×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Coupe du Monde

A Lyon

Quand même pas la folie...

Bien sûr, grâce au Mondial et aux six rencontres -dont un quart de finale- programmées au stade de Gerland, l'hôtellerie lyonnaise enregistrera de bons résultats pendant le Mondial. Mais pour Roland Bernard, président des hôteliers, ce ne sera quand même pas la folie...

"Nous avons dû revoir à la baisse le nombre d'hôtels référencés. Au départ, nous avions sélectionné une centaine d'établissements dans toute la région et finalement nous avons ramené ce total à une soixantaine" : la petite phrase de Michel Royboz, responsable de Mondiresa sur le site de Lyon, en dit long sur les problèmes rencontrés à quelques semaines seulement du début de la plus importante compétition sportive de la fin de siècle.
Président des hôteliers lyonnais et propriétaire de trois hôtels à Lyon, Roland Bernard n'est pas autrement surpris. "Sur Lyon, le Mondial ne pouvait apporter plus que ce que l'on constate aujourd'hui, soit entre 22 et 23.000 nuitées. C'est mieux que pour le G7 où il n'y avait que 15.000 nuitées mais la période était beaucoup plus courte..."
A Lyon, la première rencontre est programmée le 13 juin et la dernière, un quart de finale qui pourrait opposer Angleterre et Allemagne, le 4 juillet.

"C'est assez loin de ce que l'on espérait il y a deux ans lorsque Mondiresa évoquait des allotements importants remontant jusqu'à Mâcon. Lorsque j'avais rencontré Jean-Louis Zevaco, je lui avais demandé de ne pas donner trop d'espoirs aux hôteliers sous peine de déception", poursuit Roland Bernard.
L'explication du phénomène tient à plusieurs facteurs : les affiches proposées au public où, hormis France-Danemark et à un degré moindre Etats-Unis-Iran, les autres matches ne rassemblent pas d'équipes vedettes ; l'horaire des rencontres programmées pour quatre d'entre elles dans l'après-midi ce qui, dans la mesure où Air France et la SNCF ont fait de gros efforts pour élargir leur offre de transport, permettra aux spectateurs de rentrer à Paris après le match ; le choix des organisateurs de ne pas affecter une équipe à un site mais de les faire bouger... Ce qui entraînera fatalement un mouvement et une dilution des supporters. "Mondiresa a joué le jeu du site et de la région en vendant tout d'abord un minimum de trois nuitées. Très vite pourtant des réticences se sont fait jour et désormais la vente peut se faire sur une nuit simple".

Déception

Beaucoup de spectateurs ne passeront pas la nuit à Lyon et préféreront aller à Paris. Il faut noter également que si le football est un sport populaire, un déplacement de cet ordre revient cher et qu'il est donc le fait d'une clientèle plutôt aisée qui opte pour les hôtels 3 et 4 étoiles qui vont représenter 80% des réservations.
Enfin tous les hôteliers ne bénéficieront pas des mêmes retombées puisque la clientèle préfère les hôtels de centre-ville et à proximité du stade. "J'ai peur que les hôtels périphériques ne soient oubliés", prévient Roland Bernard.
"Sur un total de 350.000 nuitées attendues pendant la durée de l'épreuve (NDLR : le double qu'à Atlanta en 1996 pour les Jeux Olympiques), nous pensons que 80% du flux sera concentré en région parisienne. Les hôteliers en périphérie de ville qui espéraient faire le plein seront déçus. Alors que nous pensions que les hôtels économiques seraient pris d'assaut, il n'en est rien. Les tour-opérateurs ciblent uniquement l'hôtellerie haut de gamme", confirme Michel Royboz.
Est-ce à dire que les hôtels lyonnais seront déserts pendant la période de compétition ? A priori non, puisque le mois de juin est généralement parmi les meilleurs de l'année avec un taux d'occupation de l'ordre de 70 à 75% sans événement particulier. "Là, nous serons à 80/85% parce que nous avons rassuré la clientèle d'affaires qui voulait éviter notre ville pendant la période. C'est important, mais ce n'est quand même pas la folie", conclut le président des hôteliers lyonnais.

J.-F. Mesplède
jfmesplede@lhotellerie-restauration.fr


"C'est assez loin de ce que l'on espérait il y a deux ans lorsque Mondiresa évoquait des allotements importants remontant jusqu'à Mâcon", confie Roland Bernard.

Beaucoup d'équipes en région lyonnaise

De nombreuses équipes ont choisi de fixer leur camp de base dans la région lyonnaise : les Etats-Unis résideront au Château de Pizay à Saint-Jean d'Ardières dans le Beaujolais où le Brésil avait été hébergé pendant le Tournoi de France et où l'équipe de France sera en transit ; la Belgique a choisi le cadre du Golf du Gouverneur à Monthieux dans l'Ain ; le Japon a opté pour le Park Hôtel à Aix-les-Bains en Savoie ; la Colombie pour le Relais de la Tour à La-Tour-du-Pin dans l'isère.
Outre la France à Pizay, plusieurs équipes seront en transit : Jamaïque au Novotel de Dardilly ; Roumanie à l'Hôtellerie Beau Rivage à Condrieu ; Corée du Sud, Japon et Danemark au Novotel de Bron où entre 30 et 55 chambres ont été réservées.
"Notre système de réservations est ouvert à des clients ne passant pas par Mondiresa et nous avons déjà un grand nombre de Japonais qui ont réservé jusqu'à 10 ou 12 nuitées", explique-t-on chez Novotel.


L'HÔTELLERIE n° 2562 Hebdo 21 Mai 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration