×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration Snacking

D'Oc en bouche, cuisine nomade pour vignes locales

Restauration Snacking - mardi 20 octobre 2015 16:24
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Montpellier (34) Un petit bouchon nomade et locavore, c'est le concept de restauration mobile lancé par Christophe Valloto. Sa remorque équipée sur mesure lui permet de réaliser une cuisine fraîche et de saison sur les domaines viticoles autour de Montpellier.



Christophe Valloto, d'Oc en buche, petit bouchon nomade et locavore.
Christophe Valloto, d'Oc en buche, petit bouchon nomade et locavore.


D'Oc en bouche est une remorque orange avec un air de caravane américaine très fifties. Christophe Valloto l'a conçue pour cuisiner des menus entiers à partir de produits bruts. Inconditionnel du produit de saison, déniché auprès de producteurs locaux passionnés, il propose sa restauration sur les domaines viticoles autour de Montpellier qui jouent aussi la carte terroir et qualité. Depuis août, il enchaîne les prestations et a préparé jusqu'à une centaine de portions.

Christophe Valloto a longuement mûri son projet, tout en travaillant dans la grande distribution puis dans la restauration de chaîne. Durant l'été 2013, il participe au stage pour porteur de projet Pacte, de la CCI de Montpellier, et en ressort avec un dossier peaufiné et décidé à se lancer. "Je voulais bien faire les choses, j'ai été très bien accompagné par la CCI." Il obtient une aide de 4 000 € de l'Airdie, complète par un apport personnel et un crédit-bail bancaire pour financer 24 000 € pour une remorque aménagée sur mesure et 12 000 € pour un véhicule utilitaire. Il préfère cette solution à un food-truck : pas besoin de permis spécifique, l'utilitaire permet d'aller faire ses achats en direct et le look est original.

À chaque vigneron son menu

Pendant un an, il visite les producteurs et sélectionne le meilleur, au plus près, si possible en bio : le boulanger de son village de Pignan, les jardins de Guillaume ou Arnaud pour les légumes, La Ferme d'Aveyron pour les volailles et les produits laitiers, et un boucher-charcutier-affineur itinérant de Lozère pour la viande. Il élabore chaque menu avec le vigneron, dans le budget souhaité, en accord avec les vins. Pour le Clos Sorian, qui lançait sa cuvée haut de gamme Galéja le 1° octobre, il avait concocté un menu à 27 €, avec des tartines de filet de caille rôtie au coeur de foie gras et figues, une basse-côte de boeuf fermier de Lozère maturée et poivrons bio grillés, et un gâteau au chocolat et chantilly de poire. Son prévisionnel est sagement à zéro pendant les deux mois les plus froids de l'hiver, mais il travaille une idée de formule soupe et tartines pour les manifestations des fêtes.

Anne Sophie Thérond
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services