×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

QUELLE HOTELLERIE DEMAIN ?
_________________________________

Suitehôtel

Le client comme chez lui

Une notion de service limitée qui amène à réduire les surfaces destinées à la restauration pour privilégier l'espace du lieu privé. Un concept signé Accor.

Accor a véritablement de la "suite" dans les idées. Après avoir "bouleversé" le monde hôtelier en lançant Formule 1 au début des années 80, voilà que le groupe réédite ses exploits. Le nouveau concept en question, baptisé Suitehôtel, n'est cette fois-ci pas véritablement "révolutionnaire" à première vue. C'est en effet un simple hôtel trois étoiles, composé exclusivement de suites. Le prototype, qui a ouvert au mois de novembre dernier à Lesquin près de l'aéroport de Lille, ne ressemble pourtant en rien aux produits existant sur le marché européen.
"Nous avons joué sur la notion de service limité, en réduisant les surfaces traditionnellement allouées à la restauration et aux salles de réunion", explique Olivier Devys, responsable du projet chez Accor. Et d'ajouter : "Cela nous a permis de privilégier l'espace dans les suites." Sans tomber certes dans le luxe, le premier Suitehôtel dispose ainsi de 73 suites d'une superficie de 30 m2 chacune. De quoi prendre ses aises et s'approprier les lieux. D'autant plus d'ailleurs qu'elles ont été conçues comme de vrais petits studios. Grâce à une cloison coulissante, le client jouit effectivement d'un espace chambre et d'un espace à vivre.
Question couchage, pas de souci ! Un grand lit (160 x 200) agrémenté d'une couette moelleuse vous tend les bras. Quelques pas suffisent et vous voilà dans la salle de bains, tout de bois revêtue, équipée d'une grande baignoire (1,75 m) et d'une douche à part (construite selon les techniques employées pour Formule 1). Sans oublier également les toilettes séparées dotées de lave-mains.

Un espace à vivre
Du côté espace à vivre, il y a là aussi de quoi faire. D'une part travailler bien sûr ! Avec un véritable bureau où l'on peut s'étaler, mais aussi consulter Internet ou bien encore téléphoner via le WebTouch One. Mieux. Si nécessaire, le client a aussi la possibilité de le transformer en table de réunion afin de recevoir collègues et autres visiteurs. Les petits veinards pourront même profiter d'un en-cas ou d'un rafraîchissement grâce à la présence d'un bar aménagé avec four à micro-ondes, réfrigérateur, fontaine et bouilloire électrique.
"Suitehôtel est effectivement destiné, en premier lieu, à une clientèle d'affaires qui se déplace fréquemment et a besoin d'une chambre multifonction", souligne Olivier Devys. Visant ce segment de clients, qui s'adonne assez souvent au rituel du déjeuner d'affaires, le prototype de Lille-Lesquin propose donc une restauration simple associée à une distribution automatique de produits frais dont plusieurs sélectionnés et mis au point par Lenôtre. Un repas complet coûte ainsi aux alentours de 75 francs.
Ce qui n'empêche pas parallèlement Suitehôtel d'offrir au cœur du lobby (150 m2) un bar chaleureux où chaque soir le gérant de l'établissement invite ses hôtes à un pot d'accueil. Sans oublier un espace business (bureau, ordinateur, imprimante, fax) accessible 24 h/24, un espace forme (20 m2) et un autre voué au petit-déjeuner.

Le juste prix
Avec Suitehôtel, Accor a souhaité en effet créer un lieu à la fois fonctionnel et humain. D'autant que le leader hôtelier garde un œil avisé sur la clientèle touristique. A ce propos, une méridienne convertible peut accueillir deux enfants dans la suite. Et les tarifs affichés sont particulièrement compétitifs. "Suitehôtel est une synthèse de toutes les expériences qui ont été effectuées dans les autres marques. Résultat : nous avons des coûts de construction tirés. Notre objectif étant de ne pas dépasser les 400 000 francs la chambre, foncier compris", indique Olivier Devys.
Le prix de la suite s'élève ainsi à 66 euros (433 francs) pour une ou deux personnes. Petit-déjeuner continental offert et prépaiement obligatoire. Une famille comprenant deux enfants paiera juste un supplément de 10 euros (66 francs). Intéressant ? Si Suitehôtel séduit les clients, Accor envisage de développer le concept à travers le Vieux Continent. D'autres unités sont d'ores et déjà prévues à Paris, porte de Montreuil et sur le site international du tunnel sous la Manche. Sachant que les créateurs du produit, dont Paul Dubrule fut la tête chercheuse, se sont inspirés du modèle américain, l'avenir s'annonce sous de bons auspices. Rappelez-vous en 1967, l'apparition du premier Novotel...

m Claire Cosson


Chez Suitehôtel, on peut "vivre".


Il y a également de quoi dormir !


La salle de bains est bâtie sur le principe des modules préfabriqués qui ont fait le succès de Formule 1.

Ce que vous faites en dehors de l'hôtel m'intéresse !

Grâce au WebTouch One, les résidents de Suitehôtel ont évidemment accès à la Toile. Mais ils peuvent également consulter le site Intranet de l'hôtel. Outre la description habituelle de l'établissement et des prestations qui y sont pratiquées, les clients bénéficieront d'une liste d'adresses des restaurants situés aux environs ainsi que celle des services de restauration "à domicile".


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2648 Magazine 13 Janvier 2000


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration