×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

LICENCE IV
Parlons-en !

Doucement les basses !

Le bruit, c'est quoi ? Selon Le Petit Robert, c'est « ce qui, dans ce qui est perçu par l'ouïe, n'est pas senti comme son musical. » Nous sommes donc dans le « non harmonique ». Pour les riverains de la rue Là-bas, le bruit englobe non seulement les errements acoustiques mais également les trio, quatuor, quintette, sextuor, septuor et autre octuor, dès lors qu'ils sabordent la parfaite audition du sitcom quatre fois quotidien grâce au câble et au satellite. L'époque des limonaires est révolue, c'est vrai. N'empêche que râler parce qu'un artiste vient gratter la chansonnette en terrasse ou en salle finit, aujourd'hui, par tourner au racisme auditif. Au moindre ut majeur, c'est quasiment le 17 assuré.
A côté de ce réflexe proche de la parano, nos riverains ne supportent pas non plus les rires de leur progéniture. Et ne croyez pas que ce constat soit un raccourci. Les plaignants actuels ne sont pas forcément de sympathiques octogénaires. Une grande partie a tout juste passé la quarantaine. A Paris, beaucoup se sont essayés au lancement de pavés en 1968. Ils étaient pour la soi-disant liberté et contre les dogmes fondamentaux de la vieille éducation. Leurs gamins qui claquent des portières, jettent
des canettes sur le trottoir et n'ont rien à faire de l'ancêtre qu'on bouscule sur un quai de gare, c'est bien eux qui les ont fabriqués ? Oui ou non ?
Il y a aussi, en fin de chapitre, cette notion de vouloir le beurre et l'argent du beurre. Il faut faire vivre les centre-villes, sauver les petits commerces, ne plus jamais construire des cités-dortoirs, donner envie aux touristes de dépenser leurs sous, renouer avec la fête... Le tout patins chaussés, bien sûr. A voix basse, naturellement. Parce que l'hémoglobine et les drames virtuels du petit écran, ça doit s'écouter couler dans le calme. Que même le chant du coq ça dérange...


L'HÔTELLERIE n° 2586 Magazine 05 Novembre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration