En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure navigation et nous permettre de réaliser des statistiques d'audience. Cliquez pour en savoir plus !
Actualités
classées par   Date | Rubrique | Région
 Emploi
Agrandir taille de caractères Réduire taille de caractères Imprimer cet article
Être multitâches, une qualité qui a le vent en poupe
mardi 11 septembre 2012 12:40

Paris (75) Crise oblige, certains hôteliers et restaurateurs révisent à la baisse leur masse salariale. Ils privilégient les salariés multitâches, efficaces aussi bien derrière un comptoir qu'en salle ou côté bureau.

Vidéo : 
Être un salarié multitâches est un atout.


Barbara Magnet cumule le poste de DRH et celui de gouvernante générale à l'hôtel Renaissance Arc de triomphe (Paris, XVIIe).
 Dans le snack chic Martine's, à Paris, Soizic Allain est aussi efficace au service qu'en cuisine ou pour gérer certaines tâches administratives.
 

"Depuis que j'ai changé de patron, j'ai davantage de liberté dans l'organisation de mon travail", reconnaît une jeune serveuse dans l'un des cafés emblématiques d'Angers (49). Toutefois, cette liberté ne lui est  accordée que pour qu'elle soit plus réactive, et surtout qu'elle soit capable de passer d'un poste à un autre selon l'affluence, les demandes, les besoins. "Dans une même journée, je peux aussi bien préparer des croque-monsieur que servir en terrasse, gérer la caisse ou faire la plonge." Ce statut de multitâches a la cote : à l'heure où les masses salariales pèsent lourd dans un budget, certains hôteliers et restaurateurs ont tendance à privilégier l'embauche soit de profils atypiques capables d'appréhender différents postes de travail en une même journée, soit de jeunes diplômés suffisamment dégrossis par leurs stages pour qu'ils se révèlent aussi efficaces des deux côtés d'un comptoir.

 

"Une fois dans l'action, on ne pense plus au stress"

Son BTS hôtellerie-restauration en poche, Soizic Allain travaille aujourd'hui dans le snack chic parisien Martine's. Ancienne élève de l'École Maxim's, elle reconnaît que ses stages, à La Messardière à Saint-Tropez (83) et au Majestic à Cannes (06), lui ont beaucoup appris. Mais sa "deuxième école" a été le restaurant japonais du VIe arrondissement de la capitale où elle est restée trois ans. C'est là qu'elle a rencontré son actuelle patronne, Martine Macra. "Elle était notre manager et nous faisions tout comme elle : nous étions capables d'enchaîner commandes au téléphone, gestion des livreurs, des fournisseurs ou de la caisse, service en salle, vente à emporter...". Un rythme soutenu, qui peut s'avérer stressant. "Une fois que l'on est dans l'action, on ne pense plus au stress ou à la fatigue. On ne rechigne pas à la tâche. On y va !" Lorsque Martine Macra a monté son propre restaurant, rue du Cherche-Midi, Soizic Allain l'a suivie. "Nous avions déjà nos habitudes ensemble, souligne Martine Macra. Notre binôme fonctionne bien. Nous sommes presque comme un couple." Une relation de confiance qui dure et sert de socle au succès de Martine's.

"Actuellement, nous menons une réflexion sur l'intérêt des profils atypiques, souvent aussi efficaces en salle que pour dynamiser une équipe ou encore transmettre un savoir, une expérience", confie Catherine Augereau-Leloup, directrice emploi formation au sein du groupe Flo. Atypiques, multitâches, entreprenants et donc, une fois sur le terrain, plus autonomes, plus indépendants, plus efficaces. "Parce qu'ils sentent que l'on croit en eux", ajoute le patron d'un restaurant nantais. À condition, bien sûr, de ne pas profiter de la situation, ni d'abuser des horaires élastiques.

Du côté du corps enseignant, on se rend compte que la capacité d'être multitâches est un véritable atout, une fois sorti du lycée ou de l'école. "Une formation en hôtellerie-restauration mène à tout, rappelle Frédéric Michon, professeur de service et commercialisation au lycée Sainte-Anne de Saint-Nazaire (44). Après, il faut savoir s'ouvrir, communiquer, laisser ses soucis chez soi et faire valoir sa personnalité." Ce sont, en effet, des personnalités que recherchent les patrons adeptes des multitâches. "Des jeunes qui en veulent", reprend le restaurateur nantais. Des volontaires, des passionnés, des "curieux de tout".

 

De grands groupes s'intéressent aux touche-à-tout

Bruno de Monte, directeur de Ferrandi, l'École de gastronomie française, prône pour sa part les vertus de la culture générale. En particulier au niveau des Bachelors. "C'est une façon d'éviter que les jeunes ne soient démunis une fois sur le terrain", explique-t-il. Surtout s'ils sont sollicités pour être performants dans la gestion d'une équipe, le management d'un service, l'organisation d'une salle… Car la tendance aux profils multitâches se généralise. Les micro-entreprises de deux ou trois salariés ne sont plus les seules à recruter ces touche-à-tout, à tous les niveaux. Ainsi, Barbara Magnet cumule le poste de DRH et celui de gouvernante générale à l'hôtel Renaissance Arc de triomphe (Paris, XVIIe). Mission impossible ? Casse-tête ? Rien de tout cela. Barbara Magnet ne perçoit pas son statut comme une punition. Au contraire, pour elle, c'est un atout : "Le personnel sait que je sais ce qu'il vit au quotidien." Soizic Allain ajoute : "Je sais faire beaucoup de choses différentes en même temps, y compris certaines tâches administratives. C'est à la fois intéressant, motivant et valorisant. Car me faire confiance à ce point, c'est reconnaître mes compétences."

Anne Eveillard



Recevoir la newsletter quotidienne


Ajouter à mes favoris
Etre alerté
Ajouter un
commentaire
Partager :
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email


  Publier


Emploi
Entretien d'embauche : se préparer aux cinq questions pièges
jeudi 23 mars 2017 12:18
Dans le face à face entre un recruteur et un candidat, il y a pratiquement toujours une séries de questions embarrassantes.  Lire la suite
 
 Travailler en région : un pari gagnant ?
mercredi 22 mars 2017 11:57
Si Paris est le premier bassin d'emploi en France, la province séduit de plus en plus, pour sa qualité de vie...  Lire la suite
 
Lettre de motivation : les dix erreurs qui gâchent tout
mardi 21 mars 2017 15:57
Certains recruteurs attachent beaucoup d'importance au contenu de la lettre, qu'il ne faut donc pas négliger.  Lire la suite
 
 Salon LHR Emploi : une 12e édition très réussie
vendredi 17 mars 2017 10:30
Organisé le 16 mars au Centquatre, à Paris (XIXe), le Salon a accueilli 3 762 visiteurs durant cette journée. Une cinquantaine de recruteurs...  Lire la suite
 
Karine Doussaud (Compass Group) : "Nous recherchons des profils enthousiastes, curieux et dynamiques"
mercredi 15 mars 2017 09:59
La chargée de recrutement au sein de Compass Group France parle de 1 500 embauches pour cette année...  Lire la suite
 

Autres articles...
   
Spécial Carrières 2013
Spécial Carrières et salaires

Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration
Newsletter
Quotidienne
Rechercher une formation une école
Besoin d'un renseignement ? Ayez le réflexe Boite à outils
Salon - Agenda
Salon - Agenda
L'Hôtellerie Restauration - 5 rue Antoine Bourdelle - 75737 Paris cedex 15
Tél : +33 1 45 48 64 64 - Fax : +33 1 45 48 04 23
Copyright © L'Hôtellerie Restauration
Mentions légales