×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Saison

Confirmation de la croissance de l'activité touristique

Provence-Alpes-Côte d'Azur

Selon les premières enquêtes menées par le Comité régional du tourisme, la fréquentation touristique en PACA a globalement augmenté d'environ 10% cet été, avec un bonus pour les hôtels, mieux lotis que les autres modes d'hébergement. Seul sujet d'inquiétude : la régression que connaît l'espace montagne.

Pour connaître rapidement les tendances de la saison estivale, l'Observatoire régional du tourisme a enquêté auprès de plus de 400 professionnels des 6 départements en juin, juillet et août.
Le redressement de la fréquentation touristique s'était déjà manifesté en 1997 avec une hausse de 5% des nuitées sur l'ensemble de l'année.
L'été 98 confirme cette reprise avec une hausse du nombre de touristes évaluée en moyenne à 10% sur l'ensemble de la région. La durée des séjours continuant cependant de raccourcir, l'augmentation en nombre de nuitées sera sans doute légèrement inférieure. Néanmoins cette progression reste très positive dans une région où le tourisme représente 10% du produit régional brut et 100.000 emplois. 90% des professionnels ont enregistré un bon ou un très bon niveau de fréquentation, particulièrement en août. Les hôteliers-restaurateurs des espaces urbain et littoral obtiennent les meilleurs résultats.
Si l'on considère les secteurs d'activités, les hôtels, les résidences de tourisme et les restaurants tirent nettement mieux leur épingle du jeu que les campings, les gîtes ou les hébergements collectifs.
On note par ailleurs un tassement de la clientèle française alors que la clientèle étrangère - européenne avant tout - est en nette progression. Les Allemands et les Belges fournissent l'essentiel du bataillon, devant les Hollandais, les Anglais, qui reviennent après une période de bouderie, les Italiens, amateurs de littoral, les Suisses et, fait nouveau, les Américains dans l'espace urbain.

Miser sur les pays de l'Est et réorganiser l'espace montagne
La clientèle des pays de l'Est, tels les Polonais et les Tchèques, apparaît également dans les départements littoraux.
«Nous allons mener une action dans leur direction car même si aujourd'hui ils voyagent à l'économie, ils représentent un réservoir potentiel de 200 millions de personnes et adorent la France», a indiqué notamment Patrick Mennucci, président du CRT, soulignant que les Tchèques étaient, par exemple, de grands amateurs de ski. Cette particularité est intéressante si l'on pense aux trois départements alpins que compte la région PACA.
Autre priorité essentielle du CRT : réfléchir à la manière de mieux promouvoir le tourisme de montagne. Les résultats de l'été témoignent en effet d'une régression de la fréquentation. Or le tourisme représente 75% de l'économie des zones alpines.
Le CRT a entamé des discussions avec les CDT des Alpes de Haute- Provence, des Hautes-Alpes et des Alpes-Maritimes pour formaliser la création d'une sorte de marque unique «Alpes du Sud» dotée d'une structure de commercialisation commune. Le CRT est actuellement en train de recruter à cette fin un cadre de haut niveau. Le projet devrait voir le jour d'ici octobre.
Enfin, le CRT souhaite entamer une action pour promouvoir le camping et l'hôtellerie de plein air qui souffrent d'une baisse de fréquentation et réunira à l'automne les professionnels concernés.
L. Casagrande


Excellents résultats en zone littorale.


Rendre l'espace urbain attractif.

Bilan Côte d'Azur

Feu d'artifice pour les huit premiers mois

Une fréquention hôtelière en hausse de 8% dans les Alpes-Maritimes pour les huit premiers mois de l'année 1998 (sources : INSEE-CRT). Telle est la principale information délivrée par les responsables du tourisme azuréen. Dans le détail, force est de constater que l'hôtellerie et l'aéroport Nice-Côte d'Azur profitent pleinement d'un bon millésime 1998.

Ces bons résultats s'expliquent notamment par l'augmentation de la clientèle étrangère et plus particulièrement celle qui utilise l'avion (une hausse de 20% sources : aéroport, CRT). A noter un + 33% pour les opérations de change (source : Banque de France). Les trafics autoroutier et ferroviaire sont également en hausse. L'analyse par répartition géographique montre des progressions records des marchés extérieurs traditionnels (+ 25% en été pour la Grande-Bretagne, + 13% pour les USA, + 10% pour l'Italie et une progression spectaculaire de la Russie).
Par contre l'émiettement
et les pesanteurs de la clientèle française conduisent le président du Conseil général Charles Ginesy, à demander «un effort sur le marché national en diversifiant l'offre du département afin de fidéliser de nouvelles clientèles, en particulier les jeunes.» Plus dans le détail au niveau du département, les taux d'occupation des hôtels sont montés en flèche (70% en juillet et 90% en août (source : CRT). L'hôtellerie niçoise a ainsi connu un mois d'août exceptionnel avec 94% d'occupation cumulée (93,33% pour la catégorie de Luxe, 95,37% pour Prestige, 92,44% pour Supérieur, 95,19% pour Confort). Au cumul des huit premiers mois, le pourcentage d'occupation, toutes catégories confondues de l'hôtellerie niçoise, atteint 71,3% contre 67,5% l'année dernière et permet au prix moyen de grimper à 538 F (contre 492 F) (source : Syndicat des hôteliers de Nice-Côte d'Azur).
Toutes les nations unies sur la Côte d'Azur Après un + 6% pour l'hôtellerie azuréenne en 1997, le + 8% pour 1998 donne du baume au coeur. Certes, les mauvais résultats des années 1992 à 1996 ne sont pas encore effacés mais l'espoir est de retour. La grande leçon à tirer des résultats de ces deux dernières années est évidente : la Côte d'Azur a toujours la cote !
Sur le plan mondial, une situation économique meilleure, un moral en hausse, une confiance retrouvée et le monde entier veut séjourner sur la Côte d'Azur. Autant dire que les nuages qui viennent d'assombrir le ciel économique des pays d'Asie et de la Russie peuvent susciter quelques inquiétudes pour 1999.
C. Roussel

 

Le Comité régional de tourisme s'ouvre aux villes

Le CRT de PACA a décidé de faire entrer dans son conseil d'administration vingt communes touristiques de la région. Cette possibilité est prévue dans les statuts mais n'a jamais été appliquée. Il s'agit ainsi de tenir compte de la demande d'un nouveau type de clientèle qui lorsqu'elle pense tourisme pense villes, telle la clientèle japonaise ainsi que, plus globalement, la clientèle de courts séjours. Marseille devrait donner son accord à cette participation.
Par ailleurs, lors de sa prochaine assemblée générale, fin septembre, le CRT désignera Guy Ramage, président de la FRIH, comme vice-président du CRT.


L'HÔTELLERIE n° 2581 Hebdo 1er Octobre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration