×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Conjoncture

Baromètre mensuel Pannell Kerr Forster

L'envolée de la fréquentation parisienne en mai

Hommes d'affaires et touristes étrangers ont envahi la capitale durant le mois précédant la Coupe du Monde. A l'exception des hôtels deux étoiles, tous les taux d'occupation ont sensiblement augmenté. Une bonne nouvelle d'autant que cette progression s'est accompagnée d'une augmentation des recettes par chambre disponible.

Au cours du mois de mai dernier, les hôteliers de la capitale n'ont globalement guère pu faire ce qui leur plaisaient. Et pour cause ! Les touristes et les hommes d'affaires sont venus si nombreux à Paris durant le mois précédant la Coupe du Monde de football qu'ils n'ont pas eu une seule minute à eux. Au regard des résultats spectaculaires constatés par le baromètre mensuel Pannell Kerr Forster France (établi à partir d'un échantillon de 30 hôtels classés quatre étoiles, 28 classés trois étoiles et 23 hôtels deux étoiles, soit un total de plus de 12.000 chambres), les loisirs n'étaient de fait, pas du tout à l'ordre du jour.
L'hôtellerie haut de gamme (répartie en cinq familles en fonction de leur produit, de leur capacité et de leur niveau de prix moyen : Palaces, Grand Luxe, Hôtel de Charme, Gros Porteurs, First Class) a en effet enregistré en mai 1998 une hausse particulièrement sensible de son taux d'occupation passant de 74,63% à 85%. Parmi les meilleures performances, on note en particulier celle de la catégorie "Palaces" dont la fréquentation a grimpé de 20%. Autre élément intéressant, cette amélioration de l'occupation s'est répercutée sur les recettes par chambre disponible (RevPar) de manière spectaculaire. C'est ainsi que le RevPar des hôtels "Grand Luxe" s'est amélioré de 20% atteignant 1.420 F contre 1.184 F un an plus tôt. Celui des "Gros Porteurs" n'a pas été en reste non plus se stabilisant à 827 F comparativement à 643 F lors du mois de mai de l'exercice précédent.

Le RevPar des deux étoiles en hausse de 5%

Par ailleurs, l'hôtellerie moyenne gamme (deux et trois étoiles) a elle aussi assez bien tiré son épingle du jeu. Elle est effectivement parvenue à afficher des scores du même ordre que ceux réalisés par l'hôtellerie de luxe. Son taux d'occupation a ainsi franchi le seuil des 87% contre 84,23% en mai 1997. Son revenu moyen chambre, s'est lui établi à 491 F contre 438 F. Quant à son RevPar, il a également très fortement progressé : 428 F à comparer à 369 F en mai de l'année dernière.
Reste toutefois que le cabinet spécialisé PKF a observé une tendance un peu différente concernant les établissements deux étoiles. Tout en gardant des performances similaires à l'offre haut de gamme, cette catégorie a ainsi connu tout au long du mois de mai une évolution moins satisfaisante que la famille des trois étoiles. Le segment deux étoiles a, en effet, subi une légère baisse de son taux d'occupation qui a chuté de 85,83% à 84,83%. Pas de quoi toutefois s'inquiéter. D'autant que ses recettes par chambre disponible ont augmenté de 5% : 288 F contre 275 F.
Malgré tout, en cumul depuis le début de l'année, les deux étoiles ont finalement beaucoup moins progressé que la catégorie trois étoiles. En revanche, l'hôtellerie de luxe semble bel et bien avoir bénéficié d'un vent particulièrement favorable. Trois segments se sont très nettement démarqués par l'évolution de leur taux d'occupation : les "First Class" (+15%), les "Hôtels de Charme" (+13%) et les "Palaces" (+12%). Chacun ayant réalisé de tels résultats grâce notamment à une activité extrêmement soutenue en mai dernier.

PKF avec C. Cosson
ccosson@lhotellerie-restauration.fr

NOTES AU LECTEUR

* Les Palaces : prix moyen de l'ordre de 3.000 F H.T. et plus.
* Les hôtels de Grand Luxe bénéficient du prestige de leur marque et immeuble.
* Les Hôtels de Charme sont de petites unités de 40 à 100 chambres.
* Les Gros Porteurs ont une capacité de 500 à 1.000 chambres.
* Les First Class constituent de véritables quatre étoiles.
* Les hôtels trois étoiles sont répartis sur le critère de prix moyen.
* Les hôtels deux étoiles constituent une famille unique.

 

Hôtellerie Haut de gamme à Paris
MAI (1997-1998)

Pannell Kerr Forster (PKF) Consulting France

Hôtellerie Moyenne gamme à Paris
MAI (1997-1998)

Pannell Kerr Forster (PKF) Consulting France


L'HÔTELLERIE n° 2567 Hebdo 25 Juin 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration