×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Editorial

Absurdité

Va-t-on demain taxer à nouveau les entreprises qui recrutent ?
A en croire les déclarations de Martine Aubry, c'est une piste que se prépare à suivre le gouvernement ! Le comble de l'absurdité qui montre combien les politiques ignorent la réalité de la gestion d'entreprises. Une ignorance d'autant plus accablante qu'ils ne cessent de prendre des mesures antiéconomiques pour des raisons purement idéologiques. Il semble bien qu'à leurs yeux le but premier de l'entreprise est de créer des emplois. Grave erreur... l'entreprise se crée pour répondre à des besoins, à une demande. Ce n'est que si elle arrive à y répondre qu'elle est amenée à recruter. Il est facile et confortable pour un ministre de montrer du doigt les chefs d'entreprise qui choisissent la prudence et utilisent CDD et intérim pour traiter les problèmes de saisonnalité mais c'est parfaitement injuste et démagogique.
"A force d'avoir un avis sur tout", déclarait François Hollande ce week-end "on adopte la panoplie du donneur de leçon", le message était destiné à la tête de liste des Verts aux européennes mais il pourrait très naturellement être retourné vers la ministre du Travail qui n'hésite pas à menacer : "ceux qui ont choisi la flexibilité externe avec CDD et intérim doivent payer plus que les autres", prévient-elle, le tout au nom de ce qu'elle qualifie "une croissance maintenant bien assise".
Que d'assurance sur une réalité économique autrement plus fragile que ne le dit Madame Aubry, une réalité économique incertaine pour les chefs d'entreprise qui sont dans l'obligation de faire preuve de la plus grande prudence en attendant la mise en place de la loi sur la réduction du temps de travail. Des chefs d'entreprise qui ne cessent de voir les règles du jeu changer, de nouvelles taxes apparaître et qui doivent gérer avec prudence, pour justement préserver l'emploi des salariés en CDI. Demander aux entreprises de ne pas atteindre le seuil de 10 % de CDD ou d'intérim, c'est n'avoir pour seule référence que le monde de l'industrie, c'est ignorer qu'il existe des petites entreprises : à 10 salariés, comment assurer certains remplacements de congés de maladie, de maternité, de congés payés, comment répondre à la demande fluctuante de la clientèle sans
la souplesse de l'intérim ou des CDD ? L'Etat a de toute évidence beau jeu de critiquer le recours à l'intérim et aux CDD de la part des entreprises privées, lui qui sait si bien recruter des "emplois jeunes",
des maîtres auxiliaires, des agents contractuels qui, sans espoir de titularisation, voient leurs contrats renouvelés au bon vouloir de l'administration.

PAF


L'HÔTELLERIE n° 2589 Hebdo 26 Novembre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration