×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

CONJONCTURE

Restauration

n Baromètre restauration L'Hôtellerie/Coach Omnium

Vers la reprise

- La clientèle des particuliers revient en force.
- Les repas d'affaires continuent de doper les déjeuners.
- Les dépenses moyennes des clients stagnent toujours.

Malgré la déception de l'ensemble des restaurateurs à l'issue de la Coupe du Monde de football (sur leur activité et non sur les résultats footballistiques !), les résultats d'activité ne cessent de grimper depuis le début de l'année. Reprenant espoir, les restaurateurs du panel L'Hôtellerie/Coach Omnium affichent au cumul de janvier 1997 à juin 1998, un nombre de couverts servis en augmentation de 8,1%. La reprise est surtout forte depuis ce premier semestre 1998. La saison touristique semble avoir très bien commencée. Les traditionnels congés pascals ont été moins pénalisants que les années précédentes pour les restaurateurs. Le mauvais temps a joué en leur faveur puisqu'il a découragé les clients de partir. Le retour en force de la clientèle des particuliers déjà constatée les mois précédents se confirme d'autant que le moral des ménages s'améliore d'après les sondages de conjoncture.

Additions toujours bloquées

Deuxième constatation : les entreprises sont de plus en plus optimistes. Ressentant les prémices de la reprise économique dans le pays, elles sont en effet apparues ces derniers mois plus enclines que l'an passé à se rendre au restaurant. Ceci a d'ailleurs directement profité à l'activité des déjeuners qui parvient à remonter la pente (+2,7%). A noter également que le secteur de la restauration a bénéficié d'un trafic de clientèle très important au mois de juin. Malgré la tenue de la Coupe du Monde avec son lot de supporters, l'activité affaires s'est maintenue ce qui a permis à l'ensemble du secteur de progresser. Les additions en revanche restent plombées. Accusant une baisse de 10,8% par rapport à janvier 1997, les prix moyens couverts creusent de nouveau l'écart qu'ils avaient tenté de combler à la fin de l'année 1997. Cet affaissement de la facture démontre bien que si les clients reviennent, ils n'ont pas pour autant perdu l'habitude de contrôler leurs dépenses ; les années de récession sont en effet encore fraîches dans les esprits. De plus, le Mondial semble avoir drainé une clientèle étrangère très importante certes, mais sans le sou.

G. Floch

Evolution de l'activité de la restauration commerciale
de janvier 1997 à juin 1998 inclus - France

Evolution de l'activité des déjeuners et dîners*
de la restauration de janvier 1997 à juin 1998 inclus

LA COUPE DU MONDE DÉÇOIT LES RESTAURATEURS

L'étude de bilan du Mondial, réalisée par Coach Omnium (du 17 au 20 juillet 1998) révèle que, contrairement à leurs confrères hôteliers, une grande majorité de cafetiers-restaurateurs ont été mécontents des retombées de la Coupe du Monde sur leur activité. La principale raison est que 6 cafetiers et restaurateurs interrogés sur 10 ont vu disparaître leur clientèle habituelle. Si les supporters des équipes de football sont venus la remplacer, ils se sont montrés en revanche moins dépensiers que prévu. De plus, tous les soirs de matchs, les cafés et restaurants étaient vidés au profit des séances de télévision, ce qui a engendré des recettes nettement inférieures à celles de l'année dernière à la même période. "Le soir de la demi-finale et de la finale, notre activité a été divisée par 5 ; tout le monde est resté scotché à son poste de télévision, même les femmes !", précise ce restaurateur lyonnais. D'autant que les cafetiers et restaurateurs n'ont pas pu, comme les hôteliers, augmenter leurs tarifs de manière importante.


L'HÔTELLERIE n° 2580 Supplément Economie 24 Septembre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration