Actualités

Actualité

Hôtellerie haut de gamme

Sofitel veut augmenter son parc de 35 % d'ici la fin 2001

Oubliés les complexes des "petites" face aux "grandes" enseignes hôtelières internationales. Après un début de décennie relativement difficile, la marque haut de gamme du groupe Accor passe la vitesse supérieure. Elle prévoit ainsi l'ouverture de quarante nouveaux hôtels en trois ans. En ligne de mire : les Amériques.

Sofitel a aujourd'hui tout d'une "grande" chaîne hôtelière internationale. L'enseigne haut de gamme du groupe Accor n'a désormais plus aucune raison de rougir face à ses concurrents étrangers. Et ce tant au niveau de sa "taille" que de son "image". Avec 113 établissements (totalisant près de 20 700 chambres) recensés à la fin 1998, parmi lesquels figurent des sites aussi prestigieux que le Palais de Jamaï à Fès (Maroc) ou bien encore le Sofitel Gran Mahakam à Jakarta (Indonésie), la marque française, fondée en 1964, est en effet parvenue, seule, au cours de ces dernières années à hisser son drapeau quatre étoiles dans plus de 43 pays différents.
Un réseau certes marqué par une forte présence à travers l'Hexagone puisque les 31 unités françaises actuelles représentent plus de 27 % de la chaîne. Sans compter les ouvertures parisiennes à venir avec dès le mois de mai prochain le Sofitel Le Faubourg (155 chambres et 19 suites), rue Boissy d'Anglas, et en l'an 2000 les inaugurations des Sofitel Danton (375 chambres et 32 suites), dans le quartier de La Défense, et Bercy (389 chambres et 20 suites).
Reste que l'enseigne haut de gamme du conglomérat français, qui a investi l'an passé sur les actifs existants quelque 300 millions de francs, a su aussi essaimer très largement hors des frontières nationales et de son continent natal. D'ailleurs, en 1998, l'Europe réunissait ainsi moins de la moitié du parc hôtelier total, soit précisément 56 hôtels.

80 % des ouvertures hors d'Europe
Même si Sofitel entend bien sûr consolider ses positions sur le Vieux Continent notamment en Allemagne (le Sofitel Berlin Friedrichstrasse en l'an 2000) et au Royaume Uni (le Sofitel London Pall Mall début 2001), la chaîne nourrit également de grandes ambitions planétaires. Du reste, l'année dernière, elle a épinglé quatre nouveaux pays (l'Inde, le Maroc, le Liban et l'Indonésie) à son tableau de chasse. Et les choses devraient s'accélérer durant les prochains mois à en croire les propos de Sven Boinet, membre du directoire en charge de l'hôtellerie Accor.
"Nous souhaitons faire de Sofitel un outil de développement pour le groupe", indique ainsi l'intéressé. A tel point d'ailleurs que la marque quatre étoiles prévoit une croissance de son réseau d'environ 35 % d'ici à la fin de l'année 2001. Autrement dit, une quarantaine de nouveaux projets vont prochainement venir grossir les rangs de Sofitel et 80 % d'entre eux se situeront hors d'Europe. Au programme de ce développement musclé figure évidemment en priorité les Amériques avec 40 % des ouvertures prévues en portefeuille. Alors que la concurrence fait rage en Amérique du Nord, Accor vient malgré tout d'y décrocher quatre nouvelles propriétés : à New York, Philadelphie, Chicago et Dallas. Dès décembre 2001, la chaîne haut de gamme possédera ainsi aux Etats-Unis un réseau fort de 11 hôtels (3 500) dans 9 villes importantes.
Autre cible de choix : l'Amérique du Sud. Déjà implantée au Brésil et en Colombie où elle va accroître sa part de marché (Rio de Janeiro, Ibagué et Santa Marta), la marque haut de gamme du groupe Accor ajoutera dès 1999 de nouvelles destinations comme le Guatemala (deux hôtels) à ses implantations existantes.

Neuf Sofitel ouverts en 1998

- L'Hôtel Régina & du Golf, 66 chambres, à Biarritz
- L'Hôtel Miramar, 126 chambres, à Biarritz
- L'Hôtel Trocadéro Dokhan's, 45 chambres, à Paris*
- Le Sofitel Gabriel, 75 chambres, à Beyrouth
- Le Sofitel Palm Beach, 87 chambres, à Beyrouth
- Le Mansour Eddahbi, 441 chambres, à Marrakech (Maroc)*
- L'Hôtel Gran Mahakam, 161 chambres, à Jakarta (Indonésie)*
- Le Sofitel Ummed Ahmedabad, 89 chambres, en Inde
- Le Sofitel Plaza Saigon, 292 chambres, à Ho Chi Minh (Viêt-nam)

*Managé par Sofitel

Rachat au Japon
Viendra ensuite, en l'an 2000, le tour de l'Argentine avec le Sofitel Buenos Aires et celui du Mexique (Cancun). Sans oublier le Venezuela un an plus tard avec l'île de Margarita.
Parallèlement, Sofitel réalisera également cette année ses premiers pas à Cuba avec l'ouverture d'un hôtel à La Havane et un second à Santiago de Cuba. En outre, la chaîne vient d'étoffer son réseau dans les Caraïbes avec une nouvelle adresse de charme en République Dominicaine à Saint Domingue. Fort intéressée par les Amériques, Sofitel n'en demeure pas moins séduite par le continent asiatique où elle réunit quelque 11 unités. D'autant plus que la crise économique récente y crée de nombreuses opportunités fort alléchantes.
Accor vient ainsi de racheter à Mitsubishi Group le Sofitel de Tokyo (Japon), jusqu'à présent exploité en franchise. La chaîne française avait cependant ouvert, au préalable, son premier hôtel en Inde à Ahmedabad. Un second devant voir le jour en juin prochain à Jodhpur, puis un troisième maillon en 2001 à Jaïpur. Sofitel a par ailleurs planté son fanion en Indonésie et s'apprête à inaugurer deux nouvelles unités en Chine : le Sofitel Zhengzhou et le Sofitel Jinan Silver Plaza.

Sofitel reste bien sûr aussi très axée sur le Moyen-Orient où le réseau offrira en l'an 2000 un parc de 10 hôtels soit 2 583 chambres. Sans omettre le continent africain, en particulier le Maroc où la marque disposera de 5 unités en 2001. Après l'Algérie, la Côte d'Ivoire, le Niger, le Burkina-Faso, une nouvelle adresse Sofitel sera en outre inaugurée courant 1999 au Nigéria, à Lagos.

Chambre "on line"
Un programme des plus chargés qui n'empêche pas la marque de peaufiner son positionnement tout en se "reconstruisant" la façade. En 1999, Sofitel prévoit ainsi 500 millions de francs d'investissements sur les actifs existants dont plus de 50 % sur les filiales. Et pour grandir et se remettre au goût du jour, la chaîne ne lésine nullement recourant aux plus grands "designers" hôteliers de la planète tels que Pierre-Yves Rochon, Andrée Putman, Frédéric Méchiche, Jean-Paul Viguier, Brennan Beer Gorman/architects...
A noter que, conformément aux déclarations de Jean-Marc Espalioux, président du directoire d'Accor, Sofitel a par ailleurs commencé la mise en place de ses chambres "on line" comprenant un équipement technologique de pointe. A savoir : trois lignes téléphoniques avec un téléphone sans fil dans la chambre, un téléphone "main libre" dans la salle de bains et un poste sur le bureau ; fiche de connexion pour modem, accès Internet sur l'écran de télévision commandé par un clavier infrarouge, messagerie personnalisée. Mais que reste-t-il aux grandes ?
C. Cosson

Chiffres 1998

Sofitel a réalisé un bon exercice 1998 affichant un volume d'activité de 4,947 milliards de francs soit une progression de 6,8 % par rapport à 1997. Le taux d'occupation a lui aussi grimpé à 62,9 %. Quant au prix moyen chambre, il a été sensiblement supérieur à 100 euros.


Sofitel fait appel aux grands noms de l'architecture contemporaine.


L'HÔTELLERIE n° 2607 Hebdo 1er Avril 1999


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration