×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Produits & techniques

achats

Dégustation

Des milliers de vignerons derrière
Nicolas Feuillatte

Créée par le propriétaire des établissements Vernhes dans les années 70, Nicolas Feuillatte est aujourd'hui la marque phare du Centre vinicole de la Champagne. Présente en restauration avec une gamme spécifique, la marque réaffirme son attachement au circuit.

m Sylvie Soubes

Derrière la marque Nicolas Feuillatte se cache l'une des plus importantes révolutions champenoises. En 1972, en effet, 41 coopératives de crus décident de se regrouper pour faire face aux manques de stockages et aux problèmes de vinification, entretenus en partie par le négoce qui tire alors plus facilement à la baisse les prix du raisin. Le premier objectif de la structure, baptisé Centre vinicole de la Champagne (CVC), a été de se doter d'une entité de stockage et de vinification ultramoderne. On parle désormais de maîtrise des températures, de sélection des levures, de dégorgement automatisé. "La technologie au service de la tradition", insiste alors Henri Macquart, premier président de cette union de coopératives qui, 30 ans plus tard, touche près de 5 000 vignerons champenois.
La marque Nicolas Feuillatte, de son côté, a été lancée à la fin des années 70 par la famille Feuillatte, propriétaire à l'époque des établissements Vernhes. En 1986, soucieux de donner à la marque qui porte son nom les moyens de se développer dans de bonnes conditions, Nicolas Feuillatte choisit alors de la vendre au CVC. Quelques années après et dans un contexte de concurrence croissante, Nicolas Feuillatte devient le porte-drapeau du CVC.
Celle-ci bénéficie désormais de sa propre structure, avec des achats spécifiques de raisins et la création de deux gammes, l'une pour la grande distribution, l'autre pour le circuit traditionnel. De 400 000 cols lors de sa cession, Nicolas Feuillatte est passé à 730 000 cols en 1993 pour atteindre aujourd'hui 3 millions de bouteilles par an (l'activité commerciale globale du CVC porte actuellement sur 6 millions de bouteilles par an).
Le partenariat engagé par la société dans le secteur de la restauration s'est inscrit jusqu'à présent dans les opérations propres aux grandes marques comme la Saint-Valentin, la fête des Mères ou les fêtes de fin d'année. "Ce qui offre, en fait, une assez faible lisibilité", remarque Andréa Buchin, responsable marketing, qui ajoute : "A partir de 2001, nous allons proposer des animations semestrielles." En accompagnement de la campagne publicitaire sur les abribus au printemps, Nicolas Feuillatte offrait aux établissements, pour 6 bouteilles achetées, un kit 'prêt à utiliser' incluant 6 flûtes et 6 menus. "Nous voulons développer des kits qui soient utiles aux restaurateurs. Nous cherchons aussi à répondre à leurs besoins en PLV qui est énorme." Ainsi, à la rentrée, le kit promotionnel comprendra un seau à champagne Nicolas Feuillatte. L'autre volonté affichée par la maison concerne la saisonnalité des vins. "Cet été, nous allons notamment pousser les rosés à la coupe. S'ils sont très présents sur le marché américain, ils sont quasiment absents en France. Or, le consommateur français est en quête de découverte. Il faut saisir l'opportunité de lui faire découvrir d'autres qualités. Sachant que les vins rosés restent dans les réflexes de consommation des vins d'été." Le blanc de blancs de Nicolas Feuillatte doit également être mis à l'honneur à la coupe en juillet et août. A suivre. n

Lancement de vins monocépage, millésimés et issus de grands crus 

8,5 % de l'appellation champenoise bénéficient du classement Grand Cru à 100 %.
Des terroirs d'exception, par leur exposition et leur sol. Sous l'impulsion de l'œnologue et chef
de cave, Jean-Pierre Vincent, Nicolas Feuillatte décline désormais sa Collection Particulière Grands Crus, des vins monocépage, millésimés, issus uniquement de grands crus.
"L'idée, explique-t-on, est de montrer comment s'exprime un cru, un village, une année, un terroir." Si le champagne est traditionnellement un vin d'assemblage, cette collection montre, par opposition, l'extraordinaire potentiel des villages. La première collection sera commercialisée en septembre prochain. Les objectifs sont de 10 000 bouteilles par cru et une sélection de 4 crus par millésime.
Au programme pour 2001 : Cramant/chardonnay 1995, Chouilly/chardonnay 1995, Le Mesnil-sur-Oger/chardonnay 1995 et Verzy/pinot noir 1995.
A découvrir sans faute.

Notre sélection

 

Brut sans année, premier cru de Nicolas Feuillatte représente 80 % des ventes. Un vin qu'on ne présente plus, mais qui mérite son succès. C'est un champagne agréable, régulier, presque tous palais ! Composé à 20 % de chardonnay, à 40 % de pinot noir et à 40 % de pinot meunier, il offre une couleur claire, des bulles abondantes, un nez fruité, une bouche souple et équilibrée. A servir à 6/7 ° maximum.

Rosé Millésimé 1996 issu de premiers et grands crus. Ce rosé dominé à 60 % par le pinot noir (10 % de chardonnay et 30 % de pinot meunier) est un vin conseillé traditionnellement pour accompagner tout un repas, "avec un chevreuil aux airelles", souligne le chef de cave. Cet été, la maison le mettra en avant à l'heure de l'apéritif à la coupe. Au programme : équilibre et féminité.Notre

coup de cœur

Blanc de blancs Pour certains, c'est un classique. Pour nous, un coup de cœur. Le millésime 1993 a été un grand moment, et s'il n'y en a plus, nous garderons de lui une émotion tout en fraîcheur et en finesse. Actuellement disponible, le millésime 1995, monocépage chardonnay, séduit à l'apéritif mais aussi sur les fruits de mer. L'attaque est vive, avec un nez d'agrumes et de poire. Une bouche aux arômes persistants. Ce vin a reçu de nombreuses récompenses, dont la médaille d'argent aux Vinalies internationales 2000.

Adresse

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2721 Magazine 7 Juin 2001


zzz46d
L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration