×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Actualité

Logis de France de l'Isère

Le gîte et le couvert, ce n'est pas suffisant

Plus d'une centaine d'hôteliers-restaurateurs de l'Isère ont participé à l'assemblée générale de l'association départementale des Logis de France : la troisième de notre pays, après celles de la Haute-Savoie et du Haut-Rhin, avec 94 établissements représentant 1 579 chambres. Et pour président des Isérois une présidente : celle de la Fédération nationale, Renée Ougier.

Une assemblée menée tambour battant, à l'image même de leur présidente, considérée comme une "battante". C'est assez dire le dynamisme de ces maisons "à visage humain" (25 trois cheminées, 48 deux cheminées, 21 une cheminée) qui emploient 650 personnes et comportent 41 maîtres d'apprentissage qui ont formé cette année près de cent jeunes : une partie de la relève de demain.
Un poids économique certain, et une part importante de l'activité touristique, tant régionale que nationale, qui reçoit en outre plus de 20 % d'étrangers, confirmant la vocation "exportatrice" de notre industrie touristique, même au niveau de ces entreprises artisanales et familiales qui maintiennent les traditions, le patrimoine et la cuisine de terroir. Un rôle que s'est plu à souligner Michel Hannoun, ancien président du conseil général, et qui a pris depuis peu la barre du comité départemental du Tourisme en connaissant parfaitement les rouages et les actions.

Près de 10 millions d'investissements en 1998
Si la plupart des hôteliers-restaurateurs exercent leur métier ancestral dans des villages et des bourgs où leurs foyers sont souvent des lieux de vie, ils n'en n'ont pas pour autant les deux pieds dans le même sabot : ils voient loin et large.
Tous, au cours de ce quasi demi-siècle (l'association de l'Isère a 48 ans) ont sans cesse amélioré et modernisé leurs maisons qui atteignent 30 % de l'hôtellerie classée. Certes les prêts du Crédit Hôtelier à 3 % sont un lointain souvenir mais 52 hôtels ont bénéficié de la bonification d'intérêts du conseil général. La Cour des comptes ayant fait des observations sur la forme, cet abattement de 2 % a été supprimé en 1996 (tous les dossiers instruits avant cette date seront toutefois acceptés). En plus d'une subvention de fonctionnement de 320 000 F, l'assemblée départementale étudie donc maintenant un nouveau processus pour inciter les hôteliers respectant la charte des Logis à embellir et rendre plus efficaces leurs outils de travail qui font partie du "fonds de commerce touristique" de l'Isère.
Quant aux prêts obtenus à des taux raisonnables grâce à la concurrence sévissant entre les banques, ils auront été en 1998, pour les Logis de l'Isère, de 4 343 000 F somme qui, ajoutée aux 3 191 200 F d'autofinancement, correspond à un montant des investissements de 9 267 200 F (pour 43 adhérents).

De nouvelles filières de clientèle
Par ailleurs ces professionnels aguerris qui suivent de près l'évolution de la clientèle et des mœurs de la société n'ignorent rien du marketing, de la promotion, de l'information. Le guide départemental (gratuit) est tiré à 30 000 exemplaires ; le guide national 1999 va être refondu pour être plus clair et plus pratique.
Enfin, ces maîtres et maîtresses de maison savent bien qu'au-
jourd'hui le gîte et le couvert, aussi bons soient-ils, ne suffisent plus à combler le client. Chaque logis peut et doit offrir « des plus » annexes, sur les plans des distractions, des loisirs, des spectacles, de l'animation, de la connaissance de l'environnement naturel, de l'engouement actuel pour le VTT comme pour les balades ou... les champignons.
Les Logis de France ont beau constituer la première chaîne volontaire mondiale, ils se démarqueront toujours par leur indépendance, leur dimension humaine, la chaleur de leur accueil (et leur cheminée...) des chaînes intégrées de plus en plus uniformes.
C. Bannières


A la tribune, de gauche à droite, Gérard Cardin, vice-président du conseil général chargé du Tourisme, la présidente Renée Ougier, Michel Hannoun, président du comité départemental du Tourisme de l'Isère et Bernard Pralong, maire de Champier.


L'HÔTELLERIE n° 2589 Hebdo 26 Novembre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration