×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

LICENCE IV
Portrait

Toulouse

Quand discothèque rime avec gigantesque

En octobre, pour son premier anniversaire, la discothèque toulousaine le KL ouvre une nouvelle salle. Objectif d'ici 2 ans :6 salles et presque 10 000 m2 de pistes.

Quand on l'interroge sur le nom KL, Bernard Vernet, le directeur de la discothèque, parle à la fois de sa fille Kaëlle et de kilomètre lancé ! En effet, l'établissement toulousain ouvert le 29 octobre dernier dans un aqualand racheté en 1995 à la CGE atteint presque les 10 000 m2 de surface totale. Le KL dispose pour l'instant d'une seule salle, mais ses 2 400 m2 sur trois niveaux en font déjà la plus grande discothèque monosalle de France. Et plusieurs projets d'agrandissements sont en cours. « Nous avons aujourd'hui une salle généraliste qui reçoit une clientèle constituée de 30 % d'étudiants. Le 15 octobre, nous avons ouvert une salle techno qui, plus tard, se transformera deux après-midi par semaine en salle pour les
12-16 ans
», explique Bernard Vernet.

A chaque public sa musique

Les quatre amis créateurs du KL ciblent aujourd'hui les plus jeunes, mais ils s'adresseront bientôt aux plus de 50 ans puis aux 30-40 ans avec deux autres salles, proposant danses de salon et rythmes des années 80. Ouvertures prévues courant 1999. Les superficies seront adaptées au profil de chaque tranche d'âge : « La clientèle techno consomme peu et les bons DJ coûtent cher. Les 30-40 ans, au contraire, consomment et sont fidèles aux lieux qu'ils fréquentent. Quant aux plus de 50 ans, ils sont exigeants sur le confort et la qualité. » Résultats sur les plans : la salle techno fera 300 m2, la salle rétro 250 m2 et celle des 30-40 ans 1 400 m2. Resteront ensuite à créer une salle rock et une salle antillaise pour boucler les projets d'aménagement de la discothèque.
Maçonnerie, électricité, décors, Bernard Vernet et ses acolytes font tout eux-mêmes, mais ils n'en oublient pas pour autant de réfléchir aux meilleurs choix d'aménagement en terme de rentabilité. « On a gardé une piscine pour éviter de fermer l'été comme beaucoup de discothèques à Toulouse », précise le propriétaire. L'année prochaine, la piscine sera ouverte toute la journée. Ainsi les amateurs de bains de soleil pourront finir la soirée à la discothèque après avoir mangé au restaurant en terrasse. C'est aussi pour attirer le public dès la fin d'après-midi que plusieurs projets de restauration sont en chantier. Bar à pâtes, pub à bières ou restaurant de cuisine traditionnelle : comme pour la musique, il y en aura pour tous les goûts.


Pour tous les âges et tous les goûts.


L'ensemble pourra contenir jusqu'à 16000 personnes.

Equilibre financier

A la fin des travaux, prévus en 2000, le total des investissements devrait dépasser les 10 millions de francs pour un bâtiment d'une valeur de 75 millions de francs. Pourtant, il n'est pas question d'augmenter les prix (50 F à 70 F l'entrée, 500 F la bouteille) : « Un établissement comme celui-là, il faut le remplir ! », lance Bernard Vernet avant d'ajouter : « On a fait 3 mois très forts au début, avec jusqu'à 16 000 personnes le soir de l'ouverture. Ensuite, en 98, on a eu une baisse de 30 % car la concurrence a réagi en faisant de nouveaux aménagements. Mais on a fait du mal à certains aussi. » C'est vrai que le KL a un atout de taille : situé en bordure de rocade, il est facile d'accès pour les Toulousains mais aussi pour les habitants de Montauban ou des villages alentours. Cela n'a pas empêché la clientèle de diminuer de moitié cet été, mais Bernard Vernet n'est pas inquiet : il compte sur la nouvelle salle et sur le retour de l'automne et des étudiants pour retrouver les records d'activité du début.


L'HÔTELLERIE n° 2586 Magazine 05 Novembre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration