×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités


Hébergement

Corse

L'hôtel Sofitel Thalassa
de Porticcio a jeté l'éponge pour l'hiver

Un événement qui risque d'aggraver la morosité des professionnels de Corse. Alors que les observateurs et statisticiens affirment régulièrement que dans l'île de beauté, l'hôtellerie haut de gamme semble plus épargnée que le reste de la profession par le marasme économique et touristique, la fermeture inattendue du grand hôtel Sofitel de Porticcio, sur la rive Sud du golfe d'Ajaccio, vient contredire ces affirmations. Contre toute attente, depuis le 12 novembre, l'établissement a fermé ses portes. Il ne devrait les rouvrir que vers la mi-mars, si les importants efforts de commercialisation actuellement entrepris portent leurs fruits. C'est la première fois que cet hôtel 4 étoiles prend cette mesure : les 45 permanents à l'année ont été soit répartis dans le réseau de la chaîne, soit pour une vingtaine d'entre eux, mis au chômage. Cette décision, restée très discrète, a été prise en quelques semaines seulement. Le contexte économique et politique et notamment la surmédiatisation au plan national des difficultés insulaires, ont entraîné des annulations en cascades pour l'arrière-saison.

Fin octobre, la totalité des séminaires et congrès qui devaient permettre à l'hôtel de travailler régulièrement jusqu'à la fin de l'année, jusqu'à la date habituelle de fermeture annuelle, a été annulée : soit une perte sèche d'environ 400 nuitées. Ces désistements sont intervenus alors que la saison estivale avait déjà été morose dans l'établissement, notamment en juillet. Le seul espoir pour les personnels, c'est que cette mesure reste exceptionnelle et que l'hôtel ne sera pas dorénavant classé comme un établissement saisonnier...

L. Peretti



L'HÔTELLERIE n° 2486 HEBDO 5 decembre 1996


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration