au Tourisme disparaît

Malgré un cri de protestation de la profession, l'administration rassemble sous un même et grand ministère la Culture, l'Environnement, le Tourisme, la Jeunesse et les Sports. Jacques Médecin, qui a tant défendu les revendications des hôteliers-restaurateurs, n'y pourra rien. Jean-Pierre Soisson, alors nommé ministre de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, déclare : «Je deviens le ministre du Tourisme. Certes, pour une raison de simplicité d'appellation, le mot «tourisme» ne figure pas dans l'intitulé... Mais au-delà des mots, rien ne change. Je n'ai pas l'intention de sacrifier la dimension touristique à mes autres attributions.»
En octobre, réorganisation du ministère Soisson et mise en place d'une direction unique du Tourisme, avec à sa tête Alain Serieyx.

L'existence de l'hôtellerie saisonnière menacée

Lors de son congrès à Divonne, le syndicat national de l'Hôtellerie Saisonnière de-mande aux pouvoirs publics de reconnaître le caractère spécifique de cette activité. Il faut lui adapter des mesures particulières : prix de chambre différents (voire libres), contrats de travail en adéquation, révision des modalités d'application des abonnements téléphoniques et élaboration d'une politique promotionnelle et commerciale commune.

Congrès de la FNIH : retrouver l'initiative et la liberté

Le président Bourseau : «Il faudrait, dans un premier temps, libérer le prix des chambres équipées d'une salle d'eau.»
Le président Auberty : «Nous allons proposer aux pouvoirs publics de nouveaux critères de classification des cafés.»
Le président Roustan : «Pourquoi n'accorderait-on pas, dans le cadre d'un encouragement au tourisme, la TVA à 7% aux restaurateurs pour la réception de groupes ?»
Et Marcel Bourseau de conclure : «Nous avons bon espoir d'obtenir des résultats immédiats, d'autant plus que le gouvernement entend humaniser les rapports avec l'administration.»

t Déjà le paracommercialisme

Alphonse Roustan dé-nonce déjà cette forme de concurrence : «Le paracommercialisme est aussi néfaste au commerce que le travail au noir...» Et bien que l'Union Nationale des Restaurateurs ne soit pas contre la création de cantines d'entreprises, de foyers de jeunes travailleurs, de salles municipales et de restaurants à la ferme, ses dirigeants souhaiteraient malgré tout plus d'équité et de justice. Et donc une législation appropriée.

===========================================

Des emplois et des devises dans les valises

Le poids du tourisme dans l'économie nationale est loin d'être quantité négligeable. En 1978, les étrangers ont effectué près de 27 millions de voyages touristiques d'une durée supérieure ou égale à 24 heures (soit 800.000 de plus qu'en 1977) et ont dépensé près de 25 milliards de francs. En comptant les «excursionnistes» (durée de séjour inférieure à 24 heures), le montant total atteint 27 milliards, une somme légèrement supérieure aux exportations de voitures. Les recettes touristiques couvrent 43% du déficit du poste énergie.

Les enseignes poursuivent leur développement

* Le récent groupe Cid-Hôtels, présidé par Claude Dray, compte désormais une quatrième unité : le «Baltimore» à Paris.
* Les deux premiers relais de route européens Serre-Routel voient le jour à Eponnes (Yvelines) et Varennes-Vauzelles (Nièvre). La mise en chantier de la troisième unité est annoncée à Thionville.
* La chaîne Inter-Continental achète le Barclay à New York (800 chambres), ce qui porte à 81 le nombre de ses établissements.
* Le Club Méditerranée ouvre un village-vacances à Avoriaz.
* La chaîne Minimote (2 étoiles) atteint dix unités fin 1978 et se fixe pour objectif 50 établissements (15 intégrés et 35 franchisés) d'ici 1982.

 

En bref...

* Messieurs Soisson et Nikitine signent un accord franco-soviétique dans le domaine des activités touristiques visant à faciliter de façon bilatérale le tourisme de groupes, les échanges de jeunes, le tourisme professionnel, l'organisation d'expositions, de festivals et de manifestations sportives.
* Application d'une nouvelle loi portant sur l'Indemnisation de l'incapacité de travail des salariés dite loi de «mensualisation». Désormais, tous les employeurs devront compléter les prestations versées par la Sécurité sociale en cas d'arrêt de travail pour accident ou maladie.
* Les pouvoirs publics diminuent d'une heure le temps de travail. La durée hebdomadaire des cuisiniers passe à 44 heures et celle des autres personnels à 49 heures.
* L'association «Hôtels in France» qui regroupait les principales chaînes hôtelières intégrées et volontaires françaises, connaît de sérieux remous. Huit chaînes adhérentes viennent d'en démissionner pour des raisons financières.
* Les commissions d'équipement hôtelier, instaurées l'an passé, ont bien du mal à se faire entendre et respecter. Remplissent-elles leur tâche ? Jouent-elles leur rôle ? Sont-elles seulement prises au sérieux ?
* L'hôtellerie française a emprunté en 1978, plus de 930 millions de francs au Crédit Hôtelier, dont 85% pour les hôtels non homologués et les établissements de 1 et 2 étoiles.
* Le Syndicat des Restaurateurs de Paris, présidé par Bernard Fournier, vient de lancer une expérience d'approvisionnement direct en poissons et crustacés, en liaison avec les pêcheurs de La Rochelle.
* C'est nouveau : Le Hilton-Paris équipe toutes ses portes de chambres, d'un système de cartes électroniques remplaçant les clefs.
* Cette année-là, les clients des hôtels 3 et 4 étoiles expriment leurs voeux : encore plus de confort (sanitaires plus luxueux, insonorisation plus poussée, décoration plus raffinée), des plats régionaux et des vins de pays.


L'HÔTELLERIE n° 2500 Hebdo 6 Mars 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration