×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Produits & techniques

environnement

Entretien du séparateur à graisses - Solution 1

Des collectes régulières

Un séparateur à graisses bien conçu et bien dimensionné n'est efficace que s'il est bien entretenu. Deux solutions d'entretien existent aujourd'hui. Solution 1 : des collectes des graisses régulières et programmées en fonction de la taille et de l'activité du restaurant. Solution 2 : la biodégradation des graisses dans le séparateur à graisses.

Le séparateur à graisses est un réservoir conçu pour retenir les graisses avant le déversement dans les égouts et le réseau d'assainissement collectif, des eaux usées produites par les restaurants ou certaines entreprises agroalimentaires. Dans ce réservoir, les eaux usées sont ralenties. Les graisses étant plus légères que l'eau, elles montent peu à peu en surface. Elles se figent et s'agglomèrent pour former une croûte. Par ailleurs, la terre qui provient du lavage des légumes, les morceaux d'aliments rejetés avec l'eau de vaisselle, les fécules, voire les sacs plastiques, gants, bouchons... tombent au fond du séparateur. Si le celui-ci n'est pas pompé et curé régulièrement, la couche superficielle de graisse s'épaissit. Au bout de 2 à 3 semaines, elle va se mettre à fermenter et dégager des odeurs nauséabondes. Par ailleurs, la couche de terre et de morceaux d'aliments va également s'élever. Par conséquent, la hauteur entre ces deux couches diminue et, faute de place, les eaux usées traversent le séparateur à graisses avec un débit plus élevé. Les graisses n'ont plus le temps de remonter en surface et de se coller contre la couche de graisse superficielle. Résultats : le rendement du séparateur à graisses diminue, il ne retient plus rien, il relargue même partiellement ce qu'il avait déjà capté. Les résidus graisseux ainsi rejetés risquent à plus ou moins long terme de boucher les canalisations en aval du séparateur. Pour qu'un séparateur à graisses bien conçu et bien dimensionné soit efficace, il faut donc qu'il soit pompé et curé aussi souvent que nécessaire. La fréquence dépend
de l'activité du restaurant : nombre de couverts/jour, type de cuisine (traditionnelle, d'assemblage, française ou asiatique), présence ou non d'une machine à laver la vaisselle...

n Traçabilité et valorisation des déchets
Les collectes des séparateurs à graisses sont réalisées par des collecteurs spécialistes, équipés de camions de pompage adaptés. L'idéal est d'établir avec ces sociétés un calendrier de collecte. Elles doivent aussi vous fournir un bordereau de collecte qui indique le jour de l'intervention, la quantité d'eaux usées pompée, le mode et le lieu de traitement et de valorisation des graisses. Ces bordereaux peuvent faire l'objet d'une synthèse annuelle (cf. : le programme Eco-Bagatel). Bordereaux et synthèses de collectes sont à conserver. Vous serez ainsi en accord avec la dernière réglementation sur l'environnement qui impose traçabilité et valorisation des déchets. En effet, selon la loi du 13 juillet 1992 (lire le chapitre Réglementation), le restaurateur comme tout autre producteur de déchets, est coresponsable de ses déchets, de leur transport jusqu'à leur destination finale. En d'autres termes, vous devez mettre en place, avec le collecteur, un système de traçabilité. Vous devez vous assurer que les résidus de votre séparateur à graisses ne sont pas rejetés par le collecteur dans une décharge, un égout ou dans un champ. Si une telle fraude était décelée, vous pourriez avoir à payer des amendes. Le collecteur doit donc écrire sur la facture ou sur le bon de collecte les coordonnées du destinataire de ces déchets, et il doit apposer son tampon sur le document. Il doit traiter ou faire traiter ces déchets en cherchant à les valoriser au mieux en fonction des nouvelles technologies offertes sur le marché. La valorisation des résidus graisseux des séparateurs à graisses est récente. A l'heure actuelle, un des systèmes les plus écologiques est le système Lipoval ®, développé par la Sarp et exploité depuis 1996 par la société Ecopur.

n Elimination des résidus graisseux des séparateurs à graisses
D'après la société Ecopur, sur les 1 000 000 t de résidus graisseux produits par la
RHF chaque année, seules 250 000 t sont collectées. En effet, 3/4 des séparateurs à graisses ne sont pas vidangés régulièrement. Autrement dit, seuls 25 % des établissements de restauration qui disposent d'un séparateur à graisses l'entretiennent correctement.
Le reste, soit 750 000 t, va donc engorger le réseau d'assainissement.
Sur les 250 000 t de résidus graisseux collectés :
w 70 000 t sont valorisées en biocombustible par un centre spécialisé (solution Lipoval ®, par exemple).
w 40 000 t sont traitées en station d'épuration.
w 30 000 t sont mises en décharge.
w 20 000 t sont compostées en mélange avec d'autres déchets (ménagers ou boues d'épuration).
w 5 000 t sont incinérées.
w 5 000 t sont mises en épandage.
w 80 000 t sont conduites vers une destination non maîtrisée, d'où l'importance, pour être en conformité avec la réglementation, de demander à son collecteur de préciser par écrit le mode de valorisation ou de destruction qu'il réserve aux résidus graisseux qu'il collecte dans votre établissement.

Doc Sevia-Sarp

Pour qu'un séparateur à graisses soit efficace, il faut qu'il soit vidangé aussi souvent que nécessaire par un collecteur spécialisé.

Type de restaurant Traditionnel Cafétéria Liaison froide
Quantité de graisses produite par repas (g/repas) 25 15 8

 

Collecte et traitement des résidus graisseux des séparateurs à graisses
Où s'adresser ?

Il existe partout en France des collecteurs des résidus graisseux de séparateurs à graisses. Un certain nombre d'entre eux est adhérent soit à Sévia, filiale de Vivendi Environnement ou de Sanitra, filiale de Suez-Lyonnaise des eaux.
w Sévia, filiale de la Sarp (Vivendi Environnement), regroupe 120 adhérents spécialistes de la collecte de déchets liquides et de l'entretien de réseaux d'assainissements, répartis dans la France entière.
"Nous assurons un traitement conforme à la réglementation en vigueur sur l'élimination et la valorisation des déchets, explique Jean-François Carbonne, directeur du développement Sarp et gérant de Sévia, et nous le certifions par écrit à nos clients."
En effet, les résidus des séparateurs à graisses collectés en région parisienne, dans l'Est et le Sud-Ouest, sont traités par le procédé Lipoval® breveté par la Sarp. Les autres le sont par des procédés biologiques en attendant que toutes les régions de France soient équipées de centres de traitement.
Pour les chaînes d'hôtels et de restaurants, Sévia garantit un service et un tarif national. Sévia et certifié ISO 9002.
w Sanitra, filiale de Suez-Lyonnaise des Eaux, comprend 6 agences régionales qui assurent la mise en place des séparateurs à graisses, la collecte et la traçabilité des déchets en délivrant une attestation de prise en charge des graisses. Elle étudie la mise en place de prétraitement biotechnologique dans les séparateurs à graisses.
Pour les chaînes d'hôtels et de restaurants, Sanitra est en mesure de garantir un service et un tarif national.
w La Fédération nationale des sociétés de l'assainissement (FNSA) peut vous communiquer la liste de ses adhérents collecteurs de résidus de séparateurs à graisses et d'huiles usagées.

 

Le coût des collectes et des traitements *

Le coût des collectes varie en fonction des quantités de graisses collectées et de la fréquence. Jusqu'en 1998, il était déterminé en fonction du temps passé chez le restaurateur. Désormais, les collecteurs ajoutent à la facture le coût du traitement de ces graisses. Ces coûts varient selon le traitement : incinération, traitement biologique ou valorisation par le système Lipoval ®.
Pompage : 800 à 1 000 F HT par séparateur à graisses.
Valorisation : par le système Lipoval ® : 330 F HT la tonne d'eaux usées.
Incinération : 1 500 F HT la tonne d'eaux usées.
* Remarque : des prix de traitements moins élevés correspondent en général à ce jour à des traitements non conformes à la réglementation.

Fréquence de collecte

RESTAURANT TYPE TRADITIONNEL
Vol. total Vol. utile Vol. graisse

Nbre de repas servis par jour

en m3 en litres en litres 10 20 30 50 70 100 150 200 250 300 400 500 1000
0,22 170 20 7 14 22 36 51 72 109 145 181 217 290 362 725
0,45 350 40 4 7 11 18 25 36 54 72 91 109 145 181 362
0,88 684 80 2 4 5 9 13 18 27 36 45 54 72 91 181
1,33 1036 120 1 2 4 6 8 12 18 24 30 36 48 60 121
2,27 1774 200 1 1 2 4 5 7 11 14 18 22 29 36 72
3,07 2375 280 1 1 2 3 4 5 8 10 13 16 21 26 52
3,87 2975 360 0,4 1 1 2 3 4 6 8 10 12 16 20 40
4,84 3740 440 0,3 1 1 2 2 3 5 7 8 10 13 16 33
5,28 4080 480 0,3 1 1 2 2 3 5 6 8 9 12 15 30
5,72 4420 520 0,3 1 1 1 2 3 4 6 7 8 11 14 28
6,16 4760 560 0,3 1 1 1 2 3 4 5 6 8 10 13 26
6,60 5100 600 0,2 0,5 1 1 2 2 4 5 6 7 10 12 24
 
RESTAURANT TYPE CAFETERIA
Vol. total Vol. utile Vol. graisse

Nbre repas servis par jour

en m3 en litres en litres 10 20 30 50 70 100 150 200 250 300 400 500 1000
0,22 170 20 4 8 12 20 27 39 59 78 98 118 157 196 392
0,45 350 40 2 4 6 10 14 20 29 39 49 59 78 98 196
0,88 684 80 1 2 3 5 7 10 15 20 24 29 39 49 98
1,33 1036 120 1 1 2 3 5 7 10 13 16 20 26 33 65
2,27 1774 200 0,4 1 1 2 3 4 6 8 10 12 16 20 39
3,07 2375 280 0,3 1 1 1 2 3 4 6 7 8 11 14 28
3,87 2975 360 0,2 0,4 1 1 2 2 3 4 5 7 9 11 22
4,84 3740 440 0,2 0,4 1 1 1 2 3 4 4 5 7 9 18
5,28 4080 480 0,2 0,3 0,5 1 1 2 2 3 4 5 7 8 16
5,72 4420 520 0,2 0,3 0,5 1 1 2 2 3 4 5 6 8 15
6,16 4760 560 0,1 0,3 0,4 1 1 1 2 3 3 4 6 7 14
6,60 5100 600 0,1 0,3 0,4 1 1 1 2 3 3 4 5 7 13
 
RESTAURANT TYPE LIAISON FROIDE
Vol. total Vol. utile Vol. graisse

Nbre de repas servis par jour

en m3 en litres en litres 10 20 30 50 70 100 150 200 250 300 400 500 1000
0,22 170 20 2 5 7 11 16 23 34 46 57 68 91 114 228
0,45 350 40 1 2 3 6 8 11 17 23 28 34 46 57 114
0,88 684 80 1 1 2 3 4 6 9 11 14 17 23 28 57
1,33 1036 120 0,4 1 1 2 3 4 6 8 9 11 15 19 38
2,27 1774 200 0,2 0,5 1 1 2 2 3 5 6 7 9 11 23
3,07 2375 280 0,2 0,3 0,5 1 1 2 2 3 4 5 7 8 16
3,87 2975 360 0,1 0,3 0,4 1 1 1 2 3 3 4 5 6 13
4,84 3740 440 0,1 0,2 0,3 1 1 1 2 2 3 3 4 5 10
5,28 4080 480 0,1 0,2 0,3 0,5 1 1 1 2 2 3 4 5 9
5,72 4420 520 0,1 0,2 0,3 0,4 1 1 1 2 2 3 4 4 9
6,16 4760 560 0,1 0,2 0,2 0,4 1 1 1 2 2 2 3 4 8
6,60 5100 600 0,1 0,2 0,2 0,4 1 1 1 2 2 2 3 4 8

Fréquences non valables entraînant des nuisances ou des coûts trop importantsFréquences de collecte conseilléesLégende :
Volume total = Volume séparateur + volume débourbeur
Volume utile = Volume séparateur
Volume graisses = Quantité de graisse pure piégeable x 2 (car siccité de la matière grasse piégée évaluée à 50 %)
Lecture de l'abaque :
La fréquence de collecte est déterminée à partir de la taille du séparateur à graisses et du nombre de repas par jour. Elle est exprimée en nombre d'opérations par an. Formule de calcul :
Fréquence = Nb repas/j x 288j/an x Qté graisse/repas
Volume de graisses
Source : Ecopur

Collectes sous surveillance

La collecte des résidus graisseux de votre séparateur à graisses mérite toute votre attention. Le curage doit être réalisé correctement pour que votre séparateur à graisses puisse remplir parfaitement son rôle.Voici quelques précautions à respecter :

- Prévoyez éventuellement un système d'alarme qui vous préviendra de la nécessité de curer votre séparateur.
- Soyez toujours présents lors du curage pour vous assurer que cette tâche est bien réalisée.
- Vérifiez après l'opération que le séparateur à graisses ne contient plus du tout de résidus de graisse,
de terre ou autres déchets.
C'est plus facile quand le couvercle du séparateur recouvre toute la surface de celui-ci et peut être ôté totalement.

- Vérifiez que le collecteur rince bien le séparateur à graisses.
- Demandez au collecteur de remettre en eau votre séparateur à graisses. Vous pouvez prévoir un kit de remplissage pour assurer le remplissage automatique du séparateur après vidange (600 F environ).

Adresses

Très écologique, le système Lipoval ®
Les programme Eco-Bagatel
Des acteurs et des outils

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2721 Magazine 7 Juin 2001


zzz52
L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration