×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

RESTAURATION
A la une

New York

Allez la France !

Un voyage à «Big Apple» suffit pour le constater : les chefs français sont très bien placés au «hit-parade» de la gastronomie new-yorkaise. Recettes et mode d'emploi pour traverser l'Atlantique et travailler à Manhattan ou à Brooklyn...

Par Jean-François Mesplède

Des signes qui ne trompent pas : le classement du guide Zagat par exemple. En s'appuyant largement sur l'opinion de ses lecteurs invités à remplir un questionnaire très détaillé, il fait autorité en matière de gastronomie. Et lorsqu'il place les chefs français en tête de liste, cela signifie bien la place qu'ils tiennent dans le cœur des gourmets new-yorkais...

Pour 1998, leur emprise est évidente puisque Daniel Boulud (Daniel), Eric Rippert (Le Bernardin) et Jean-Georges Vongerichten (Jean-Georges) obtiennent 28/30, partageant la première place du Top'50 des «meilleures cuisines» avec Charlie Palmer (Auréole) et Gray Kunz (Lespinasse).

Ce résultat n'est pas le fait du hasard. Simplement la concrétisation d'un long et beau travail et d'une parfaite adaptation aux us et coutumes d'outre-Atlantique. Pour aucun des chefs français en place à New York, il ne s'agit de renier ses particularités ou de gommer l'expérience acquise chez tel ou tel étoilé de l'Hexagone.


Daniel Boulud, restaurant «Daniel» : «Même si l'on a l'envie de réussir, il ne faut pas arriver ici en terrain conquis».


Daniel Boulud avec son personnel devant son restaurant «Daniel».

 
Daniel Boulud en salle cultive la convivialité.

Ainsi Daniel Boulud qui fit ses premiers pas à Lyon chez Gérard Nandron confesse-t-il : «même si l'on a l'envie de réussir, il ne faut pas arriver ici en terrain conquis. Il faut savoir prendre le temps de voir les choses et de comprendre certaines mentalités... ce qui n'empêche pas de s'exprimer pleinement dans sa cuisine

Noté à 4 étoiles par Ruth Reichl, la redoutable critique gastronomique du «New York Times», le Lyonnais est très vite devenu la coqueluche de la Jet Society. En 1986, au «Cirque» de Sirio Maccioni, elle avait découvert ce chef à la quarantaine souriante, passé chez Georges Blanc, Roger Vergé et Michel Guérard.

Depuis 1993 et l'ouverture de «Daniel» sur la 76ème rue, son restaurant ne désemplit pas et certains doivent patienter un mois pour obtenir une table ! «J'avais envie de revenir chez moi et d'ouvrir un restaurant à Lyon. Tout était pensé avec mon projet en place, mais les difficultés étaient trop grandes. Ici, tout est beaucoup plus simple» avoue-t-il.

Ceci -lenteurs administratives, difficultés d'être épaulé par une banque, lourdes charges salariales- explique sans doute cela et justifie cet exode important vers un pays où l'on peut encore rêver de faire fortune.

Travailleur et imaginatif

Jean-Jacques Rachou qui tient sa «Côte Basque» à bout de bras depuis un quart de siècle peut en témoigner. Après un parcours dans le monde entier, ce Toulousain arrivé pour faire un stage à New York avec trois dollars en poche compte désormais sa fortune en millions de dollars...

«Ici, un jeune travailleur et imaginatif possède un grand avenir. Si les jeunes français veulent venir, c'est encore le moment. L'Amérique est un pays d'opportunité, mais il faut d'abord apprendre son métier en France et l'aimer. Ensuite, tout est possible», dit-il. Pour bon nombre de chefs débarqués voici quelques années, la réussite a été rapide. Et Jean-Yves Schillinger, revenu l'été dernier dans une ville où il avait travaillé dix ans plus tôt, espère bien oublier ici les déboires connus en France après le décès de son père.

«Je voulais assurer la relève chez moi, en Alsace. Cela me semblait normal puisque nous y sommes cuisiniers depuis 1893. C'était très difficile et des raisons familiales ont dicté mon départ. Nous avions deux étoiles au Michelin et je voulais rester à ce niveau. Je n'en ai pas eu les moyens et je suis reparti», raconte-t-il simplement.


Jean-Jacques Rachou, restaurant «La Côte Basque» : «Il faut d'abord apprendre son métier en France».

Sur place, Jean-Jacques Rachou pour qui il avait travaillé au «Lavandou» et à «La Côte Basque», lui a tendu la main et offert le fonds du «Pistou» rebaptisé symboliquement «Destinée».

«Ici, c'est une autre mentalité. Quand tout va bien c'est parfait, mais il suffit d'un couac pour tout déstabiliser car le bouche à oreille fonctionne bien. L'influence des critiques est beaucoup plus importante et un bon papier suffit à remplir un restaurant. Le niveau est très élevé, beaucoup plus qu'il y a dix ans. Aujourd'hui, pour la cuisine française, après Paris c'est New York


Le concept brasserie, inconnu aux Etats-Unis, fait une belle percée à New York.

Pour l'argent

Lui non plus ne fait pas mystère de ses intentions de réussite. «Il y a de la place pour tout le monde. En Alsace, nous sommes très famille et ici c'est davantage la jungle mais chacun peut faire son travail. Même si je me fais plaisir, je suis venu ici pour l'argent sinon ce n'est pas la peine. Je fais la même cuisine qu'à Colmar et je me suis fixé entre dix et quinze ans», lâche-t-il.

Ensuite ? Il reviendra peut-être s'installer en France dont tous gardent la nostalgie. En fait, le piège est là. Dans cette vie de famille difficile à mener lorsque l'on travaille de 8 heures du matin à minuit, sept jours sur sept.

«Le secret de la réussite», affirme Jean-Jacques Rachou. «On travaille beaucoup mais la réussite est à ce prix», confirme Eric Rippert depuis 1989 aux Etats-Unis et à qui Maguy Le Coze a confié le piano du Bernardin.

«Je me sens bien dans ma peau de chef. Désormais ma vie est aux Etats-Unis où je vais me marier. Ici le voyage s'arrête. Après avoir vécu ici, il est difficile de revenir en France. Ici c'est plus simple et tout le monde gagne bien sa vie.»

Installés à vie alors les Français de New York ? «Je ne pense pas, mais pour l'instant je suis bien», glisse Jean-Michel Bergougnoux. Cet Auvergnat de 41 ans est passé chez Pierre Troisgros, Roger Vergé et Jean-Paul Lacombe au «Léon de Lyon» avant de tenter l'aventure. A l'Absinthe, il joue, avec bonheur, la carte des lyonnaiseries proposant la «volaille truffée de la Mère Brazier» et les «tripes Léon de Lyon gratinées» !

«Même s'il est un peu galvaudé aujourd'hui, le phénomène de brasserie est très mal connu des Américains.»

C'est sur «Jo Jo», un bistrot de 80 places ouvert en 1991 à Lexington, que Jean-Georges Vongerichten a misé pour asseoir sa réputation. Ensuite, le succès aidant, il s'est lancé dans une opération d'envergure sur Central Park. «Jean-Georges» a ouvert ses portes en mars 1997 et est déjà l'un des restaurants les plus courus de la ville.

Poireaux et pommes de terre

La réussite ? «En Alsace, mes parents vont au restaurant une fois par mois. A New York où personne ne mange à la maison, les gens y vont six fois par semaine et ils tombent à genoux devant un potage poireaux-pommes de terre ! L'image de la France est très forte et les Américains viennent chercher chez nous ce terroir qu'ils n'ont pas. Avec de bons produits il faut faire des choses simples, sans trop de beurre ni de crème.»


Laurent Manrique, restaurant «Gertrud's» : «Il faut savoir se fondre dans le moule sans perdre sa personnalité».

«Il faut bien se mettre dans la tête que l'on n'est plus en France mais à New York. Il faut savoir se fondre dans le moule, sans renier sa personnalité. Je fais ce que je sais faire et je crois à une cuisine de région. C'est elle qui sauvera la cuisine française à l'étranger», insiste à son tour Laurent Manrique. S'il ambitionnait de reprendre l'auberge familiale dans le Gers, les difficultés l'ont fait reculer. «Jamais à mon âge (NDLR : 30 ans), je n'aurais eu la facilité de m'installer dans mon pays. Même en frappant aux portes des banques, elles ne prêteront jamais ce qu'apporte un financier ici. En France, il y a beaucoup de cuisiniers de talent qui vont au suicide. Si demain je décidais de rentrer, je devrais attendre dix ans pour pouvoir m'installer», dit-il encore.

Voilà sans doute la raison qui l'a poussé, lui comme d'autres, à s'exiler et à accepter de ne rentrer en France que trois ou quatre fois dans l'année pour retrouver les copains.

«Ce n'est pas la réalité, on ne voit que les bons côtés», confesse-t-il pourtant..


Jean-Michel Bergougnoux et son équipe du restaurant «L'Absinthe» : «New York reste une belle opportunité pour quelqu'un de courageux avec un peu de talent».


Jean-Georges Vongerichten, restaurant «Jean-Georges» : «A New york où personne ne mange à la maison, les gens vont au restaurant six fois par semaine».

Parlons chiffres
 
Restaurant     capacité   couverts/jour   repas en $ salariés cuisine
 
                  lunch dinner    
 
Destinée     55 8.800/4 mois 38       68   24 (8)
 
Le Bernardin 120 330 42       68   90 (35)
 
L'Absinthe 120 160 30       60   25
 
Daniel   80 280 38         60/100   80
 
La Côte Basque 140 450 50     100   90 (41)
 
Jean-Georges   60 220 45       75   140 (45)
 
Gertrude's     100 - 55 90   73 (22)
 
Sans vin, ni service, ni taxe.

 

 

Restauration new-yorkaise

Mode d'emploi

Dans une ville de 7,3 millions d'habitants, on recense 55.000 restaurants avec quelques règles qui leur sont propres...
* Le prix du déjeuner (lunch) est moins élevé que celui du soir (dinner). Peu courant en France où René Lasserre fut précurseur en la matière en proposant pratiquement la même carte midi et soir avec de sensibles écarts de prix, le phénomène est habituel à
New York.

Ainsi, par exemple, le «prix fixe» grimpe de 38 à 68 dollars ; de 42 à 68 dollars au Bernardin ; de 30 à 60 dollars à l'Absinthe et de 38 à 60 dollars chez Daniel entre le déjeuner et le dîner.
Les New-Yorkais ne s'attardent pas à table au déjeuner et il n'est pas rare qu'un lunch à 3 ou 4 plats soit «envoyé» en une heure. «C'est un peu différent, mais on s'y fait», dit Jean-Georges Vongerichten.
Les restaurants font souvent trois services le soir avec une clientèle venant dès 18 h 30 avant le spectacle, à 20 h 30 et 23 h après le spectacle. Les clients sont prévenus de l'heure à laquelle ils devront éventuellement quitter leur table et se plient sans problème à cette contrainte. Un numéro de téléphone est systématiquement demandé lors de la prise de réservation.
Le passage au bar pour patienter en attendant que la table retenue soit libérée et dressée est habituel et ne choque personne... même si cela alourdit l'addition.
Un beurrier et un verre d'eau fraîche sont systématiquement servis, avec le sourire, dès l'installation du client.
Les chèques ne sont pas utilisés en règlement des additions. On paie en liquide ou par carte de crédit. Il est important de savoir que le personnel de salle n'est rémunéré qu'au pourboire, en général 15% du montant de l'addition.
Pour les touristes qui ignoreraient cette habitude, la somme est souvent portée sur l'addition pour éviter tout oubli.
Tous les restaurants sont «non fumeurs» et cette règle est parfaitement respectée. Au moins autant que le port du veston-cravate qui est quasiment systématique.
A New York comme dans l'ensemble des Etats-Unis, les salariés sont payés à la semaine.

 

Travailler à New York

«Ici, le talent, le travail, la persévérance et la patience de rencontrer la bonne opportunité
sont payés», affirme Laurent Manrique.

L'EMPLOI

Il est illusoire et dangereux d'imaginer pouvoir travailler aux Etats-Unis sans un visa le permettant. Un jeune cuisinier désirant travailler à New York doit trouver un employeur qui accepte de le parrainer. Il obtiendra alors un visa pour 18 mois qui lui permettra de travailler et d'avoir une assurance.
Ces 18 mois écoulés, et sous réserve d'un emploi très qualifié, il peut obtenir un visa de 5 ans (H1, 01, EH).

LE TRAVAIL

Même si les brigades sont beaucoup plus importantes qu'en France, les horaires de travail sont très contraignants. La semaine de 39 heures est moins envisageable que des journées à 14-15 heures de travail avec la pénibilité que cela entraîne.

LES SALAIRES

Nettement supérieurs à ceux pratiqués en France du fait des faibles charges. Le personnel de cuisine touche un salaire versé à la semaine, le personnel de salle n'est rémunéré qu'au pourboire et doit payer ses charges sociales.
«Un chef de partie gagne deux fois plus qu'en France, net d'impôts» dit par exemple Jean-Yves Schillinger et l'on parle d'un contrat de 300.000 dollars/an pour le chef employé de «Tavern on the Green» à Central Park.

A titre d'exemple, et pour des restaurants français de bon niveau, les fourchettes indiquées par les chefs sont les suivantes :
- Commis : 450 à 500 dollars/semaine
- Chef de partie : 600 dollars/semaine
- Second de cuisine : 40 à 70.000 dollars/an
- Chef : 60 à 150.000 dollars/an

Sur ces sommes brutes, il convient de retirer de 20 à 30% d'impôts et taxes.

LA VIE A NEW YORK

Outre le phénomène d'insécurité... qui n'est pas propre aux Etats-Unis, la vie n'est pas plus chère. Les loyers sont par contre plus élevés qu'en France, mais il est courant que deux ou trois jeunes partagent un même appartement pour limiter les frais. Les taxis sont nettement moins chers à New York qu'à Paris. 

 

Ph. Rispoli

«J'ai choisi New York»

Demi-chef puis chef de partie, Philippe Rispoli a choisi depuis janvier 1997 chez Daniel Boulud, de tenter l'aventure américaine. Son parcours en France ? Bocuse, Gaborieau (Les Eaux Vives) et Orsi à Lyon ; Chavueau (La Belle Otéro) et Willer (La Palme d'Or) à Cannes.
Propos d'un jeune homme de 25 ans : «En arrivant ici je comparais toujours à la France, or on vit autrement. Il faut être ouvert pour rester et savoir que c'est physiquement beaucoup plus dur qu'en France. Le plus déboussolant est que l'on n'a pratiquement pas de coupure de midi à minuit. Il faut beaucoup d'endurance car le soir, le service peut durer six heures. Ici j'ai pourtant le sentiment de vivre plus librement et je peux garder l'argent que je touche. Pour bien vivre, avec une semaine je paie mon loyer, avec une autre mes loisirs et je mets deux semaines de côté. Revenir en France ? Pour quoi faire ! J'envisage la suite en Amérique

 

Portraits de chefs

J.-Yves Schillinger

(34 ans)

«Destinée»

Il représente la quatrième génération d'une famille de cuisiniers qui a ses racines à Colmar. «Le choix d'être cuisinier s'est imposé». Boyer (Reims), Le Crillon avec Bonin et Jamin
avec Robuchon (Paris) ont marqué son parcours avant de travailler dans la maison familiale
où son père disparut tragiquement.
A New York en 1987, il avait alors travaillé
pour Jean-Jacques Rachou au «Lavandou»
et à «La Côte Basque».
Après le choix de venir se refaire une santé à
New York, c'est encore Jean-Jacques Rachou qui l'a tiré d'affaire en lui proposant de reprendre
«Le Pistou» fermé depuis quelques mois.

«Il m'a donné la chance de redémarrer.
Sans lui, je serais peut-être chef dans un
restaurant mais pas dans le mien.
C'est mon deuxième père
», dit-il à ce propos.

«New York c'est un peu spécial, on n'est pas
chez nous, on est des immigrés et il faut respecter les lois, mais cette ville représente l'avenir pour un jeune s'il règle ses problèmes avant
», affirme-t-il.

Eric Rippert

(32 ans)

«Le Bernardin»

«J'étais tellement nul à l'école» s'amuse à dire
Eric Rippert pour expliquer son choix de l'Ecole hôtelière de Perpignan. Par la suite,
«La Tour d'Argent» et «Robuchon» sont les étapes les plus marquantes de son parcours.

«Je voulais voyager, j'ai demandé à Joël Robuchon de me placer», raconte-t-il. Ce furent donc les
Etats-Unis avec Jean-Louis Palladin à Washington, Bouley à New York puis «Le Bernardin»
depuis sept ans.

«Je suis venu ici en voulant apprendre. Je ne
parlais pas anglais, mais je m'y suis mis
rapidement. Il ne faut pas venir ici trop tôt mais arriver avec un bagage, un peu d'expérience et surtout en toute légalité. Ici tout le monde
gagne bien sa vie, mais ce ne doit pas être
la seule motivation. Il faut savoir regarder
et vouloir apprendre

S'il n'envisage pas de revenir en France -
«le dimanche à Paris tout est fermé, ici tout est ouvert. C'est vraiment une société de services» ,
il pense prendre du recul dans une
dizaine d'années et se consacrer alors à l'écriture de livres de cuisine ou au consulting.

J.-Michel Bergougnoux

(41 ans)

«L'Absinthe»

Aux Etats-Unis depuis douze ans, cet Auvergnat souriant avait fait ses classes chez Yves Jury à
l'hôtel de la Paix à Chaufailles (71), avant de
passer chez Troisgros, Vergé, Bourdin
à Londres et Lacombe à Lyon.

Après un projet avorté à Los Angeles avec ses copains (Lacombe, Rostang, Genin, Chabran, Jacot), il s'est retrouvé à Saint-Barthélémy d'où Michel Rostang l'a propulsé aux Etats-Unis.
Le «Plaza Athénée» à la suite de... Daniel Boulud,
le «Lutèce» avec André Soltner et «Le Cygne» avant l'ouverture du «Comptoir» rebaptisé «L'Absinthe»...

«J'ai remis la brasserie au goût du jour»,
affirme-t-il. «On n'est pas en France et on sait
parfois nous le faire sentir, alors il faut en tenir compte. New-York reste malgré tout une belle opportunité pour quelqu'un de courageux
qui a un peu de talent. Je crois qu'il ne faut pas venir de France directement pour s'installer,
mais y vivre d'abord quelques années pour
comprendre le marché. Un jeune peut venir y apprendre les bases aussi bien qu'en France,
l'exotisme en plus
», conclut-il.

J.-Georges Vongerichten

(40 ans)

«Jean-Georges»

Cet Alsacien qui ne renie pas ses origines a fait son apprentissage à.. l'Auberge de l'Ill. «J'aimais bien l'Alsace mais j'avais le désir de voyager. Je voulais apprendre les produits du Midi et aller à Lyon. Ensuite, je me suis retrouvé en Asie, à 23 ans»,
dit-il pour justifier son départ après des passages chez Outhier (L'Oasis), Paul Bocuse et
Witzigman (l'Aubergine).

A Bangkok, Singapour et Hong Kong, il a travaillé dix ans pour Louis Outhier. En 1984, il est arrivé à Boston et en 1986 à New York au «Lafayette»
(250 couverts/jour).

La suite ? Une réussite éclatante avec un bail signé pour «Jo Jo» en 1991, le jour de la déclaration de la Guerre du Golfe, puis une arrivée à l'hôtel «Trump International» pour l'ouverture de «Jean Georges» dont le succès ne se dément pas.

C'est aussi «Vong», un concept de restaurant franco-asiatique (140 places, 2.500 couverts/semaine à 65 dollars de TM) dupliqué dans tout le pays et à Londres.

Laurent Manrique

(30 ans)

«Gertrude's»

«Ma mère était une cuisinière de cœur et d'amour», dit-il simplement pour expliquer sa vocation de cuisinier. Ce Gersois au gabarit de troisième ligne de rugby a grandi à Roques, dans l'auberge tenue par Henri et Aurélie Frayet, ses grands-parents.

Apprentissage chez Roger Dufour au
«Relais Armagnac» avant l'Ecole hôtelière d'Auch et l'Hôtel de France de Daguin.

«Monté» à Paris pour cuisiner pour Pierre Beregovoy au ministère des Finances, il travaille ensuite avec Yann Jacot («Le Toit de Passy»), Michel Rostang et Claude Deligne («Taillevent»).

Le départ ? Les Caraïbes, puis les Etats-Unis après le passage du cyclone Hugo.

«Je ne voulais pas revenir en France», dit-il. Ce sera donc Los Angeles puis New York où Jean-Louis Palladin, comme lui gersois, l'embauche au «Comptoir». Daniel Boulud le place ensuite au «Waldorf Astoria». Et c'est enfin «Gertrude's» ouvert le 14 juillet 1997 dans la foulée d'un mariage en France. «Un jour peut-être reprendrais-je l'auberge familiale», rêve-t-il tout haut.

Daniel Boulud

(43 ans)

«Daniel»

«Passion et curiosité». Voila qui suffit à expliquer l'arrivée de Daniel Boulud aux Etats-Unis.
«J'étais fasciné par les Américains et j'ai constaté en arrivant à New York que plus on travaillait,
plus on récoltait de soutien. Ce n'était pas le rêve américain mais quand même...
»

Nandron, Blanc, Vergé, Guérard pour le parcours et toujours un brin de nostalgie pour la France où il voulait revenir. «En quittant «Le Cirque»
j'avais un peu le trac et je ne voulais pas
me lancer tout de suite. Je pensais revenir à Lyon mais la situation de l'économie en France
m'a incité à rester à New York.
»

Il ne regrette rien. Le restaurant «Daniel»
marche très bien et Boulud vient de
racheter l'ancien «Cirque» où il a connu la gloire avant de voler de ses propres ailes.

Au 610 Park Avenue, un panneau proclame
que «Soon to be home of legendary
Restaurant Daniel». Après de lourds millions de dollars d'investissement, l'ouverture est
prévue à la rentrée 1998...


L'HÔTELLERIE n° 2551 Magazine 5 Mars 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration