×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

LICENCE IV
Bière

Brasserie Duyck

Le bio et la grande distribution

Si elle a construit son succès à partir de la vente de la bière de garde Jenlain dans les cafés d'étudiants de Lille, puis dans les bars branchés d'autres régions, la Brasserie Duyck, située à la frontière belge à l'Est de Valenciennes (59), cherche un second souffle à sa croissance dans la grande distribution.

Ainsi, en voisin, Raymond Duyck, P.-dg, a-t-il signé
un accord de distribution exclusive en France de trois produits de la brasserie belge wallonne Du Bocq. Il s'agit de la Blanche de Namur, de la Saint-Benoît et de la Triple Moine, des bières de spécialité bien sûr. L'accord ne vise que la grande distribution, et singulièrement le marché nordiste où Duyck est fortement implanté avec la Jenlain. Les produits de Du Bocq, avant tout sa bière de base la Gauloise, sont toutefois déjà vendus en France en CHR par le biais de grossistes spécialisés. Cet accord est à charge de réciprocité, Du Bocq distribuant la gamme Duyck en GMS dans le Benelux. Les deux brasseries sont de taille et de culture comparables, 60.000 hl/an pour Du Bocq, près de 100.000 hl pour Duyck, toutes deux familiales, toutes deux engagées dans les spécialités et un marketing dynamique.

Une bière vendue sous label bio

Les derniers lancements de produits de Duyck sont clairement dirigés vers les linéaires d'hypermarchés. C'est le cas du petit dernier de la maison, la Fraîche de l'Aunelle. Il s'agit d'un nouveau produit «terroir», une bière vendue sous label bio. Toutefois, Raymond Duyck nous indique engager prochainement des essais en fûts. De plus, «un contenant consigné n'est pas à exclure», précise-t-il. On l'attend avec d'autant plus d'impatience que le produit sort de l'ordinaire. La Fraîche de l'Aunelle est vendue dans le même verre clair transparent que la Sebourg, la soeur blonde de la Jenlain, sous étiquette à fond crème et lettrage bleu marine. Tout est ici inhabituel dans le monde de la bière. Les produits de base, malt d'orge et de blé belges, houblon allemand et eau de l'Avesnois garantissent le label bio AB. C'est une bière riche en levure, non filtrée donc naturellement trouble et refermentée en bouteille, très colorée, ce qui justifie le verre transparent, achevée après quarante jours de garde. Peu sucrée, cette «bière fermière» titre 5,5° d'alcool et est garantie peu calorique. Des arguments à faire valoir dans un restaurant ou un bar à thème.
Rappelons aussi que Duyck a mis sur pied une politique spécifique en direction des CHR avec son réseau «d'ambassadeurs» (des CHR qui savent vendre ses produits), et a créé à Lille un premier Café Jenlain qui fait bonne carrière au coeur de la ville. Toutefois, il faut bien reconnaître qu'aux yeux des brasseurs, grands ou petits, le marché CHR manque relativement de dynamisme. Et le fait est patent dans toute l'Europe occidentale. Raison de plus pour remettre en question le savoir vendre et servir la bière au comptoir ou à table.


L'HÔTELLERIE n° 2568 Magazine 2 Juillet 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration