Actualités

décoration design

Restaurant Guy Savoy à Paris
__________________________

Avec l'arrivée de l'an 2000, Guy Savoy a ressenti une irrésistible envie de tout faire bouger. C'est décidé, on casse tout et on recommence. Et c'est à l'architecte Jean-Michel Wilmotte qu'il confie la reconstruction de son restaurant.

Cécile Junod

Un lieu contemporain dessiné par Wilmotte

 


Ambiance sereine et
feutrée pour mieux
apprécier les mets.

 


Pour plus d'intimité, l'espace est divisé par des cloisons mobiles ou fixes, mais pas totalement aveugles.

 


A gauche, Guy Savoy dans son nouveau cadre.


A droite,Jean-Michel Wilmotte, le célèbre architecte à qui Guy Savoy a donné carte blanche.

 


Autre espace, autre ambiance.

Acquis en 1987, le 18, rue Troyon vient de rouvrir ses portes après 36 jours et 36 nuits de travaux. Déterminé, Guy Savoy souhaitait construire un lieu contemporain et créer une atmosphère chaude et chaleureuse afin que chacun puisse se sentir bien. La solution : l'utilisation de techniques pointues en matière d'isolation acoustique, de climatisation et d'éclairage. Il fallait également imaginer un espace modulable de telle sorte qu'il puisse être à la fois un lieu commun à tous ou partagé en diverses salles privées.
Guy Savoy avait donc tous ces projets en tête. C'est l'intervention du hasard qui déclenche tout. Lors d'un repas suivant un match du tournoi des cinq nations, en Ecosse, Guy Savoy, sans le savoir, est assis à côté de Jean-Michel Wilmotte. Ils ne se sont jamais vus auparavant et échangent quelques mots. Au cours de la conversation, le sujet dérive vers l'architecture, et Guy Savoy lance sans préméditation : "Je suis très impressionné par les réalisations de Jean-Michel Wilmotte..." Surprise ! Il est là, face à lui. Commence alors leur collaboration. Guy Savoy confie à Jean-Michel Wilmotte la reconstruction de son restaurant. Il donne carte blanche à l'architecte, artisan de la rénovation de la plus belle avenue du monde, les Champs-Elysées.

Un cadre serein pour mieux se concentrer sur le goût
Alors Jean-Michel Wilmotte se lance dans l'aventure. 180 m2 à réaménager totalement en cinq semaines. Il redessine tout le restaurant, du sol au plafond, en passant par la façade, les meubles et la vaisselle. "L'aménagement d'un restaurant comme celui de Guy Savoy nécessite de s'interroger sur le syncrétisme des sens, explique Jean-Michel Wilmotte. L'exigence de disponibilité du goût nous a incités à créer un cadre serein, intime et authentique, favorisant le repos de la vue, pour mieux se concentrer sur le goût. Une architecture aux lignes bien tramées, un éclairage indirect et contrôlé, des matériaux naturels (pierre, bois, cuir et verre), et une organisation de l'espace modulable en petits salons intimes permettent de créer le cadre adapté à une cuisine d'avant-garde, subtile et inventive."
Très discrète, à l'instar d'un club privé, l'entrée a été déplacée de façon à équilibrer la façade. Une grande porte en caillebotis de bois suggère, depuis la rue, l'atmosphère feutrée du restaurant. A l'intérieur, l'espace général a été restructuré de manière à multiplier les lieux et les ambiances. Un jeu de cloisons mobiles et fixes permet de moduler les salles. Au sol, l'alternance de moquette, parquet et pierres naturelles accentue la délimitation d'espaces différents. Le cuir et le bois participent activement à la chaleur de l'ambiance, alors que la pierre et le verre en soulignent la pureté.

Eléments forts du décor : de grandes œuvres d'art contemporaines
Tous ces matériaux jouent les uns avec les autres en respectant une géométrie rigoureuse et fondamentalement apaisante. La simplicité des lignes, la sobriété des volumes, la douceur de l'éclairage indirect déterminent un cadre propice à la sérénité et à la disponibilité. L'ensemble se décline dans un camaïeu de teintes organiques, de tons masculins et chauds. Certains murs aux teintes neutres accueillent de grandes œuvres d'art contemporaines, éléments forts du décor. Enfin, une ligne d'assiettes blanches, cerclées d'une frise aux couleurs primaires et à la géométrie aléatoire, a été créée par Jean-Michel Wilmotte pour la mise en scène des mets du grand chef.
A noter encore qu'à l'occasion de la rénovation du restaurant, le petit Bistrot de l'Etoile, situé juste de l'autre côté de la rue, fut transformé en un salon, véritable annexe du restaurant. On peut y déjeuner ou dîner en toute simplicité, y passer un moment avant ou après le repas pour y fumer un cigare... Bref, transformé en un agréable salon où il fait bon se retrouver entre amis. zzz22v zzz40d

2000 : l'année de toutes les transformations

Les Bistrots de l'Etoile ont désormais dix ans. Et Guy Savoy qui aime créer, innover ne considérant jamais les situations comme figées, voit apparaître de nouvelles opportunités appelant "L'époque des Bistrots de l'Etoile" à des transformations. Il revoit son organisation et pense en toute logique que les hommes et les femmes qui dirigeaient jusque-là les Bistrots sont les mieux placés pour les reprendre. C'est ainsi que le Bistrot de l'Etoile-Niel est désormais la propriété de Bruno Gensdarmes, son directeur depuis sa création. Le Bistrot de l'Etoile-Lauriston est acquis par Christophe et Maria Lacourt qui en étaient respectivement le chef de cuisine et la directrice de la salle. Quant au Bistrot de l'Etoile-Troyon, il a été transformé, lors des travaux menés par Jean-Michel Wilmotte, en un salon faisant maintenant partie intégrante du restaurant.


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2686 Magazine 05 Octobre 2000


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration