Se connecter   S'abonner  
Les ACTUALITÉS de L'Hôtellerie Restauration en flux RSS
Actualités
classées par   Date | Rubrique | Région
 Emploi
Agrandir taille de caractères Réduire taille de caractères Imprimer cet article
Ces métiers qui ne connaissent pas la crise
jeudi 21 juin 2012 10:32

Le chômage ne faiblit pas, mais la demande est pourtant bien là dans le secteur de l'hôtellerie-restauration, où les recrutements sont au vert. Gros plan sur les résultats de l'enquête annuelle de Pôle emploi sur les 'besoins de main-d'oeuvre' des entreprises françaises.


Parmi les 15 métiers qui vont le plus recruter en 2012, les cuisiniers arrivent en neuxième position.

Avec 63712 projets d'embauche, le métier de serveur est très prisé par la profession.

Didier Chenet, président du Synhorcat.

L'hôtellerie-restauration pèse lourd dans l'économie nationale : 2,4 % du PIB, 4,2 % des secteurs marchands. Terrain propice pour l'emploi, la profession s'offre ainsi le luxe de figurer, cette année encore, en tête du palmarès des secteurs les plus en demande de main d'oeuvre pour l'année 2012. Les directions régionales de Pôle emploi ont en effet passé au peigne fin les intentions d'embauche des entreprises sur l'ensemble du territoire. Un travail minutieux qui a permis de répertorier les 15 métiers où les intentions d'embauche seraient les plus fortes. Et parmi eux, figurent en troisième position, les 'aides, apprentis et employés polyvalents de cuisine', soit 66 376 projets de recrutement, dont près de 42 000 permanents. Également très bien placés (en quatrième position), les 'serveurs de cafés, de restaurants (y compris les commis)', avec 63 712 projets de recrutement, dont 41 000 saisonniers.

Sans surprise, les cuisiniers sont également très recherchés, avec pas moins de 30 200 projets d'embauche, dont la moitié en permanents. Les 'employés de l'hôtellerie', en dixième position, rassemblent quant à eux 30 000 projets de recrutement, dont 23 % de saisonniers.

 

Des difficultés de recrutement

Si les besoins sont constants, les employeurs peinent paradoxalement à trouver des candidats à l'embauche. "Les entreprises se plaignent en effet d'une pénurie dans certains métiers", confirme ainsi Didier Chenet, président du Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs (Synhorcat). La pénibilité de certains métiers rebute en effet souvent les jeunes (lire interview ci-dessous). L'étude révèle ainsi que, du point de vue des employeurs, 42,6 % des prévisions d'embauche sont assorties de difficultés de recrutement. La part des projets jugés difficiles concerne notamment les cuisiniers (61,4 % des prévisions d'embauche considérées comme ardues). Cette part descend à 50,2 % pour les employés de l'hôtellerie, et à 48,8 % pour les serveurs de cafés et de restaurants.

Reste qu'une fois embauchés dans le secteur, les candidats goûtent peu à peu aux joies d'un métier pas comme les autres, où le bonheur de donner rime avec celui de recevoir.

 

___________________________________________________________


Zoom sur les quatre métiers les plus demandés

Ces professions couvrent les deux tiers des offres du secteur.

Serveur

• Métier : mettre en place les tables, accueillir les clients, conseiller sur le choix des mets et des vins, effectuer le service des plats, encaisser les additions… Le serveur travaille en équipe entre la salle et la cuisine. C'est un métier de contact ponctué de périodes de « coups de feu ».

• Qualités : mémoire visuelle et auditive, agilité, diplomatie et sourire indispensables. Résistance au stress, goût de l'imprévu et sens de l'anticipation.

• Possibilité d'évolution : chef de rang, maître d'hôtel.

• Salaire d'embauche* : entre 17 000 € et 18 000 € par an, auxquels s'ajoutent des pourboires qui peuvent représenter jusqu'à un tiers du salaire de base. 

 
Cuisinier

• Métier : évaluer la qualité des produits, imaginer et confectionner les plats sont ses principales missions. De Londres à Tokyo, de New York à Singapour, la cuisine française brille dans les meilleurs restaurants de la planète. Officiant discrètement dans les coulisses des restaurants, ce sont eux qui perpétuent cette grande tradition française.

• Qualités : travail en équipe, sens de la hiérarchie, hygiène irréprochable, sensibilité et créativité, résistance physique (horaires lourds, station debout prolongée, chaleur des fourneaux).

• Possibilité d'évolution : chef de partie, second, chef de cuisine.

• Salaire d'embauche* : entre 17 000 € et 19 000 € par an pour un commis de cuisine, de 29 000 € à 32 000 € par an pour un chef (très variable selon l'établissement). 

 
Employé d'étage

• Métier : nettoyer et remettre en ordre les chambres, les sanitaires et les parties communes d'un hôtel, servir le petit déjeuner, gérer le linge, disposer les fleurs et les produits d'accueil, échanger un sourire avec les clients... Le travail s'effectue généralement le matin (7 heures - 15 heures), en l'absence de la clientèle.

• Qualités : avoir le sens de la propreté et de l'hygiène, méthode, organisation et efficacité. Discrétion (pour veiller au respect de la vie privée de sa clientèle) et sens aigu de l'observation. Endurance physique indispensable.

• Possibilité d'évolution : gouvernante d'étage, chef gouvernante.

• Salaire d'embauche* : entre 16 000 € et 18 000 € par an (et jusqu'à 22 000 € pour une gouvernante).


Réceptionniste

• Métier : accueil du client, traitement des formalités de séjour, du courrier, encaissement des additions, prospection et mise à jour du planning de réservations… Le réceptionniste doit faire face à des charges de travail irrégulières, en fonction de l'occupation de l'hôtel (coups de feu de l'encaissement des notes, tôt le matin, arrivée massive et simultanée des clients d'un avion…).

• Qualités : excellente présentation, efficacité, esprit de coordination, sens commercial développé. Maîtrise de l'anglais et de l'informatique indispensables.

• Possibilité d'évolution : chef de réception.

• Salaire d'embauche* : entre 18 000 € et 21 000 € par an.


* Salaires proposés aux jeunes collaborateurs (jusqu'à trois ans d'expérience), selon l'étude de rémunération nationale, publiée fin février 2012 par le cabinet de recrutement Hays.

 
___________________________________________________________
 

Conseils

• Suivre une formation en alternance

Très prisées dans le secteur, elles permettent d'acquérir une première expérience professionnelle et d'obtenir un diplôme. Plus de détails sur les sites www.fafih.com et www.formations-pour-tous.com

• Multiplier les démarches

Pour décrocher un emploi, allez dans les forums pour l'emploi : décortiquez les petites annonces des journaux professionnels ou encore renseignez-vous auprès des agences Pôle emploi spécialisées dans le secteur.

• Ne pas rater les journées de recrutement

Certaines enseignes de restauration (Hippopotamus, les Frères Blanc, Flo, Accor…) recrutent parfois en direct.

• Partez à l'étranger

Une façon simple pour maîtriser une autre langue, fort utile sur un C.V. Très appréciée des employeurs, cette démarche est signe de dynamisme et d'acceptabilité. 

 ___________________________________________________________

Pour en savoir plus

• Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs : www.synhorcat.com

• Union des métiers et des industries de l'hôtellerie : www.umih.fr

• Fonds d'assurance formation de l'industrie hôtelière : www.fafih.com
• Pôles emploi : www.pole-emploi.fr

Mylène Sacksick

Didier Chenet, président Synhorcat :

L'Hôtellerie Restauration : Cette année encore, l'hôtellerie-restauration se retrouve en première place du palmarès des secteurs les plus en demande de main d'oeuvre. Comment expliquer ce dynamisme ?

Didier Chenet : 905 000 actifs - salariés et saisonniers -, 20 000 postes créés chaque année, et près de 200 000 structures : l'hôtellerie et la restauration se portent bien, a fortiori dans les grandes agglomérations et les zones touristiques. La France est d'ailleurs la première destination touristique mondiale et le deuxième parc hôtelier européen. Ce dynamisme s'explique par les nombreux efforts réalisés par les entreprises pour attirer les jeunes : rémunération revue à la hausse, mutuelle obligatoire, jours fériés… La baisse de la TVA à 5,5 % a également dopé le secteur.

Le secteur recrute, mais son attractivité reste relative. Pourquoi ?

Les entreprises se plaignent en effet d'une pénurie dans certains métiers. Sans doute est-ce parce que notre profession marche à contre-courant. Travailler le midi, le soir, le week-end et/ou les jours fériés n'est pas facilement conciliable avec une vie de famille. Mais si ce sont des métiers d'astreinte avec de nombreuses heures de travail, les choses ont vraiment évolué ces dernières années. De plus, les possibilités d'ascension sociale sont importantes et généralement très rapides pour les plus motivés. Nous sommes la profession de la deuxième chance.

Quels sont les profils les plus recherchés ?

Les employeurs sont à l'affût de candidats désireux d'apporter une prestation de qualité aux clients. Le serveur d'aujourd'hui n'est plus un porteur d'assiette ; il est à l'écoute du client et propose ses connaissances sur les produits (goûts, terroir…) qu'il vend. Dans l'hôtellerie haut de gamme, les employeurs seront exigeants côté diplômes et expériences professionnelles. La maîtrise d'au moins une langue étrangère est, dans tous les cas, incontournable. Les candidats devraient même idéalement parler deux langues, en plus de la leur. Finalement, les profils les plus recherchés sont ceux qui possèdent cette générosité propre aux métiers de service




A lire aussi :
 
Retrouvez tous les articles du supplément Campus

Recevoir la newsletter quotidienne

Partager cet article : Envoyer par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Espace Abonnés
Espace abonnés
Etre alerté des nouveaux commentaires
Signaler un abus

Réagir à cet article :



Emploi
Le Canada recrute dans l'hôtellerie et la restauration  lundi 10 novembre 2014 15:57
Du 18 au 20 novembre 2014, l'Ambassade du Canada et Pôle emploi international organisent la 11ème édition du forum « Destination...  Lire la suite
6e édition du salon de l'emploi hôtellerie & restauration de Puteaux
mercredi 5 novembre 2014 16:58
La ville de Puteaux, la mission locale et la maison de l'emploi et des entreprises Rives de Seine et Puteaux emploi, en partenariat avec...  Lire la suite
 
Majordome : la 'french touch' séduit
mercredi 5 novembre 2014 11:58
Avec deux sessions de formation par an, la société French Touch Attitude veut se positionner comme leader...  Lire la suite
 
9e Place à l'emploi
mercredi 29 octobre 2014 15:41
Co-organisée par la maison de l'emploi de la métropole nantaise et les commerçants de la galerie Atlantisl -Centre, la neuvième édition...  Lire la suite
 
 Une journée avec Thibault Antigna, crêpier de métier
lundi 27 octobre 2014 10:06
Le métier, plus difficile qu'il n'y paraît, nécessite d'être capable de travailler à la chaîne, de posséder un geste sûr et surtout d'être un passionné.  Lire la suite
 

Autres articles...
   
Spécial Carrières 2013
Spécial Carrières et salaires

Le journal L'Hôtellerie Restauration
   Focus
- Equip'Hotel : préparez votre visite + badge d'accès (21/10/14)
- Accessibilité : publication de l'ordonnance (01/10/14)
- Deux accords sur l'aménagement du temps de travail et la grille des salaires dans les CHR (03/10/14)
- L'Assemblée nationale vote l'augmentation du plafond de la taxe de séjour (14/11/14)
- Le fait maison est-il soluble dans la gastronomie ? (29/10/14)

Newsletter
Quotidienne
Rechercher une formation une école
Besoin d'un renseignement ? Ayez le réflexe Boite à outils
Salon - Agenda
Salon - Agenda
L'Hôtellerie Restauration - 5 rue Antoine Bourdelle - 75737 Paris cedex 15
Tél : +33 1 45 48 64 64 - Fax : +33 1 45 48 04 23
Copyright © L'Hôtellerie Restauration
Mentions légales