Actualités

Entreprise
_________

Exercice 1999-2000

Lucien Barrière joue et gagne

La société française, spécialisée dans l'hôtellerie de luxe et les casinos, devrait réaliser un excellent exercice 1999-2000. Le tapis vert rapporte toujours autant, mais le secteur hôtelier enregistre lui aussi de fortes progressions.

Philippe Lazare, directeur général de Lucien Barrière, a le sourire aux lèvres. Bien qu'il s'apprête à quitter l'entreprise familiale pour rejoindre Eurotunnel (il demeure cependant administrateur de deux sociétés), la compagnie dont il a été le patron durant ces trois dernières années se porte en effet comme un charme. A tel point d'ailleurs que le groupe français, spécialisé dans l'exploitation de casinos et l'hôtellerie haut de gamme, devrait afficher un chiffre d'affaires de l'ordre de 2,1 milliards de francs au terme de l'exercice 1999-2000 (clos le 31 octobre prochain), soit une progression de 15 % par rapport à l'an passé. Mieux encore ! Le résultat avant impôt augmenterait lui aussi d'environ 200 millions de francs.
Concrètement, l'activité casino (13 établissements) devrait avoisiner un volume d'affaires de 1,1 milliard de francs après prélèvement de l'Etat, tandis que le pôle hôtelier et restauration (13 hôtels et 57 restaurants) devrait lui réaliser un chiffre d'affaires situé entre 850 et 900 millions de francs (+ 18 %). Les hôtels Lucien
Barrière tireraient effectivement assez bien leur épingle du jeu avec un taux d'occupation moyen de 67 %. Le tout accompagné probablement d'une hausse d'environ de 20 % de leur prix moyen chambre (1 000 francs HT) et du revenu par chambre disponible (827 francs).
Un niveau d'activité que Philippe Lazare considère "satisfaisant", mais encore "perfectible". Ce qui devrait du reste se produire au terme des prochaines années, le groupe devant profiter pleinement de sa modernisation.

Extension du projet parisien en cours
Au cours des trois derniers exercices, sous la houlette de Philippe Lazare, la compagnie a de fait procédé à un "grand nettoyage de printemps" au niveau de ses structures internes. A commencer par fédérer l'ensemble de ses sociétés et établissements (Société des Hôtels & Casinos de Deauville, Société Fermière du Casino Municipal de Cannes, Société Hôtelière de la chaîne Barrière à La Baule, Société d'Expansion Touristique de Biarritz) qui, jusqu'alors organisé en un GIE, a été transformé en SNC.
Parallèlement, Lucien Barrière a aussi mis en place une organisation par métier en nominant trois directeurs généraux adjoints pour chaque secteur d'activité : Christian Meunier en charge de l'hôtellerie, Philippe Quentin pour les casinos, et un prochain venu à la tête de la restauration. Sans oublier un travail marketing poussé concernant la définition des valeurs véhiculée par l'entreprise (cocooning, gentillesse, absence de stress...) et son image de marque.
En outre, le groupe a boosté son développement externe avec notamment l'acquisition du restaurant Le Fouquet's, du casino de La Rochelle et celle, récente, de la résidence hôtelière Le Carré d'Or à Paris. Sur ce dernier point, Dominique Desseigne, président de Lucien Barrière, a précisé que le groupe "négociait en ce moment même le rachat de surfaces supplémentaires" pour disposer d'un véritable hôtel de luxe parisien. Ce qui ne l'empêchera pas de regarder ailleurs. "Les implantations internationales restent d'actualité", a indiqué Philippe Lazare. Lucien Barrière souhaitant s'implanter en particulier de l'autre côté de la Manche, à Londres.
L'entreprise française n'a pas, néanmoins les yeux plus gros que le ventre. Elle s'est ainsi portée candidate à la reprise des casinos de Ramatuelle et Ribauvillé, mais entend concentrer ses efforts sur son projet parisien. Ce dernier, dont la décoration sera évidemment réalisée par le fidèle Garcia, devrait ouvrir ses portes au public d'ici un an et demi.
"Nous voulons être un leader qualitatif du secteur", a souligné Dominique Desseigne. A noter que Lucien Barrière a mis fin à son contrat de gestion sur Isola 2000.
C. Cosson


Le groupe devrait afficher un chiffre d'affaires de l'ordre de 2,1 milliards de francs au terme de l'exercice 1999-2000, soit une progression de 15 % par rapport à l'an passé.

 


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2685 Hebdo 28 Septembre 2000


zzz20o
zzz34

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration