×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

LICENCE IV
Bière

Micro-brasserie

Le café brasse sur... 40 m2

Première dans l'Hexagone, le café "Nez Rouge" renferme une brasserie sur 40 m2 ! Importé du Québec, le concept semble voué à un bel avenir.

Par Olivier Marie

Au cœur du vieux Rennes, un nouveau café suscite la curiosité des habitants. Dans l'angle de l'établissement donnant sur la cathédrale, une baie vitrée laisse deviner trois cuves en inox. Sommes-nous dans un café ou dans une brasserie ? Les deux, car le Nez Rouge, premier café micro-brasserie implanté dans l'Hexagone, assure le travail d'une brasserie (900 hectolitres par an) sur seulement... 40 m2. "Ce concept nous vient du Québec où Pierre Rajotte l'a lancé voici maintenant 16 ans, confie Didier Saulais chargé de la commercialisation du concept en France. Financièrement, le système est tout à fait rentable. Il propose des produits de qualité et accessibles à tous. Nous avons négocié un contrat d'exclusivité concernant la licence d'exploitation et de revente."
Au Nez Rouge (nom de la mascotte Rodolf, premier renne au nez rouge tirant le traîneau du Père Noël...), les clients viennent déguster une bière naturelle, non filtrée et non pasteurisée. En fait de bière, il y en a cinq, titrant toutes 5°. "Nous avons opté ici pour une ambrée, une blanche, une blonde, une brune et un bec réservé aux bières spéciales. Bière de saison ou tout simplement bière pour une soirée privée, que nous créons à la demande." A elle seule, la bière assure plus de 70% du chiffre ! "Elle répond à n'en pas douter à une attente. Tout le monde en boit, que les clients soient amateurs de bonnes bières ou tout à fait novices. La clientèle féminine se laisse facilement tenter." Le Nez Rouge colle à sa clientèle, des actifs de 25/30 ans. Les prix s'échelonnent de 13 à 16 F le verre (de 20 à 25 F la pinte) pour un "ticket moyen de 45 F".

Une déco contemporaine

Mais que l'on ne s'y trompe pas, le Nez Rouge n'a rien d'un bar à bières, "c'est un bar brassan", rappelle Christophe Langlais, brasseur, associé de Didier Saulais et de Philippe Reynaud, le gérant du café rennais. "Ici, nous ne sommes pas du tout dans une logique belge". La déco, volontairement contemporaine, tranche en effet avec les pubs irlandais ou les estaminets de Belgique. Sur deux étages (une capacité totale de 150 à 200 personnes) se succèdent des peintures hautes en couleur, un escalier bleu, des murs verts, des tabourets rouges... le tout sur fond d'acid jazz. Ouvert 7 jours sur 7, de 10 h à 3 h du matin, ce café micro-brasserie dispose de tous les atours d'un bar de nuit. A la rentrée, l'établissement devrait développer un point web, les concerts, les apéritifs dînatoires, etc.
L'ensemble du matériel de brassage est, quant à lui, disposé dans une cave attenante. Christophe brasse une à deux fois par semaine, "le brassage dure une journée et la fermentation de 5 à 10 jours avant d'arriver dans les fûts et d'être aussitôt consommable. Je brasse à chaque fois par 500 litres." Même si le client ne voit qu'une partie de la chaîne (les cuves entreposées dans une chambre froide visible du bar et de l'extérieur), il demeure "extrêmement curieux. Le processus de fabrication séduit les gens et je pense qu'à terme nous pourrons faire visiter la brasserie", espère Didier Saulais.
Reste que ces trois compères ne vont pas en rester là. Ils comptent bien développer le concept sur l'ensemble de l'Hexagone. "Nous assurons la livraison, l'installation et la formation. Nous demandons juste aux intéressés d'avoir une surface de 30 à 40 m2 de locaux techniques avec eau et électricité." Les prix de l'installation varient de 650.000 F les trois becs, à 850.000 F les cinq. Et selon Didier Saulais, "c'est amortissable et rentable à partir de 200 hectolitres." Sur Rennes, le Nez Rouge a nécessité une enveloppe totale de 2,8 MF et les objectifs de chiffre d'affaires tournent autour de 2,5 MF.


Didier Saulais propose des produits de qualité accessibles à tous dans un décor contemporain.


Première micro-brasserie.


Cinq différentes bières.


L'HÔTELLERIE n° 2581 Magazine 1er Octobre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration