×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Actualité

Auberge de pays

Une initiative pour reconquérir les campagnes

D'ici la fin de l'année, une douzaine d'hôtels-restaurants vont se présenter sous le label Auberge de pays d'Auvergne. Derrière ce concept original, c'est le renouveau des établissements en zone rurale qui est visé, avec des subventions à la clé.

Très souvent, les hôtels-restaurants en zone rurale ne trouvent pas de repreneurs. Trois sur quatre sont appelés à disparaître d'ici une vingtaine d'années selon un rapport de l'ENA sur le tourisme. Investissements, mise aux normes, prévisionnel de chiffres d'affaires, absence d'image de l'établissement, etc., ces éléments refroidissent les plus optimistes. Pourtant, en face de cet état de fait, la demande existe. Le succès des chambres d'hôtes et autres gîtes d'étape montrent qu'une clientèle recherche la campagne, le calme, le terroir et une certaine ambiance, un goût d'autrefois. Fort de ces constatations, la Chambre régionale de commerce et d'industrie de l'Auvergne (CRCI) a lancé le concept Auberge de pays d'Auvergne. Comme son nom l'indique, l'idée repose sur deux notions : celle d'auberge et celle de pays ; et sur trois caractéristiques : un bâtiment de caractère, un site intéressant et un aubergiste de qualité.

 

 
Auberge de la Forge : le bâtiment doit être typique de la région.

Mêmes aides que les deux étoiles

Les premiers candidats au label ont été auditionnés, auscultés mais surtout épaulés, conseillés. De plus, une véritable concertation a regroupé les acteurs intervenant dans ce domaine : Union des Chambres du Commerce et d'Industrie du Massif- Central, CCI d'Ambert, délégation régionale au Tourisme, direction régionale de l'Agriculture et des Forêts, Conseil régional, etc. Ce dernier a donné un coup de pouce décisif au projet en apportant des subventions. Les auberges de pays touchent les mêmes aides que les hôtels deux étoiles, soit 20% des investissements. Cumulées avec d'autres sources, comme les bonifications de prêts, les subventions peuvent atteindre le plafond des 33% de la facture.

«Nous quittons la notion de deux étoiles. Nous nous détachons des normes du ministère du Tourisme, souligne Michel Boulais, chargé de mission tourisme et développement local à la CRCI Auvergne. L'hôtellerie rurale doit franchir un pas pour suivre l'évolution de la clientèle

Architecture et environnement

Mais devenir Auberge de pays n'est pas de tout repos. Il faut tout d'abord contacter sa Chambre de commerce et d'industrie où les attachés tourisme et hôtellerie ont reçu une formation spécifique. Il faut se situer proche d'un bourg ou dans un petit village, c'est-à-dire moins de 5.000 habitants ; que la zone rurale possède une identité propre, une caractéristique ; les nuisances à proximité sont à bannir et le bâtiment lui-même doit être typé. «En résumé, c'est un endroit où il fait bon vivre. Les critères ne présentent donc pas d'impératifs absolus. Les demandes sont étudiées au cas par cas», explique le chargé de mission.

Si une candidature est retenue, très rapidement, deux démarches sont lancées : une sur le plan architecture et l'autre sur le plan marketing. Il s'agit de définir si besoin, en passant obligatoirement par un architecte, comment transformer le bâtiment et d'en évaluer le coût. Des aides de la région sont accessibles à ce niveau. En parallèle, une étude de marché sonde la faisabilité pour donner toutes les chances de réussite au projet.

Le (ou la) futur(e) aubergiste doit aussi présenter certaines qualités. La convivialité prime pour l'accueil des clients. Il doit pouvoir donner l'envie de découvrir, de connaître les environs. Sur le plan culinaire, le service à l'assiette est proscrit. Les plats, du terroir bien entendu, passent de la cuisine à la table, celle-ci de préférence en bois avec un joli nappage en tissu, où les convives, assis sur des bancs, se servent eux-mêmes. C'est le retour à l'ambiance de la campagne de nos grands-parents. «Pour le petit déjeuner, par exemple, motte de beurre et confitures maison sur la table, en toute simplicité et à volonté», sourit avec une pointe de gourmandise Michel Boulais. «Et la simplicité n'exclut pas la créativité», ajoute-t-il. Formations et rencontres entre les aubergistes de pays doivent permettre à chacun de progresser.

Créer un véritable réseau

Les prix devraient se situer de 55 F pour le plat du jour à 120 F, avec un menu régional à 90 F. «Comme la famille est la clientèle privilégiée des Auberges de pays, les enfants trouveront toujours à se régaler, en dehors des steak/frites ou purée/jambon.» Une partie hôtellerie vient s'ajouter au restaurant, avec de trois à dix chambres maximum. Le parc ou le jardin est indispensable. La cotisation annuelle, non encore déterminée, pourrait atteindre 5.000 F et l'aubergiste s'engage à maintenir le label pendant dix ans, avec des audits de contrôle régulier.

L'Auberge de pays n'est pas réservée aux professionnels, mais concerne les personnes ambitieuses et motivées. Ce qui fait grincer des dents certains. D'ailleurs, les deux premiers aubergistes labellisés sont issus d'une autre activité et viennent tous les deux de la région parisienne. Quant aux municipalités qui souhaitent relancer une activité café-restaurant-hôtel sur leur commune, elles ne peuvent obtenir directement le label. Celui-ci est toujours décerné nominativement au propriétaire ou au gérant. Maintenant, il faut renforcer le tissu des auberges. «Une douzaine va voir le jour en Auvergne d'ici la fin de l'année, souligne Michel Boulais, avec une majorité de candidats issus de la profession.» A la fin du trimestre, une association regroupera les Auberges de pays d'Auvergne, plus des membres de droit (Conseil régional et CRCI). Elle sera chargée de l'attribution des labels, de la mise en place des plans de communication et de commercialisation, etc.

«Pour atteindre véritablement notre but, nous devons maintenant nous «exporter», que l'Auberge de pays devienne une enseigne nationale», précise Michel Boulais. Des contacts ont déjà été pris avec les CCI de la Loire (voir encadré) et d'autres régions.

P. Boyer


Proposer un intérieur chaleureux, avec une ambiance «comme autrefois».


Se situer proche d'un bourg ou dans un petit village de 5.000 habitants maximum.

 

Label à exporter

Des membres des CCI de la Loire, de l'Auvergne et du CDT de la Loire se sont rencontrés fin janvier pour aborder la question de la survie des petits établissements hôteliers en zone rurale. Le rendez-vous avait été fixé à mi-chemin, au Relais du Vermont, à 15 km d'Ambert (Puy-de-Dôme). Ce choix n'était pas fortuit, puisqu'il s'agit de la première Auberge de pays d'Auvergne, un label initié par la CRCI Auvergne et le Conseil régional.
Face à la demande, l'offre diminue. Les petits établissements hôteliers en zone rurale disparaissent peu à peu. Et la clientèle s'évapore vers les gîtes ruraux, vers les chambres d'hôtes. C'est en substance ce qu'ont déclaré Thierry Pagès, ATH de la CCI d'Ambert, Michel Boulais de la CRCI et Michèle Pourcher, du Conseil régional. Il fallait donc agir pour que cette hôtellerie se rénove, se remette aux normes et qu'elle trouve une image de qualité, sécurisante pour la clientèle. D'où l'émergence des Auberges de pays d'Auvergne, qui pourraient se décliner avec d'autres terminologies après «Auberge de pays».
Les participants se sont penchés sur ce concept et ils ont abordé l'éventail des aides disponibles et accessibles pour ces types de projets.

Un réseau à naître

Mais surtout, la discussion s'est centrée sur la notion de réseau que la CRCI et le Conseil régional souhaite vivement étendre hors de l'Auvergne. «Nous devons reprendre les points forts des chaînes hôtelières, mais sans la normalisation du cadre, de l'ambiance», a souligné la représentante du Conseil régional.
Ce projet peut convenir à leur «pays» où «les auberges existent, avec des tarifs intéressants, mais où elles manquent souvent d'image extérieure et où les hôtels ruraux de qualité font défaut», ont fait remarquer certains. «Nous trouvons un peu le produit que nous cherchions», a même ajouté un participant.
La diffusion du label en dehors de l'Auvergne se fera par le biais de l'UCCIMAC (Union des Chambres de Commerce et d'Industrie du Massif-Central). Et d'autres contacts existent déjà.
Pour tout renseignement : CRCI (Chambre Régionale de Commerce et d'Industrie) BP 25 63510 Aulnat. Tél. : 04.73.60.46.35. Fax : 04.73.90.89.22.


Dans la salle à manger du Relais du Vermont, première Auberge de pays qui a ouvert ses portes en juillet 1996. Autour de Reine et Laurent Zuk (Auberge de la Forge) et Martine Sironi (Relais du Vermont) : Thierry Pagès (CCI Ambert), Véronique Chassain (CCI de Roanne), Michel Boulais (CRCI Auvergne), Jacques Mangin (CCI Roanne), Stéphane Brault (UCCIMAC), Alain Vidal (CCI de Saint-Etienne/Montbrison), Michèle Pourcher (Conseil régional), Yves Sannejan et Jean-François Foucaud (CDT Loire).


L'HÔTELLERIE n° 2562 Hebdo 21 Mai 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration