×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

DECORATION
Aménagement

Le tissu en hôtellerie

La tendance est au déhoussable-lavable

Matériau quasi-incontournable pour créer des ambiances chaleureuses et variées, le tissu est omniprésent dans la chambre, mais aussi dans le restaurant et autres lieux d'accueil. Décoratrice au sein du département «hôtellerie» chez KA International, Michèle Busuttil nous confie ses trucs de «pro». Tissu : mode d'emploi.

Par Cécile Junod

Editeur de tissus espagnol, KA International a créé, il y a déjà trois ans, un département «hôtellerie» placé sous la direction de Michèle Busuttil, décoratrice chevronnée. Installée dans une petite cinquantaine dynamique, Michèle Busuttil affiche derrière elle un parcours professionnel sans faute. Son diplôme des Beaux Arts en poche, elle ouvre son agence à Cannes et réalise entre autres, de très nombreux appartements témoins pour des promoteurs immobiliers. En 1988, des raisons familiales la conduisent à Paris où de nouveau, elle s'installe à son compte. Là, elle ressent une très forte attirance pour l'hôtellerie, au point d'envisager de prendre la direction d'un hôtel. Mais le hasard de la vie en décide autrement. Sur sa route, elle rencontre KA International et ouvre au sein de cette entreprise, un département décoration spécialisé en hôtellerie.

KA International propose aux professionnels une large gamme de plus de deux mille références dont toute une collection en Trévira CS et compte à partir de cette année, sortir dix nouveautés par mois. De quoi réellement imaginer des décors variés et uniques pour chacun. L'autre grande force de cet éditeur est sa politique tarifaire. Le mètre de tissu en 160 cm de large s'inscrit dans une fourchette allant de 45 à 100 francs. Quant à la confection, elle est un réel défi à la concurrence. Voici quelques exemples : 170 F HT pour la réalisation d'un cache-sommier, 410 F HT pour un jeté de lit matelassé et 298 F HT pour une paire de doubles rideaux.

De faux sous-rideaux pour une note sophistiquée

Bien sûr, l'aspect décoratif et le prix des tissus sont importants, mais pour notre décoratrice-conseillère, il existe un autre point capital, c'est leur facilité d'entretien. Tous les textiles employés doivent être lavables. «Pour faciliter la vie des exploitants, de la tête de lit aux rideaux en passant par les divers jetés, tout doit pouvoir passer en machine. Il faut donc qu'au niveau de la confection, tout soit pensé amovible ou déhoussable. Aujourd'hui, c'est une condition sine qua non pour répondre aux impératifs de l'hôtellerie».

Aussi, examinons point par point, les astuces utilisées par Michèle Busuttil pour apprivoiser joliment les tissus.

Pour les rideaux, Michèle Busuttil est formelle. «Pour en finir définitivement avec les rails qui se coincent et les rideaux qui se décrochent, il faut opter pour une tringle ronde sur laquelle coulissent de gros oeillets. Les rideaux se tirent alors très facilement, sans aucun problème. Ce type d'accrochage, de style plutôt contemporain, peut être, dans une chambre plus classique, caché derrière une cantonnière. Par ailleurs, je conseille de monter l'occultant, qui ne supporte pas bien le passage en machine à laver, sur une bande auto-adhésive type «Velcro». Il suffira alors de le décrocher pour laver les rideaux».

Pour un beau tombé, les rideaux montés sur oeillets doivent juste effleurer le sol. En revanche, les doubles rideaux à plis flamands doivent être suffisamment longs pour casser sur le sol. Et pour un aspect plus sophistiqué et très économique, on peut utiliser une supercherie en réalisant de faux sous-rideaux à l'aide d'une bande de tissu coordonnée aux rideaux. Mais attention, les deux textiles choisis seront de même nature afin de faciliter l'entretien.

Pour les voilages, le store bateau est en vogue. Et pour un petit plus, il peut être décliné dans une fine rayure ton sur ton écru. A noter que le blanc cassé transmet à la pièce un éclairage naturel plus doux.

Retour du baldaquin dans l'hôtellerie de charme

«Pour la tête de lit, reprend Michèle Busuttil, l'accrochage de coussins à une tringle semble un peu dépassé. On assiste plutôt au retour de la tête de lit habillée d'une housse amovible. Dans l'hôtellerie de charme, je suis très favorable au baldaquin. Cela apporte une touche chaleureuse et un cachet tout particulier au décor. Et si la surface de la pièce le permet, je prévois une petite banquette bout de lit qui permet de rabattre le dessus de lit, ou un coffre dans lequel on peut ranger une couverture supplémentaire. Par ailleurs, pour créer un ensemble literie cohérent, je conseille de choisir un cache-sommier identique à la tête de lit. Ainsi, l'ensemble restera joli même lorsque le lit est défait».

Pour un aspect moelleux, le dessus-de-lit sera matelassé. Lavable et infroissable, il sera assorti aux rideaux, en utilisant par exemple, un petit coordonné si les rideaux sont réalisés dans un tissu à gros motifs. Encore un détail : le dessus-de-lit sera confectionné avec deux pans arrondis aux coins afin d'être toujours parfaitement placé.

«Lorsque j'interviens pour la rénovation complète de chambres, je préconise de conserver le mobilier existant. Pour un coup d'éclat, je l'habille d'un juponnage à pli creux, orné d'un passepoil de couleur en bordure. Placer dessus une vitre permettra un entretien facile. Quant aux chaises, une jolie housse lavable leur redonnera une seconde jeunesse».

Outre sa collection de tissus, KA International diffuse également une ligne de mobilier en fer forgé, des appliques murales, des fauteuils et canapés. De quoi réaliser un décor complet, totalement coordonné. Enfin, la dernière force de cette entreprise réside dans le fait que Michèle Busuttil n'hésite pas à parcourir la France entière pour établir vos projets gratuitement.

 
La chambre vue par KA International : pour plus de charme, la tête de lit est rehaussée par un baldaquin. De gros coussins apportent la note confort, tandis que le canapé bout de lit s'avère très pratique pour la dépose du dessus-de-lit.

 
Michèle Busuttil, directrice du département «hôtellerie» chez KA International : «Pour un entretien facile et sans souci, toute la pièce doit passer en machine à laver !»


Habillées de housses amovibles et lavables, les chaises se dotent d'une longue vie.


Pour se marier au décor de la chambre, le mobilier existant est juponné dans un tissu coordonné. Ici, au Château de Sully, les fleurs, rayures et carreaux s'unissent en une harmonie totale.

 
KA International propose une gamme de tissus de plus de 2.000 références avec des prix compris entre 45 à 100 francs le mètre en 160 cm de large, ainsi qu'une ligne de mobilier en fer forgé, des canapés, fauteuils et footstools.


L'HÔTELLERIE n° 2551 Magazine 5 Mars 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration