×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

DECORATION
Décor

Le Pergolèse

Un nouveau décor pour la cuisine d'Albert Corre

Après avoir passé huit ans dans le même décor, le chef du restaurant étoilé Michelin, Le Pergolèse à Paris, a totalement rénové son établissement avec l'appui de l'architecte Dominique Honnet.

Par Béatrice Thiault

Installé depuis maintenant huit ans à son compte, Albert Corre, jeune chef accompli, étoilé Michelin depuis mars 96, a investi la somme de 800.000 francs pour donner un nouveau look à son établissement. Outre la disposition des lieux inchangée, le restaurant arbore une nouvelle jeunesse. Dans des teintes jaune et bleu, très chères au maître des lieux, le restaurant a été refait sur mesure par Dominique Honnet. Cet architecte est l'auteur de plusieurs établissements de renom comme La Grande Cascade à Paris, Le Lion d'Or à Romorantin, les restaurants Chez Clément à Paris et bien d'autres.

Revue de détails

Sans agrandir l'espace, l'architecte a su le mettre en valeur en introduisant sur les murs de grands miroirs entrecoupés de panneaux de bois clair et de tissu. «Les miroirs permettent à la fois de doubler l'espace et d'éloigner les distances, explique Dominique Honnet. Cela crée une sorte de confusion de l'espace, à l'image des trois dimensions», souligne-t-il. Sur les miroirs, Albert Corre et Dominique Honnet se sont amusés à accrocher des tableaux. Dans le décor qu'il a créé au Pergolèse, l'architecte a voulu l'harmoniser au personnage et à la cuisine du jeune chef, comme il a l'habitude de le faire régulièrement. «N'oublions pas qu'un restaurant est d'abord et avant tout un lieu de gourmandise, fait-il remarquer. Il faut donc l'habiller de façon à sensibiliser la clientèle sur le plan visuel, mais aussi tactile, d'où l'importance du choix des tissus et des matières premières, outre l'aspect gustatif. Il faut réussir à donner une telle sensation de confort au convive qu'il pourrait se sentir chez lui. Seulement aujourd'hui, celui-ci n'a plus le temps de cuisiner ou ne sait plus, et quand il reçoit des amis, son premier réflexe est de les emmener au restaurant».
Telles sont les raisons pour lesquelles Dominique Honnet a rendu à ce petit restaurant du XVIème arrondissement une certaine convivialité où le consommateur a envie de passer un agréable moment. Dans l'entrée, la moquette a été remplacée par du carrelage, le bar a été remplacé par un autre, autour duquel le décorateur a installé un élément de garde-corps provenant d'un escalier. Un détail original qui reste discret. Derrière le bar, la cave de jour apporte une animation supplémentaire au restaurant. Dans la salle du restaurant, la moquette a été changée. Le tissu des banquettes s'harmonise à celui posé sur le mur, ainsi qu'aux rideaux, maintenus par des embrases réalisées à partir de raphia et de morceaux de cristaux de lustres. Côté éclairage, les appliques accrochées aux murs apportent une touche supplémentaire de confort par rapport à l'éclairage direct de la salle. Un variateur permet au restaurateur de régler à tout moment l'intensité de la lumière. En outre, le décor n'existerait pas sans les mille et un petits détails qui lui donnent cet aspect convivial.
Achevés au mois de septembre dernier, après quatre semaines de travaux, cette rénovation n'a pas apporté une augmentation du taux de fréquentation du restaurant, qui se remplit de lui-même depuis maintenant plusieurs années, mais plutôt une croissance de la cadence de la fréquentation des clients fidèles. Un décor dont Albert Corre est fier. «Ma cuisine a retrouvé un cadre dans lequel elle s'intègre parfaitement, ce qui est très important pour ma clientèle.»

 
Les panneaux de bois clair apportent un côté chaleureux à l'espace. Photo S. Barco.

Adresses


L'HÔTELLERIE n° 2578 Magazine 10 Septembre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration