Actualités

Prospective

«L'ère des moyens d'information va modifier nos métiers»

Qui mieux que Paul Dubrule et Gérard Pélisson aura su, au cours de ces 30 dernières années, évaluer avant les autres les besoins de la clientèle et mettre au point les produits pour les satisfaire ? Aujourd'hui, ceux qui ont choisi de prendre un certain recul par rapport au groupe qu'ils ont créé voici 30 ans, vous apportent leur vision personnelle de l'hôtellerie dans le troisième millénaire.

Propos recueillis par Claire Cosson et Patricia Le Naour

L'Hôtellerie :
Quel regard portez-vous sur les trente dernières années ?
Paul Dubrule et Gérard Pélisson :
«Il s'est passé au cours des trente dernières années une «véritable révolution» par rapport au métier que l'on pratiquait durant les décennies précédentes. La France s'est tout au long de ces années intensément développée et de nouveaux besoins sont naturellement apparus. Le confort que les gens souhaitaient avoir dans leurs déplacements s'est au fur et à mesure largement modifié. Prenons l'exemple de Lille. Lorsque nous avons ouvert notre premier Novotel dans l'agglomération lilloise en 1967, nous avons alors avec nos 60 chambres doublé le nombre de chambres équipées de salle de bains à Lille. Aujourd'hui, il y en a plus de 3.000 dans cette même ville.
A l'époque en fait, un établissement hôtelier classé deux ou encore trois étoiles disposant d'une salle de bains était plutôt rare. Les hôtels de cette période n'offraient pas en effet un grand niveau de confort : mauvais chauffage, pas de salles de réunion, pas de parking, pas de climatisation... La «révolution technique» a finalement bouleversé nos professions entraînant dans son sillage une transformation profonde de la qualité du paysage hôtelier français. Le résultat est que l'ensemble de l'hôtellerie hexagonale est maintenant aux normes et n'a rien à envier à personne.
Il n'y aura plus guère a priori désormais d'évolution dans ce domaine. A l'exception de ce que nous réalisons actuellement dans nos établissements, à savoir l'installation des outils qui permettent de se relier aux systèmes d'information mondiaux.»

L'Hôtellerie :
Vous pensez donc que nous entrons aujourd'hui dans une «révolution des moyens de communication» ?
P.D. et G.P. :
«Les grandes tendances qui se dessinent pour les trente années à venir sont indiscutablement liées au développement des réseaux de communication. Il est clair que l'ère des moyens d'information est en train de modifier nos métiers. L'hôtellerie a pris cependant un peu retard dans ce domaine comparativement à d'autres types d'entreprises parce qu'elle vend des produits peu chers. Sur une réservation de billet aérien qui avoisine 1.000, 2.000 ou 3.000 francs, vous pouvez imputer des coûts de réservation de l'ordre de 40 à 60 francs. Sur une chambre de Formule 1, il est impossible de supporter
les mêmes frais. Il a donc fallu attendre que l'informatique baisse pour voir ces nouvelles technologies pénétrer véritablement nos marchés.
Cette «révolution du soft» va bien entendu s'accompagner d'une globalisation des marchés. Tout porte à croire que l'on va se diriger, pas uniquement d'ailleurs dans notre secteur d'activité, vers un phénomène de concentration. En d'autres termes, il y aura dans l'avenir trois ou quatre très grands groupes mondiaux qui feront office de locomotives. Dieu merci cependant, il y aura aussi parallèlement à ces gros opérateurs tous les autres acteurs du marché. Les artisans de qualité conserveront leur place et nous travaillerons ensemble.
En ce qui concerne plus particulièrement Accor, nous allons tout mettre en oeuvre pour proposer aux entreprises des offres globales en offrant toute une gamme de services qui passera de la location de voitures,
à l'hébergement, les salles
de réunion...

L'Hôtellerie :
On dit que l'industrie du tourisme et du voyage est aujourd'hui la première au monde. Pensez-vous que cette place se consolidera dans l'avenir ?
P.D. et G.P. :
«La civilisation a indiscutablement changé. Nous sommes clairement rentrés dans l'ère du loisir. Le tourisme moyen et bas de gamme connaît aujourd'hui une véritable explosion ! Ce qui se passe en Europe ou en Amérique du Nord, où les pouvoirs d'achat sont élevés, se passera d'ici dix ans en Asie du Sud-Est et vraisemblablement dans 25 ans en Inde et en Chine. Nous allons donc assister au niveau mondial à une montée en puissance de nos métiers. Le tourisme sera vraiment demain la «toute première industrie» du monde. Car culturellement et économiquement, les gens dépenseront de plus en plus pour leurs voyages.»

L'Hôtellerie :
Par rapport à cela, comment peut-on expliquer que sur le plan politique le tourisme soit toujours si peu reconnu ?
P.D. et G.P. :
«Une première chose est acquise : les politiques ont toujours une guerre de retard ! Nous pensons toutefois sérieusement que le problème provient de l'absence d'indicateurs fiables dans nos métiers. Notre industrie est effectivement très récente et ses données demeurent encore assez floues. Il y a dans ce domaine probablement beaucoup d'actions à mener. Si l'on y parvient, les pouvoirs publics se rendront enfin compte du poids de notre industrie. Cette dernière, sans en avoir l'air, irrigue en effet une partie énorme de l'économie. Cela passe par le gadget style Tour Eiffel miniature, les restaurants parisiens, les voitures de location...
Parallèlement, nous croyons également que pour être pris au sérieux, la profession doit cesser toute bataille interne et se réconcilier. Accor aujourd'hui a en effet les mêmes préoccupations qu'un indépendant : remplir ses hôtels et faire des marges bénéficiaires.»

 
Paul Dubrule et Gérard Pélisson : «Les grandes tendances qui se dessinent pour les trente années à venir sont indiscutablement liées au développement des réseaux de communication.»

Les grandes étapes du groupe Accor

1967 : ouverture du premier Novotel dans la banlieue de Lille
1972 : Novotel s'implante à l'étranger, plus précisément en Suisse à Neuchâtel
1974 : ouverture du premier Ibis à Bordeaux
1980 : Novotel entre dans le capital de Jacques Borel
1982 : Novotel prend le contrôle de Jacques Borel
1983 : le groupe prend le nom d'Accor

1985 : ouverture du premier établissement Formule 1
1990 : Accor entre au capital de la Compagnie Internationale
des Wagons-Lits. Parallèlement, il rachète Motel 6 aux Etats-Unis

1991 : Accor lance une OPA sur la Cie des Wagons-Lits et s'engage ainsi dans les domaines des agences de voyages, du ferroviaire et de la location de voitures (Europcar).
1994 : Naissance de Carlson Wagonlit Travel. Perte de Méridien contre Forte
1995 : Accor apporte au groupe britannique Compass ses activités de restauration collective et devient le premier actionnaire de la société.
1996 : Accor ouvre son 100ème établissement en Asie. Il lance aussi la carte Compliment.


L'HÔTELLERIE n° 2500 Hebdo 6 Mars 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration