×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

RESTAURATION
Initiative

La Fourchette Volante à Toulouse

Une carte de 300 plats livrés à domicile

Rachetée il y a deux ans par Louis-Jean Hallé, La Fourchette volante est la seule société toulousaine à livrer les plats d'une douzaine de restaurants au domicile des particuliers.

Par Elisabeth Millot

Après avoir couru le monde pour le compte d'armements navals et un passage de trois ans par le traiteur La Mascotte, Louis-Jean Hallé, 52 ans, diplômé de l'Ecole de commerce de Paris, s'est découvert une passion pour la restauration et a repris, il y a deux ans, La Fourchette Volante, qui perdait de l'argent. Son entreprise a passé des contrats d'exclusivité avec 12 restaurants représentant toutes les cuisines du monde (mexicaine, italienne, réunionnaise, alsacienne, chinoise, libanaise, etc.) et transporte leurs repas (au menu ou à la carte) au domicile des particuliers de l'agglomération toulousaine sans majoration de prix par rapport au tarif pratiqué dans les établissements, forfait de livraison en sus (39 F à l'intérieur du périphérique, 59 F au-delà).

200 livraisons mensuelles à la fin de l'année
Le dépliant de La Fourchette Volante compte 20 pages et présente les spécialités que chacun des restaurants propose, soit plus de 300 plats, livrés 3/4 d'heure après leur commande par téléphone, 7 jours sur 7 (sauf jour de fermeture des restaurants, précisé sur le dépliant de La Fourchette). Le nombre des livraisons mensuelles, 90 il y a deux ans, est actuellement de 130 et Louis-Jean Hallé table sur 200 livraisons à la fin de l'année. Le prix moyen de la livraison était de 320 F, il est passé à 450 F. La Fourchette ne livre pas à moins de 200 F. Le marché qui se développe le plus est celui des entreprises, à l'heure du déjeuner, qui représente 30% du trafic et devrait passer à 50%, estime Louis-Jean Hallé. Les livraisons et l'encaissement des repas sont effectués par des étudiants rémunérés à l'heure, auxquels la société fournit des voitures (elle en compte 3) équipées en conséquence (plats, thermos, etc.) et dotées d'un téléphone portable permettant de diriger le livreur vers les restaurants et les clients.
Les repas commandés aux restaurateurs leur sont payés en fin de mois. Malgré la progression régulière enregistrée par la société, équipée d'outils informatiques pointus, son gérant reconnaît qu'il ne peut pas encore se payer normalement et qu'il n'a pas les moyens d'embaucher le moindre assistant. Son seul luxe consiste à pouvoir travailler depuis chez lui quand il le désire grâce au renvoi d'appels dont ses lignes de téléphone (une pour recevoir les commandes des clients, l'autre pour les répercuter auprès des restaurateurs et des livreurs) sont pourvues.


Louis-Jean Hallé devant la carte de l'agglomération toulousaine : «Je crois beaucoup au développement des services à domicile».


L'HÔTELLERIE n° 2578 Magazine 10 Septembre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration