×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

ACTUALITÉ

Tourisme

La saison estivale 2002 s'annonce 'tiède'

Après un mois de juillet en demi-teinte, voire médiocre pour certains départements, les professionnels de l'hôtellerie gardent le moral. D'autant que le mois d'août et l'arrière-saison se présentent sous de bons auspices.


Les vacances sur juillet et août 2001 ont en moyenne duré 11,6 nuitées contre 12,2 en 1998 et 14,4 en 1990.

Une grosse averse, un petit rayon de soleil, une grosse averse, un petit rayon de soleil... Hormis la Méditerranée, le soleil joue à cache-cache partout en France en ce début d'été. Ces incertitudes climatiques (excédent de pluviosité de 10 à 15 % par rapport au climat moyen des 30 dernières années) ont bien sûr influencé le comportement des touristes. Beaucoup hésitant à aller s'étendre sur les plages de sable blanc. Selon une enquête réalisée par le Comité régional de tourisme d'Aquitaine auprès des hôteliers et gérants de campings, 59 % des professionnels estiment d'ailleurs que "le début du mois de juillet a été mauvais" et 55 % estiment que "la fréquentation a été inférieure à celle enregistrée à la même période en 2001".
Du côté du Groupe Lucien Barrière, implanté à la fois sur les côtes bretonne, normande et méditerranéenne, Christian Meunier, directeur général adjoint en charge du pôle hôtelier, souligne lui aussi le piètre démarrage de la saison estivale. "La météo a sévèrement sanctionné les bords de mer. Juillet a été médiocre", avoue-t-il sans détour. Dans le Languedoc-Roussillon, le CRT note pour sa part que 58 % des hôteliers jugent leur activité en diminution au cours du mois de juillet dernier.
Michel Tschann, président du Syndicat hôtelier de Nice-Côte d'Azur, refuse lui de crier à la catastrophe. "Il n'y a pas péril en la demeure ! Après une saison 2001 exceptionnelle, nous revenons en réalité à des niveaux de fréquentation équivalents à ceux de 2000", indique-t-il. Et de poursuivre : "L'hôtellerie haut de gamme a certes perdu en moyenne 5 % d'occupation en juillet, tandis que la chute s'est échelonnée entre 2 et 3 % pour les autres catégories. Les prix moyens ont en revanche bien résisté : 163 euros pour les hôtels de luxe, 98 euros pour les 4 et 3 étoiles, et 77 euros (contre 74 euros en 2001) pour les 2 étoiles."

Effets RTT et 11 septembre
Sur la Croisette, Michel Chevillon, président du Syndicat des hôteliers de Cannes, se montre également assez optimiste. Sans nier le recul des niveaux de remplissage en juillet qui oscillent entre - 10 et - 12 % selon les catégories d'hôtels, il considère que cette baisse est compensée par de bons prix moyens. "En dépit d'une légère baisse du nombre de clients, 2002 renoue en fait avec la normalité", surenchérit Jean Rauline, président des Palaces de la Côte d'Azur.
En Ile-de-France, l'Office de tourisme et des congrès de Paris (OTCP) a effectué pour sa part un sondage prévisionnel assez instructif auprès de 70 établissements hôteliers. "Les résultats s'avèrent plutôt satisfaisants pour juillet", avec, cependant, un fléchissement sensible du taux d'occupation de 4 à 6 points (environ 73 %). Pour PKF Hotelexperts, l'hôtellerie haut de gamme parisienne est d'ailleurs la plus pénalisée, perdant en moyenne 11,4 % d'occupation à 74,6 %.
Au regard de ces témoignages, une grande majorité d'hébergeurs s'accorde apparemment à reconnaître que la saison estivale a timidement démarré. De là à conclure que les coups de colère du ciel expliquent tout, il n'y a qu'un pas que ces derniers ne franchissent pas. "A l'évidence, l'application de la RTT a aussi entraîné un changement dans l'attitude des Français vis-à-vis de leurs vacances. Ils consomment désormais davantage de courts séjours tout au long de l'année au détriment des départs en été." Malgré une hausse de 4,5 % du chiffre d'affaires de Campanile sur juillet, Stéphane André, directeur général adjoint en charge des opérations pour Envergure, considère lui aussi que nos compatriotes ont adopté de nouvelles habitudes de consommation touristique. "Habitudes dont il va falloir tirer les enseignements dans l'avenir", précise l'intéressé. Une modification des comportements ressentie par d'autres professionnels du secteur, qui, en outre, soulignent la désaffection généralisée de certaines nationalités étrangères. Les effets du 11 septembre, associés à la mauvaise conjoncture économique, pèsent, semble-t-il, lourdement sur la fréquentation touristique 2002. 

La restauration traditionnelle malmenée
Si les hôteliers parviennent à tirer leur épingle du jeu, les restaurateurs français semblent plus touchés par la baisse de la demande.
D'ailleurs, rien que sur le mois de juillet, les établissements de la Côte d'Azur évoquent une baisse de 30 % de leur chiffre d'affaires. "En fait, les gens ne s'attablent plus guère pour déjeuner...", constate un professionnel. Manger ne serait-il donc plus l'affaire des Gaulois ? Probablement pas. Mais à l'évidence, le poste alimentation perd de sa teneur dans le budget estival.
D'autant plus que les Français multiplient les départs en courts séjours tout au long de l'année.
Ajoutons à cela un changement de comportement indéniable dans les horaires de prises de repas. "Mes collègues ont en effet remarqué que les touristes veulent manger aussi bien à 15 heures qu'à 22 heures", raconte François Effling, président national des saisonniers de la CPIH. "Nous n'avons hélas bien souvent pas les équipes nécessaires pour les satisfaire. Il faut nous aider", poursuit-il. A bon entendeur, salut...

Bonnes perspectives en août et pour l'arrière-saison
"Il y a moins de touristes étrangers, notamment moins d'Américains, de Japonais et d'Allemands", confie ainsi un hôtelier de la capitale. "L'été 2002 devrait être plutôt bon, mais il est évident que nos établissements hébergent moins d'Américains et d'Allemands", commente Xavier Olivereau, président des Relais du Silence.
Avec quelque 4,047 millions de chômeurs, nos voisins d'outre-Rhin ont à l'évidence d'autres chats à fouetter que d'organiser leurs vacances en France. Idem pour les Japonais, confrontés à d'importants problèmes économiques. Quant aux Américains, ils doivent eux aussi supporter la chute du billet vert tout en s'apprêtant à commémorer les attentats terroristes. Il n'empêche qu'Espagnols, Britanniques, Scandinaves ou bien encore Russes et Moyen-Orientaux sont, eux, apparemment venus assez nombreux cette année sur le territoire français. De quoi compenser le démarrage tardif de la saison et de permettre aux professionnels de garder le moral. D'autant qu'avec l'arrivée massive des Français en août, les perspectives pour l'été 2002 paraissent finalement dans l'ensemble positives. "Le mois d'août s'annonce super fort ! Nous enregistrons beaucoup de réservations, tant au niveau tourisme d'affaires que loisirs pour l'arrière-saison", déclare Michel Chevillon. "Avec un mois d'août très prometteur, nous devrions globalement dépasser les résultats 2001", confie Christian Meunier. "Sur août, nous sommes quasiment au même niveau que l'an dernier ! Quant au mois de septembre, il devrait être excellent", constate Michel Tschann.
A Paris, par contre, on fait plutôt la grimace avec un taux d'occupation prévisionnel (source : OTCP), toutes catégories confondues, de 56 % en août 2002 contre 72 % l'an passé. Des résultats à pondérer toutefois, sachant que les touristes réservent de plus en plus à la dernière minute. Surtout lorsque le soleil hésite à pointer son nez !
C. Cosson zzz20

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum de L'Hôtellerie

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2782 Hebdo 15 Août 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration