×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Restauration

Paris

Le San Miguel sur les rails

Thierry Bégué et Raymond Visan, l'équipe du Buddha Bar et du Barfly, commencent cette semaine les travaux de leur nouvelle enseigne parisienne, le San Miguel. Ouverture programmée fin avril.

Depuis plus de deux ans maintenant, leur projet de restaurant rue du Faubourg Saint-Antoine à Paris a fait couler beaucoup d'encre. Il est vrai qu'entre l'annonce de la création du futur bar-restaurant latino et le début officiel des travaux, en ce début octobre, Thierry Bégué et Raymond Visan (George V Restauration) ont rencontré pas mal d'embûches. En effet, l'ancien magasin de meubles Gouffé, mis en location par la famille du même nom et choisi pour recevoir le nouvel établissement, est classé à l'inventaire des monuments historiques. Et dès le départ, de nombreux habitants et professionnels du quartier, relayés par des politiques, Georges Sarre et Jean-François Perrin, respectivement maires des XIe et XIIe arrondissements, ont cherché par tous les moyens d'empêcher l'arrivée de ce restaurant. Le motif invoqué ? Traditionnellement occupé par des marchands de meubles et des artisans, le quartier perdrait son identité culturelle et son âme. De nouvelles enseignes (vêtements, cafés, restaurants, etc.) affluent. Des projets immobiliers apparaissent. Les uns remplaçant les autres, la physionomie du quartier change et les riverains craignent aussi une flambée des prix des loyers.
Ce fut donc long très long avant que le maire de Paris, Jean Tiberi, convaincu que " ce restaurant amènera une activité économique non négligeable au Faubourg ", ne signe le permis de construire en juillet dernier. La polémique est-elle vraiment terminée ? Dans une lettre à ses administrés en date du 14 septembre 1998, Georges Sarre admet que " plus rien ne s'oppose désormais à l'ouverture de ce commerce ", mais précise " qu'il n'est pas exclu qu'un particulier ou une association mette en œuvre le recours des tiers devant le tribunal administratif de Paris ". Pour Raymond Visan et Thierry Bégué, permis de construire en poche, il faut aller de l'avant. Les travaux commencent.

15 MF de travaux
Pour transformer l'immeuble Gouffé en bar-restaurant San Miguel, la facture atteint 15 MF. Grâce à des documents d'époque, la façade de l'immeuble Gouffé du début du siècle sera reproduite à l'identique. De plus, son monumental escalier intérieur classé sera conservé. La décoration étant confiée à l'architecte François Wapler, déjà concepteur du Buddha Bar et du Barfly. L'immeuble offre une superficie de 3 000 m2, sur 5 niveaux.
4 seront accessibles au public (1 200 m2), soit 300 m2 par niveau. Au rez-de-chaussée, on trouvera un bar avec suffisamment d'espace pour permettre à la clientèle de danser (ambiance musicale latino). Une petite restauration de type " snack " avec des tapas sera donc proposée dès le premier niveau (TM : 80 MF).
C'est au premier étage que se situera le restaurant avec une capacité de 220/250 couverts. Au menu : une cuisine méditerranéenne d'inspiration italienne, espagnole, grecque et d'Afrique du Nord. Quelques indications : pour les entrées, Raymond Visan et Thierry Bégué ont choisi de faire circuler des chariots garnis d'assiettes entre les tables. Les clients peuvent ainsi faire leur choix de visu et succomber à la tentation autant de fois qu'ils le souhaitent. Une technique de vente qui a d'ailleurs fait ses preuves dans certains restaurants chinois. La suite du repas sera choisie à la carte (pas de menu). Une carte qui sera identique au déjeuner et au dîner, pour un ticket moyen estimé à moins de 200 F.
Au deuxième étage, autre bar mais ambiance différente, cosy avec cheminée et billard. Un ascenseur fonctionnant avec une clé (envoyée aux heureux élus) permettra l'accès au troisième étage réservé aux VIP. L'entrée de ce " club privé " est gratuite, mais pour avoir la clé, il faut faire partie de la liste des personnalités sélectionnées par la direction. Sur les trois premiers niveaux, grâce aux bars et au ticket moyen raisonnable, une clientèle assez large est visée. Le dernier étage, avec son espace VIP, devrait attirer une clientèle plus ciblée, au pouvoir d'achat plus important, mais aussi celle qui fait les réputations et décerne le fameux label " branché ". Pour faire fonctionner le San Miguel 7 jours sur 7, près de 120 emplois seront créés. L'établissement fermera ses portes à 2 heures de matin.

Partenariat avec Kronenbourg
Pourquoi San Miguel ? San Miguel, c'est le nom de la bière que Kronenbourg vient de lancer en CHR au mois de septembre. Une bière " latino, type Corona ", précise Raymond Visan, donc en parfaite adéquation avec le concept du restaurant. Et c'est Kronenbourg qui a pris contact avec les patrons de George V Restauration pour leur proposer un partenariat. Le succès du Barfly (dont le n° 2 vient d'ouvrir ses portes à Los Angeles) et du Buddha Bar (c'est à Las Vegas que le second Buddha Bar verra bientôt le jour) leur sert de carte de visite. Pour Kronenbourg, associer le lancement de sa nouvelle bière à un nouveau concept de restauration festif est un vecteur supplémentaire de notoriété. Dans le même temps, les campagnes de publicité engagées pour lancer la bière San Miguel serviront également de tremplin pour le restaurant. Excepté le droit de licence accordé par Kronenbourg à George V Restauration pour l'utilisation de la marque, les deux entreprises ne souhaitent pas divulguer les termes exacts du contrat. Quant à savoir si le San Miguel du Faubourg Saint-Antoine aura prochainement des petits frères, " rien n'est prévu pour le moment, mais rien n'est exclu ", confie Raymond Visan. Aujourd'hui, la priorité, ce sont les 7 mois de travaux qui permettront fin avril l'ouverture du San Miguel.
N. Lemoine


C'est dans l'ancien magasin de meubles Gouffé, rue du Faubourg Saint-Antoine à Paris, que le San Miguel verra le jour en avril prochain.

Du changement au Buddha Bar

15 % de chiffre d'affaires le midi pour 85 % le soir. Un constat qui laisse supposer qu'il existe une belle marge de progression au déjeuner surtout lorsque l'on est situé entre le Crillon et l'Elysée. Raymond Visan et Thierry Bégué ont décidé d'aménager leur offre au déjeuner. Rappelons que le Buddha Bar, ouvert depuis deux ans maintenant, dispose de deux niveaux. A l'étage inférieur, le restaurant (220 couverts) propose désormais en plus de la carte (composée des plats "best of" du soir) un menu dégustation à 190 F renouvelé chaque semaine : entrée, plat (poisson, viande et deux garnitures), un dessert, vin, café ou thé compris.
Autre nouveauté : les assiettes Tempura à 125 F, c'est-à-dire volaille, poisson ou viande grillée et légumes façon tempura (pâte à beignet) parfaitement indiquées pour un déjeuner rapide. A l'étage supérieur, la mezzanine avec le bar (150 places assises) s'ouvre à la restauration. Elle offre une formule snack encore plus rapide pour un ticket moyen de 70/80 F.


L'HÔTELLERIE n° 2583 Hebdo 15 Octobre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration