×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Couloirs d'hôtel : comment les égayer ?

Hôtellerie - vendredi 5 janvier 2018 17:10
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Aménager des couloirs pour qu'ils ne donnent pas le cafard, cela ne s'improvise pas, surtout avec les normes de sécurité et d'accessibilité qui se multiplient dans les hôtels. La designer Dorothée Meilichzon livre quelques astuces pour donner de l'allure à ces parties communes.




"Entre les normes de sécurité et les volumes, on a peu de liberté. Il faut donc redoubler d'imagination." C'est ainsi que la designer Dorothée Meilichzon résume la problématique des couloirs à égayer dans un hôtel. Et pour cause : en matière de décoration, impossible d'installer des pièces de mobilier dans un couloir, "car il ne faut aucun obstacle à la circulation". Les miroirs, qui pourraient agrandir un espace ou renvoyer de la lumière, sont tout autant proscrits : "En cas d'évacuation en urgence, ils peuvent induire en erreur les clients quant à la bonne direction à prendre." 

"Pour animer un couloir, surtout s'il n'a pas de fenêtre, j'essaie de travailler sur des éléments graphiques", explique Dorothée Meilichzon. Elle pense, par exemple, "aux motifs sur le sol". Opter pour une moquette revêt alors un double intérêt : "Celle-ci a des atouts acoustiques indéniables et elle apporte des motifs."


"Ajouter des appliques pour adoucir l'atmosphère"

Dans l'Hôtel des Grands Boulevards, à Paris (IIe), dont elle vient de boucler le chantier et qui ouvrira ses portes courant janvier, la designer a également joué avec les couleurs : "Il y en a une différente par étage." Et sur les murs, "c'est de la peinture." Mais Dorothée Meilichzon préconise aussi la chaux ou le papier peint. 

Quant à la signalétique et la lumière, "elles vont permettre également de faire la différence", poursuit la designer. Même si, une fois encore, les normes à respecter sont strictes côté éclairage : "En plus des spots capables de diffuser une lumière très forte, notamment pour indiquer les sorties de secours, on peut ajouter des appliques pour adoucir l'atmosphère." 

Dans l'Hôtel des Grands Boulevards, la designer a ainsi posé une applique près de chaque porte de chambre, tel un mini-réverbère. "J'ai voulu que chaque porte rappelle celle d'une maison." Opération réussie : peinture laquée claire, heurtoir de porte doré en forme d'abeille et bas-reliefs sur les murs donnent un air de rue aux couloirs de cet hôtel, situé boulevard Poissonnière. 

"Travailler sur les bas-reliefs, cela crée de petites vibrations, qui ramènent des motifs et engendrent un effet graphique", détaille Dorothée Meilichzon. À l'instar de la moquette inspirée des pavés, ce qui accentue un peu plus encore l'impression d'être dans une rue de Paris. Une rue où chaque porte cache son propre univers : une façon de faire comprendre aux clients qu'ils ont à leur disposition une chambre en ville qui répond à leurs attentes, et non une chambre standardisée.



Anne Eveillard
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Hygiène en fiches pratiques
par Laurence Le Bouquin
Services