×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

A la loupe

Retour sur images

A Cannes, les plagistes pouvaient ouvrir midi et soir

En juin dernier à Cannes, l'après-festival et l'avant-saison montraient du doigt les plages et leur petite restauration devenue restauration à part entière. Un problème toutefois spécifique à la station. En effet, un protocole d'accord signé en 1978, sous tutelle préfectorale, fixe normalement les conditions d'exploitation des plages cannoises jusqu'en 2001.

Il est ainsi admis que les restaurants de plages fonctionnent le midi, les vendredis et samedis soirs, les soirs de feux d'artifice et à l'occasion de soirées à thème privées. Mais au fil des années, les plagistes ont multiplié les dérogations et une partie de bras de fer s'est engagée entre eux et les restaurateurs de la ville qui crient «au paracommercialisme». Alors que de leur côté, les plagistes estiment subir un véritable diktat de la part des restaurateurs.
Qui a tort, qui a raison ? Pour Alain Roy, propriétaire du restaurant Le Sevrina et président du jeune syndicat Confédération de Cannes, mais qui fut pendant 15 ans à la tête de l'UPRL* (l'autre syndicat hôtelier de la ville, affilié à la FNIH), le combat est faussé. «Les plages étaient d'abord réservées aux jeux et on ne pouvait y servir que des repas froids, type salade. Petit à petit, ce sont devenus des restaurants à part entière. Si les palaces ont derrière eux des structures qui permettent de suivre, ce n'est pas le cas des plagistes indépendants. Ceux-là n'ont pas de cuisines.»
Et quand la profession a entériné l'ou-verture systématique à midi, c'était «uniquement parce que nous avons pris conscience que les con-sommateurs se tournaient vers d'autres séjours touristiques et qu'il fallait offrir de nouvelles prestations. C'était un plus pour tout le monde tandis que l'ouverture du soir pénalise réellement les restaurateurs de la ville». Alain Roy n'a néanmoins jamais souhaité attaquer en référé les plagistes qui outrepassaient le protocole de 1978. Aujourd'hui, ce dernier souhaiterait que ce soit la municipalité qui tranche. «Ce sont aux élus de la ville de prendre leurs responsabilités dans l'affaire.»

Satisfaire la clientèle des palaces comme le grand public
Daniel Alessio, actuel président de l'UPRL, a proposé, pour la saison 98, quatre jours d'ouverture en soirée par semaine. Mais sa position est d'abord de faire «respecter ce qui a été signé en 1978 par les parties concernées». Cette année «pendant la durée du festival de Cannes, ça a été tout et n'importe quoi. Que les palaces ac-cueillent leur clientèle est une chose, mais que les autres établissements installent des tables jusqu'au bord de l'eau - alors qu'il y a des limites prévues par loi - ce n'est pas acceptable.» Si Daniel Alessio reconnaît l'absurdité de la division et estime que «nous appartenons à la même famille et c'est ensemble que nous devrions combattre», celui-ci met en garde les plagistes sur le terrain de l'hygiène et des nuisances sonores. «Il y aura des problèmes, ce n'est pas possible autrement. Cela va également rejaillir sur l'image des restaurateurs. Vous savez, je ne suis pas pour que la Croisette devienne une foire agricole avec merguez et sandwichs à volonté. Cannes doit rester très haut de gamme et c'est aussi une des raisons qui me pousse à rester catégorique.»
Il n'y a néanmoins pas eu de guerre cet été et l'UPRL a accepté juste avant le mois de juillet un protocole qui prévoyait l'ouverture midi et soir des plagistes pour les deux mois à venir. Une défaite pour les restaurateurs de la ville ? Non, car seulement quelques plagistes ont tenté l'aventure du soir. Vouloir est une chose, faire en est une autre. Morale de l'histoire : le métier de restaurateur ne s'improvise pas aussi facilement que ça.
S. Soubes

* L'UPRL regroupe les restaurateurs, limonadiers, discothécaires, cabaretiers, kiosques, glaciers et campings de Cannes et sa région.


Les plagistes cannois sont-ils trop gourmands ?


Alain Roy estime que c'est à la municipalité de prendre position.


Pour Daniel Alessio, l'image de Cannes est en cause.


L'HÔTELLERIE n° 2581 Hebdo 1er Octobre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration