Actualités
classées par   Date | Rubrique | Région
Accueil > Actualités > Emploi

Le Canada fait les yeux doux aux professionnels qualifiés


vendredi 5 juillet 2013 14:25

RéagissezRéagissez
PartagerPartager   ImprimerImprimer   Agrandir taille de caractères   Réduire taille de caractères

CANADA Le secteur touristique canadien, qui manque cruellement de main d'oeuvre, a recours à une immigration choisie.

© DR
Le chef français Jérôme Ferrer s'est installé au Québec il ya douze ans et est aujourd'hui à la tête de plusieurs établissements dont un Relais & Château.

L'exemple de Jérôme Ferrer, l'une des toques les plus connues de Montréal, laisse rêveur. Arrivé au Québec il y a douze ans, sans un sou en poche et avec deux associés, le chef est aujourd'hui à la tête du restaurant Relais & Châteaux Europea, de l'espace boutique Europea, du bistrot Beaver Hall, du restaurant méditerranéen Andiamo, de deux cafés, d'un service traiteur... Il faut dire que la "bonne bouffe", comme on dit ici, commence à occuper le devant de la scène. Selon le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, les Québécois iraient de plus en plus au restaurant, soit un repas sur trois.
 

34 800 postes non pourvus en restauration

Tandis que le guide Frommer's a inclus Montréal dans son palmarès 2011 des dix meilleures villes au monde 'où il fait bon manger à l'extérieur', l'organisme Tourisme Montréal cherche à positionner la cité comme une destination gastronomique internationale, à grand renfort de communication et d'événements (dont la Restaurant Week locale, baptisée MTL à table). Toronto n'est pas en reste. "Ces dernières années, la ville a explosé à tous les niveaux : sa population, de plus en plus multiculturelle, ses infrastructures et bien sûr sa cuisine", juge le restaurateur Jean-Jacques Texier. Plus de 1 300 nouveaux établissements ont ouvert en 2012, traduisant une effervescence qui attire des professionnels réputés : David Chang a dupliqué son concept new-yorkais, Daniel Boulud a inauguré une enseigne au coeur du quartier huppé de Yorkville... Idem dans l'hôtellerie, où on assiste à une floraison récente d'hôtels de luxe (Shangri-La, Ritz Carlton, Four Seasons…).

Face à un tel essor, "la main d'oeuvre qualifiée et le professionnalisme font défaut", déplore Didier Leroy, Maître cuisinier de France et chef du restaurant Didier à Toronto. Le Conseil canadien des ressources humaines en tourisme prévoit plus de 34 800 postes non pourvus en restauration en 2015, et jusqu'à 137 000 en 2030. Les pénuries les plus inquiétantes devraient concerner les serveurs, les aides de cuisine, les cuisiniers, les barmans et les directeurs de la restauration et des services. Résultat : "Un cuisinier qui arrive avec de l'expérience trouvera un poste dans la journée s'il a fait quelques recherches avant", estime Jean-Jacques Texier.

 

Un contexte plus délicat

Le Canada, un Eldorado pour expatriés qualifiés ? Même si ce pays offre toujours des opportunités - de Vancouver à Québec -, la concurrence s'aiguise. Sur place, les Français (50 000 à Montréal et 15 000 à Québec selon les registres consulaires) continuent d'affluer. Le nombre de restaurants a explosé avec près de 20 000 établissements dans le seul Québec (dont le quart environ sur l'île de Montréal). La restauration commerciale et les débits de boissons possèdent d'ailleurs le plus bas taux de survie parmi les entreprises québécoises. Le contexte n'est donc pas rose, souligne François Meunier, vice-président de l'Association des restaurateurs du Québec (ARQ) : "La performance touristique a été modeste ces dernières années. Les restaurateurs voient depuis quelques années leur rentabilité décliner : les hausses des coûts de main-d'oeuvre et de nourriture en sont les principales responsables. L'industrie croule aussi sous un fardeau fiscal, administratif et réglementaire de plus en plus lourd." Côté salaires, "beaucoup de chefs français déchantent", assure Christophe Geffray, chef gérant de Christophe, car les rémunérations sont souvent moindres qu'en France. En revanche, les serveurs peuvent gagner jusqu'à 200 dollars canadiens (près de 150 €) par soir, grâce aux pourboires généralement fixés à 10 ou 15 % du montant de l'addition. Enfin, tous les types de restaurants n'ont pas forcément le vent en poupe. "C'est le règne du bon et du pas cher. Les bistrots ou les tapas ont la cote, mais la restauration gastronomique reste très marginale", conclut Didier Leroy.

V.B

Comment venir travailler au Canada ?

Comment venir travailler au Canada ?

Pour le permis de travail classique (trois ans maximum), l'employeur doit démontrer qu'il n'a pas trouvé localement de personnel ayant les compétences recherchées. Mais il existe d'autres possibilités plus simples et accessibles pour les Français de 18 à 35 ans (plus d'informations sur www.amb-canada.fr/eic). Selon vos projets, pensez aussi à la résidence permanente ou aux modalités destinées aux créateurs d'entreprise (www.cic.gc.ca).

En 2012, près de 13 000 Français ont ainsi obtenu un visa de résidence permanente et près de 14 000 Français âgés de 18 à 35 ans ont bénéficié de permis de travail dans le cadre de l'initiative Expérience internationale Canada.

Pour en savoir plus sur l'immigration temporaire et permanente : renseignements et inscriptions pour une session d'information auprès de l'Ambassade du Canada sur www.amb-canada.fr/visas

_____________________________________________________________ 

Jean-Jacques Texier, créateur du Batifole, Toronto

"Il faut être bilingue et s'adapter à la mentalité. Ici, 'business is business' : un emploi en restauration compte au minimum 44 heures hebdomadaires et les congés payés représentent 4 % seulement des jours travaillés. En contrepartie, vous trouverez de nombreuses opportunités de travail et une population agréable, franche et honnête."

 

Thierry Baron, chef propriétaire du restaurant Vertige, Montréal

"D'un point de vue administratif et financier, il est plus simple de créer un restaurant ici qu'en France. Les loyers, les charges salariales et les exigences en matière d'hygiène sont moindres. En revanche, oubliez les tables gastronomiques, ce n'est pas ce qu'attend la clientèle."

 

Christophe Geffray, chef gérant du Christophe, Montréal

"L'économie a chuté depuis 2008, beaucoup de restaurants ont fermé et de nombreux restaurants - italiens, thaïs, péruviens, argentins, etc.- sont apparus. Le contexte est très difficile, d'autant que la cuisine française est moins appréciée qu'il y a vingt ans." Son établissement qui propose une cuisine française du marché résiste néanmoins. "La licence 'Apportez votre vin' nous permet de tenir. Le vin est très cher ici. Une bouteille vendue dans un restaurant, marge et taxes comprises, atteint facilement les 60 €. Ce concept permet d'augmenter le chiffre d'affaires de 25 % ainsi que la fréquentation." Son conseil ? "Venez vivre six mois au Canada, en plein hiver, avant de prendre toute décision."



Recevoir la newsletter quotidienne

Partager cet article : Envoyer par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Espace Abonnés
Espace abonnés
Etre alerté des nouveaux commentaires
Signaler un abus

Réagir à cet article :



Emploi
 Une journée avec Daby Traoré, garçon de café au Lazare
vendredi 19 septembre 2014 09:19
Travailleur enjoué et bourré de qualités le jeune homme a été embauché dans le nouveau restaurant d'Éric Frechon...  Lire la suite
 
Les salles à manger de direction : une niche bien gardée
jeudi 18 septembre 2014 12:09
Dans les grandes sociétés, il existe de discrets salons où s'affairent des hôteliers, souvent en extra, pour le compte exclusif d'un p.-d.g...  Lire la suite
 
J-8 avant le salon LHR Emploi
mercredi 17 septembre 2014 14:16
Le salon biannuel organisé par L'Hôtellerie Restauration se déroulera le 25 septembre au Centquatre à Paris. Près de 50 recruteurs en...  Lire la suite
 
 Gaëlle Leroy (Pizza Hut) : "Des besoins en recrutement constants"
mercredi 17 septembre 2014 11:37
Le groupe prévoit l'ouverture d'une quinzaine de restaurants en Île-de-France et dans le Nord, d'ici à cinq ans.  Lire la suite
 
Anne Breard (Marriott) : "Nous favorisons les évolutions de carrière"
mercredi 17 septembre 2014 09:20
La responsable des ressources humaines de l'hôtel Courtyard de Colombes (92) détaille les besoins en personnel...  Lire la suite
 

Autres articles...
Spécial Carrières 2013
Spécial Carrières et salaires

Le journal L'Hôtellerie Restauration
   Focus
- Taxe de séjour : Les propos d'Anne Hidalgo créent la polémique (12/09/14)
- Fait maison : Peut-on faire du fait maison avec des cèpes en boîte ? (11/09/14)

Newsletter
Quotidienne
Rechercher une formation une école
Besoin d'un renseignement ? Ayez le réflexe Boite à outils
Salon - Agenda
Salon - Agenda
L'Hôtellerie Restauration - 5 rue Antoine Bourdelle - 75737 Paris cedex 15
Tél : +33 1 45 48 64 64 - Fax : +33 1 45 48 04 23
Copyright © L'Hôtellerie Restauration
Mentions légales