×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

RESTAURATION
S'installer

La Bastide des Senteurs à Saint-Victor-de-Malcap

Les apprentissages multiples

Après la gestion de leur première affaire durant un an, ce jeune couple a restauré et partiellement construit son hôtel-restaurant. Maçonnerie et peinture avant l'accueil et la cuisine, l'itinéraire courageux d'une sommelière et d'un chef entreprenants.

Parc Jean Bernard

Pour acquérir une expérience solide, Roselyne et Franck Subileau ont passé dix années à courir la France. Dix années ponctuées par des rencontres et des étapes marquantes. A la "Ferme de Mougins" notamment où ils scellent une solide amitié avec Patrick Henrioux. Au point de le suivre jusqu'à "La Pyramide", à Vienne. "Durant cette période, explique Franck Subileau, nous avons appris ce que retrousser ses manches voulait dire. Puis, en arrivant au "Florentin", en Avignon, nous avons franchi un nouveau pallier. En touchant de plus près la gestion puisque les propriétaires n'étaient pas du métier." Ce sont peut-être ces responsabilités nouvelles comme l'envie d'être enfin chez soi qui les ont poussés à attaquer une nouvelle étape vers l'autonomie. Direction le Gard, le département d'origine de Roselyne, sommelière de formation et toute jeune mère de famille. Le déclic, c'est à Barjac, presqu'aux portes des gorges de l'Ardèche qu'il se produit. Un imposant mas du XVIème siècle, perdu dans la garrigue, une salle d'une quarantaine de couverts et onze chambres, voilà un bon outil pour faire ses preuves. "Etre chez soi, cela s'accompagne de pas mal de sacrifices et surtout de dé-couvertes, avouent-ils en choeur. La comptabilité et l'ensemble des tâches administratives sont très prenantes..." Mais la clientèle locale puis saisonnière dans cette région fortement touristique va rapidement trouver la route du Mas de Rivet. Et donner de nouvelles idées à ce jeune et décidément bien entreprenant couple. Après un an de gérance et surtout une certaine réussite, ils vont se lancer dans une nouvelle aventure.
Une maison familiale à Saint-Victor-de-Malcap, à 20 kilomètres de là, est toute destinée à les accueillir. "Mais le travail ne manquait pas ! Il faut imaginer que la cuisine se trouve dans une ancienne écurie, qu'il n'y avait pas l'avancée qui accueille aujourd'hui la salle de restaurant et que, dans l'ensemble, la bâtisse était assez délabrée. Des idées nous en avions beaucoup mais un architecte a proposé aussi beaucoup d'aménagements qui nous ont aidés à faire mûrir le projet."

Lui à la truelle et elle au pinceau !

Un an de travaux a été alors nécessaire. Dont la moitié pour Roselyne et Franck. Elle au pinceau, au pochoir ou encore à la couture pour confectionner les rideaux. Sans parler des balustres qui bordent la terrasse qu'elle a réalisées à partir d'un moule.
Lui, à la pelle, la pioche ou la truelle, aidé par son beau-père, s'est attaqué au gros oeuvre. Loin des petits plats qui font habituellement le bonheur de ses clients, c'est du côté de la bétonnière qu'il a fait une autre sorte de cuisine.
Une expérience originale et passionnante qu'aucun, aujourd'hui ne regrette. D'autant que leur participation importante à tous ces travaux a permis de réduire l'investissement. "Au total, cela représente 2 MF dans lesquels sont inclus le mobilier et la piscine. Mais avec un appel plus large auprès d'entreprises spécialisées, il aurait fallu au moins le double !"
Les neuf chambres de niveau trois étoiles dont une aménagée pour les personnes handicapées, ont toutes été baptisées du nom de cépages nobles par Roselyne Subileau. La salle de restaurant, d'une quarantaine de couverts, est ouverte sur un horizon dégagé et verdoyant tout comme la piscine qu'ils ont considérée comme un équipement de base essentiel dans une région où la température grimpe vite en été. "La Bastide des Senteurs, et le restaurant sont voulus comme un lieu de plaisir. Grâce à la qualité de la table mais aussi au sentiment de quiétude qu'inspire l'ensemble de la maison. C'est ainsi que nous l'imaginions depuis cinq ans sans savoir quand nous serions capables de lui donner forme. C'est aujourd'hui réalité et nous ne le regrettons pas." Avec un apprenti en cuisine et une personne en salle, Roselyne et Franck ont donc débuté une nouvelle aventure. Et en attendant le soutien des guides, ils ont constaté qu'un an d'absence sur la carte gastronomique gardoise ne les avait pas privé de la fidélité de leur clientèle. Au contraire, elle s'est même étoffée en se rapprochant un peu plus d'Alès.


"Etre chez soi, cela s'accompagne de pas mal de sacrifices," avouent Roselyne et Franck Subileau.


L'HÔTELLERIE n° 2581 Magazine 1er Octobre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration