×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Entreprise
__________

Transformation du Magasin aux Vivres en hôtel à Metz

58 millions de francs pour un 4 étoiles

Le Magasin aux Vivres à Metz, l'un des derniers vestiges de la citadelle de la ville, devrait accueillir début 2003, le second hôtel 4 étoiles de Lorraine, le premier de Moselle.

Désaffecté depuis des décennies et utilisé occasionnellement pour stocker les décors du théâtre municipal, le vaste bâtiment, construit en 1559, trouvera une nouvelle vocation sous la coupe du groupe Holigest qui devrait lancer les travaux de réhabilitation en septembre prochain. Idéalement située en plein centre-ville, à deux pas de la prestigieuse salle de spectacle de l'Arsenal, la bâtisse conciliera deux concepts, avec d'un côté 50 chambres 'classiques', et de l'autre 30 appartements avec kitchenette. Inscrit à l'inventaire des Monuments historiques, le Magasin aux Vivres intégrera également une salle de restaurant de 70 couverts, une salle de séminaire, ainsi que des places de parking extérieures. Le complexe hôtelier pourrait ouvrir ses portes en 2003, après 15 mois de travaux, dont 2 mois de fouilles archéologiques. Il portera l'enseigne Holiday Inn Suits, le premier de la chaîne en Europe.

Un projet de longue haleine
Les Messins vont enfin voir aboutir ce projet hôtelier de luxe, dont les premières esquisses remontent au début des années 90. A cette époque, Jean-Marie Rausch, maire de Metz, souhaite rivaliser avec Nancy (Meurthe-et-Moselle) qui possède, encore aujourd'hui avec l'Hôtel de la Reine, l'unique 4 étoiles de la région. En 1992, la municipalité mosellane, propriétaire du site, concède au groupe Batigère la réalisation du projet de l'avenue Ney. Après avoir accepté, Batigère décide finalement de concentrer ses activités sur sa vocation première, la construction de logements sociaux, et décline l'offre. Deux ans plus tard, la Compagnie générale des eaux (CGE) constitue la filiale Ressources et Valorisation pour monter un nouveau projet de 100 chambres. Holigest est alors consulté pour assurer la gestion de l'établissement. Mais le groupe hôtelier déclare impossible de faire vivre un hôtel 4 étoiles dans une conjoncture économique particulièrement défavorable. "En 1995, les hôtels 4 étoiles sont considérés comme des produits de luxe. Les entreprises réalisent par ailleurs des économies en réduisant les déplacements professionnels de leurs salariés", explique Pascal Brunel, directeur général d'Holigest. Entre 1995 et 1997, le groupe hôtelier tente de convaincre Jean-Marie Rausch de réaliser un 3 étoiles. Mais le maire tient absolument à son hôtel de luxe, symbole de dynamisme économique. Après deux années difficiles, l'industrie hôtelière retrouve des couleurs. "Les mutations et les formations se font plus nombreuses", poursuit Pascal Brunel qui propose, dans cette optique, une alternative : transformer le Magasin aux Vivres en complexe alliant hôtel et résidence. L'idée séduit Jean-Marie Rausch qui, à la veille des élections municipales, peut enfin annoncer l'existence prochaine d'un hôtel de luxe à Metz. Holigest signe le compromis de vente en avril 1999, présente le dossier en CDEC au début de l'année 2000, consulte le cabinet messin Alpha Architecture qui obtient le permis de construire le 28 décembre. Le bâtiment de 6 000 m2, sur trois étages, sera restauré en pierre jaune de Metz, en bois et en acier afin de rappeler les matériaux traditionnellement utilisés dans l'architecture régionale. Le coût global de cette réhabilitation se monte à 58 MF.
S. Hemzellec


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2705 Hebdo 15 Février 2001


zzz36i
L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration