Actualités


Actualité

Restructuration

N.P.H. conserve L'Horset

Confrontée à des difficultés financières liées à une sous-capitalisation, la société Nouvelle Prospective Hôtelière (aujour-
d'hui absorbée par une structure de defeasance créée à l'initiative de la Banque Industrielle Mobilière Privée) se recentre sur le marché parisien. Sur un parc de 7 hôtels et 7 résidences, elle conserve 4 unités hôtelières et 2 résidences de tourisme. Désormais, le groupe entend renforcer l'image de son enseigne L'Horset.

On savait la société Nouvelle Prospective Hôtelière (N.P.H), fondée en avril 1986, confrontée à de graves problèmes financiers. L'entreprise française, qui exploitait 7 établissements hôteliers (dont un à Blois, un à Cannes et cinq à Paris) commercialisés sous l'enseigne L'Horset et 7 résidences de tourisme (6 en province et 1 dans la capitale) arborant la marque Résidentiale, affichait effectivement de lourdes pertes au cours des derniers exercices. Il suffit d'ailleurs de pianoter sur son Minitel via Info-Greffe pour observer l'étendue des dégâts (25.640.000 francs de pertes en 1995). Jean-Pierre Georgelin, actuel président-directeur général de N.P.H., ne cache d'ailleurs pas la vérité sur ce point. «Il est clair que nous avons rencontré de sérieuses difficultés financières. Ces dernières provenaient de la structure financière du groupe, à savoir d'une sous-capitalisation», déclare-t-il.

Reste qu'aujourd'hui, le patron du groupe semble avoir un peu retrouvé le sourire. Après une profonde restructuration de l'entreprise, N.P.H. poursuit en effet désormais son petit bonhomme de chemin. L'affaire n'a guère été aisée à mener. «D'autant que nous ne souhaitions pas prendre des mesures drastiques en déposant le bilan», précise J.-P. Georgelin. Pour parvenir à assainir la situation financière du groupe et rembourser ses dettes, les dirigeants de N.P.H. ont décidé de sauvegarder «ce qu'il y avait de meilleur» et de se séparer de l'activité résidences, notamment en province. N.P.H. a donc cédé ses résidences de Biarritz et Aix-en-Provence à Pierre & Vacances. Celles de Cannes et Antibes sont allées au propriétaire des murs. Enfin, la bâtisse de Juan-les-Pins est tombée dans l'escarcelle de France Location.

Accord commercial avec Astotel

Concernant la branche hôtelière, il a là aussi fallu faire un choix stratégique. Pour des raisons évidentes, la société a opté pour la sécurité du marché parisien. Résultat : l'hôtel de Blois est dorénavant la propriété des Hôtels de la Ville. Celui de la Porte de Saint-Cloud appartient au groupe Bansard. Quant au Pavillon à Paris, il a rejoint Astotel, chaîne dirigée par les frères Cachan. Parallèlement, N.P.H. a aussi taillé dans ses frais de structures en installant un siège allégé (une bonne dizaine de personnes ont été licenciées) dans de nouveaux et plus modestes locaux : 44, rue Pasquier, 75008 Paris.

Aujourd'hui, l'entreprise conserve quatre unités hôtelières, dont 3 implantées dans la capitale (L'Horset Opéra, Saint-Augustin et Washington), 1 à Cannes (L'Horset Savoy) et 2 résidences Résidentiale (Chambiges à Paris et l'autre à Montpellier). Le nouvel ensemble, confié à Antoine Fanton, directeur général de N.P.H., réalise comme par le passé d'ailleurs, d'assez bons résultats d'exploitation. Les 6 établissements représentaient un C.A. de 53 millions en 1996 et enregistraient un T.O de 69% pour les hôtels et 58% pour les résidences. Bien entendu, N.P.H. ne devrait pas en rester là. «Notre objectif consiste maintenant à renforcer l'image de la chaîne L'Horset et développer une nouvelle clientèle. On peut espérer améliorer de 2 à 3 points la fréquentation de nos hôtels et de nos résidences en 1997», souligne Antoine Fanton. N.P.H. a passé dernièrement un accord commercial avec Astotel. Les deux sociétés ont pris la décision de mettre en commun leurs moyens de représentation à l'étranger pour les unités parisiennes. On notera en outre que le Pavillon, racheté par les frères Cachan, arbore toujours pour le moment la marque L'Horset.

C. Cosson



L'HÔTELLERIE n° 2494 HEBDO 23 janvier 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration