×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

La nouvelle vie du Lutetia

Hôtellerie - jeudi 26 juillet 2018 17:19
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

75 - Paris L'établissement emblématique de la rive gauche parisienne vient de rouvrir ses portes après quatre ans de travaux. Une période qui a permis à l'hôtel de monter en gamme.



Le Lutetia, adresse mythique de la rive gauche parisienne, situé face au Bon Marché (VIe), vient de rouvrir ses portes. Quatre ans de travaux ont été nécessaires pour redonner ses lettres de noblesse à cet établissement créé en 1910. Si l'hôtel affiche 5 étoiles (il était classé 4 étoiles avant sa fermeture), il ne cache pas son ambition de recevoir rapidement l'appellation palace, ce qui en ferait le seul de la rive gauche. Jean-Luc Cousty, le directeur de l'établissement, décrit le Lutetia comme "un outil pointu pour être compétitif". C'est l'architecte Jean-Michel Wilmotte qui était aux commandes de la restauration de l'établissement, avec comme principale problématique "de mettre l'hôtel aux normes actuelles".

Inspiration 1910

L'idée du projet était de redonner vie à cet hôtel selon les codes des années 1910, époque de la transition entre l'art déco et l'art nouveau, tout en l'inscrivant dans l'époque actuelle et en répondant aux exigences des normes en vigueur. La façade a été remise en état, à l'identique. Des fresques retrouvées "sous des couches de peinture", ont été restaurées. Et les espaces repensés. Autre élément important, la technologie : "L'hôtel a été mis aux normes acoustiques, électriques, de climatisation…", explique l'architecte.

La mer a été un élément d'inspiration important. On retrouve ainsi des écailles sur les cages des ascenseurs, des bateaux illustrés aux sols comme dans l'entrée ou au niveau du spa, des lignes ondulés un peu partout dans l'hôtel - à commencer par la façade -, et le bleu, couleur dominante dans les chambres et les couloirs.

Parmi les grands changements, la lumière naturelle est devenue quasi omniprésente dans l'établissement. "Il s'agit d'un élément principal du confort d'un lieu", explique Jean-Michel Wilmotte. Le nombre de chambre est passé de 233 à 184, pour offrir des espaces plus grands et surtout des fenêtres ont été installées dans la quasi-totalité des salles de bains, faisant ainsi entrer la lumière naturelle dans ces espaces. Une piscine de 17 m de long a été créée dans le spa de 700 m², toujours avec de la lumière naturelle. Un jardin à ciel ouvert, au rez-de-chaussée, a également été aménagé, toujours dans l'optique d'apporter de la lumière dans l'établissement, en plus de doter l'hôtel d'un espace extérieur. Enfin, une fresque monumentale, signée Fabrice Hyber, a été installée au plafond du salon Saint-Germain.

L'ouverture de la brasserie - gérée par le chef Gérald Passédat (Le Petit Nice, 3 étoiles Michelin à Marseille) - est prévue pour l'automne 2018. 



Romy Carrere
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services